cнιldreɴ oғ ɢoтнαм


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Dim 13 Déc - 18:13


❝ Bienvenue à ma soirée ❞

Retrouvons Jaina Hudson & Loonie Machin , alors que l'horloge affiche 21h10 . Leurs routes se sont croisées au Rits Gotham Hotel et ils sont à l'abri d'une intervention du Doppelganger.



« Non non non, j'avais dit qu'on ne ferait pas ça, j'ai bien dit, et je l'ai même écrit, que l'on ferait comme ceci »

Je regarde la jeune serveuse devant moi puis je dirige mes doigts les amuses-gueules préparés par le chef cuisinier. Je prends une petite serviette dans ma main puis je dispose sur celle-ci plusieurs hors-d’œuvres. Je l'a regarde ensuite en souriant.

« Voilà. Madame Jorzevzik a bien précisé que les serveuses, et serveurs, devaient servir les inviter ici. Certains seront certainement plus aimable que d'autres et te diront sûrement : « Ne vous dérangez pas, je me serre moi-même. », tu dis « merci, monsieur. » et tu vas voir les autres personnes. Tu as bien compris maintenant ? »

La petite hocha doucement la tête en déglutissant. Elle avait compris mais elle était incroyablement stressée. C'est son premier gala au milieu des gens riches, je le sais et j'en suis bien consciente. Néanmoins elle avait été choisit la l'hôtesse de cette soirée. Je n'ai qu'à me contenter de donner les instructions, de voir si tout se passe comme prévu et aussi à profiter de la soirée. Je suis peut-être organisatrice de soirée mais je suis aussi une femme appartenant au monde des riches personnes de Gotham City. En ce moment les galas tombaient sur moi comme une tempête de neige, tant de gens veulent oublier ce qui se passe à Gotham City et oublier ce que fais Lex Luthor. Certaines personnes l'adore et d'autres veulent lui cracher dessus. Je regarde la jeune fille sortir de la cuisine puis je l'a suis. Je regarde la grande salle, il fait bien plus chaud que dans la cuisine avec tout le beau monde venu ici. Je passe mes mains sur ma robe rouge afin de retirer quelques plis puis je marche vers la foule. Je souris aux gens que je croire, bien entendu. Pour certains ce sont des sourires sincères car ce sont de bonnes personnes, des personnes nobles et qui ont tout mon respect. Pour d'autres, il ne s'agit que de faux sourires pour faire bonne figures car eux je préfère les voir au plus bas de l'échelle.

Oh, qu'elle vilaine pensée.

Laisse moi tranquille, tu veux bien ?

Je marche jusqu'à un serveur, celui-ci tire un peu la tronche. Je ne sais pas ce qu'il a vue, ni ce qu'il a entendu, ni qu'il pense mais en tout cas ce que je sais c'est que je vais le chopper. Je m'approche de lui, je prends une coupe de champagne qu'il présente sur un plateau puis je viens chuchoter près de oreille : « Tâches d'être un peu plus souriant, je suis d'accord que certaines personnes peuvent être horrible et dire des choses vraiment idiotes mais tu travailles alors reste neutre et sourit. ». Je le regarde droit dans les yeux avant de m'écarte de lui, souriant aux alentours et en buvant un peu de mon champagne. Cette fois je ne m'étais pas trompée, j'avais choisit une bonne cuvée. Je déambule dans la salle en regardant les gens lorsque je vois quelqu'un se diriger vers moi.

« Mademoiselle Hudson ! Me dit-elle

- Madame Punchman, dis-je en souriant.

- Qu'elle belle soirée mademoiselle, je sais que c'est vous qui l'avez organisé, vous organisez toutes les soirées ici !

- Je vous remercie madame, ça me touche beaucoup.

- Je me demandais si vous auriez la possibilité de m'organiser une soirée de gala dans 1 mois, dans ce même lieu, pour l'anniversaire de mon mari ?

- Oh … Heu … Je sais que je vais être chargée mais je vais faire de mon mieux. Je regarde dés demain mon agenda et je vous proposerai une date pour dans 1 mois.

- Merci beaucoup mademoiselle Hudson.

- Je vous en prie. »

Elle me sourit puis retourne à ses occupations. Encore une autre soirée, bonté divine je ne dormirai jamais. Je regarde les gens discuter autour de moi, je crois bien que je les connais tous maintenant. Je bois cul sec ma coupe puis grimace légèrement. Je passe une mèche de cheveux derrière mes oreilles puis je pose la coupe sur un plateau laisser sur une petite table. Je marche un peu entre les personnes, les saluant et leur demandant comment ils vont. Je les écoute à moitié, à vrai dire, car je ne me soucis guère de certaines personnes. Je marche puis mon regard se pose sur une personne, un homme, un peu écarté des autres, regardant autour de lui et semblant être seul. Je ne l'avais jamais vue nul part ou bien il joue souvent à cache-cache dans les soirées. Je m'approche de la personne et je le découvre un peu plus, mais de dos. Ses cheveux sont blonds, il semble avoir ma taille. Une fois à sa hauteur je souris, un peu forcé mais je souris.

« Bonsoir, je peux vous aider ? » Dis-je en attendant qu'il se retourne vers moi.

Spoiler:
 





Dernière édition par Jaina Hudson le Jeu 24 Déc - 13:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 14 Déc - 16:18

« Vous avez deux jours de retard sur votre loyer Mr Machin. J’espère que ça sera vite régler. »

« Ne vous inquiétez pas, ça sera régler demain soir au plus tard Mr Taylor. Bonne soirée à vous aussi. »

Je ne me retourne même pas pour le regarder, il me répugne au plus au point. Mr Taylor, c’est le propriétaire de l’immeuble où je vis. C’est un homme corpulent d’une quarantaine d’année, atteint de calvitie et toujours accompagné d’une répugnante odeur de transpiration mélangé à celle du whisky bon marché. C’est un sale type, le genre d’homme qui trompe sa femme en utilisant l’argent qu’il amasse grâce à ces différentes propriétés dans le quartier. Il possède plusieurs immeubles dans le quartier. Ce sont des gens pauvres qui y vivent, des gens qui travaillent dur pour payer un loyer que ce porc dilapide dans l’alcool et les filles de joie. Moi, le loyer, je le paye avec son propre argent. C’est une chose facile à faire pour moi alors je ne m’en prive pas, un type comme lui ne mérite pas un seul billet qui passe entre ces mains et si des gens n’avaient pas besoin de lui pour se loger, ça ferait longtemps que j’aurais redistribué son argent à travers le quartier. Et dire qu’il me prend pour un simple junkie qui a du retard dans son loyer à cause de sa came … Un homme vaniteux, avare, vicieux et par-dessus tout idiot, encore un qui a eu le droit au combo gagnant … J’entends la porte de l’immeuble claqué, faisant retentir un bruit métallique dans toute la cage d’escalier alors que je l’arpente en direction du troisième étage. Je marche dans le couloir jusqu’à l’appartement A, le mien. C’est un petit appartement, à peine assez grand pour deux personnes mais largement assez pour moi. Je ne suis pas le genre de personne qui a besoin d’un confort presque royal pour vivre. Un lit reste un lit après tout. J’ouvre la porte, rentre dans l’appartement et la referme immédiatement, mettant le verrou supplémentaire au passage. Je jette un coup d’œil à mon ordinateur avant de filer dans la salle de bain. Je m’occuperais de son loyer demain, j’ai des choses bien plus importantes à faire ce soir. Sans perdre une seconde, je file sous la douche pour en ressortir dix minutes plus tard. J’enfile des vêtements propres, un simple T-shirt noir avec un jean et je mets ma veste rouge. Je quitte la salle de bain pour aller à mon bureau. J’attrape mon téléphone et mes écouteurs. Je les vise sur mes oreilles et met en route la musique. La musique, c’est tellement commun et pourtant, sans, la vie serait bien plus dur à supporter. C’est ce qui me permet de m’évader de ce monde détestable le temps d’un morceau. Je bascule la capuche sur ma tête et quitte mon appartement alors que la musique m’ouvre la porte vers un autre univers.

21h, voilà déjà une heure que je suis assis sur un banc en face d’un grand bâtiment au cœur du Nouveau Gotham. Dans ce bâtiment se déroule un gala, ces fêtes de riches où toute la bourgeoisie de Gotham se retrouve pour passer une bonne soirée entre eux même si au fond, ils crèvent tous de jalousie parce qu’il y a toujours quelqu’un de mieux habillé, quelqu’un qui a une plus belle voiture, une plus belle femme, un porte feuille plus rempli, etc … Mais dans les galas, le paraitre vaut toujours plus que l’être. Alors on s’habille bien et on orne un faux sourire pour faire bonne figure. Cette hypocrisie propre au monde mondain, ça en devient amusant tellement c’est pathétique. Depuis déjà une demi-heure, ce sont toutes sortes de voitures coutant des années de salaire d’un ouvrier qui défilent devant de bâtiment. De ces voitures sortent des hommes plus ou moins âgé en costume trois pièces avec une femme, couvert de bijoux, au bras, elle aussi plus ou moins âgée même si ce n’est pas toujours en harmonie avec l’âge de son cavalier. Et c’est depuis mon banc de l’autre coté de la rue que je regarde ce défilé sous le thème de l’opulence. J’attends que les arrivées se fassent moins nombreuses pour y aller à mon tour. Et au bout de cinq minutes sans aucune voiture s’arrêtant devant le bâtiment, je décide d’y aller. Je traverse la large rue puis monte les quelques marches qui mènent à l’entrée. L’un des deux gardes me fait immédiatement signe de m’arrêter alors que j’ai à peine posé le pied en haut.

« Vous n’allez pas pouvoir rentrer. C’est seulement sur invitation. »

« Wilson … Adam Wilson. Je dois être sur la liste. »

Il baisse les yeux vers sa liste et quand ses yeux s’écarquillent à moitié, je comprends qu’il a trouvé mon nom.

« Finalement, vous pouvez rentrer. Excusez-moi pour ce malentendu, passez une bonne soirée. »

Il s’écarte et je rentre dans l’imposant bâtiment. Il ne saura surement jamais que cette Adam Wilson n’est rien d’autre que le nom de mon ancien voisin qui a quitté Gotham il y a déjà deux ans. Je me suis ajouté moi-même sur cette liste, je n’aurais jamais pu obtenir d’invitation sinon. Dans un monde où tout est numérisé, ça n’a pas été très compliqué pour moi de changer ça. Et maintenant que je suis rentré, je vais pouvoir enfin découvrir à quoi ressemble ce monde où la misère n’est qu’un mot parmi tant d’autre. J’arrive dans une grande salle éclairée par d’impressionnants lustres pendant au plafond. Un seul de ces lustres doit bien couter le prix de mon appartement. Les gens quant à eux sont tous occupés à discuter, à boire du champagne et manger des toasts de saumon sur lit de caviar. Avec un seul de ces toasts, on pourra nourrir une personne pendant une semaine. J’ai le droit à des regards de travers de temps en temps. Il est évident qu’au milieu de ce somptueux tableau, je ne suis qu’une tache. Même les serveurs semblent soigneusement m’éviter. Mais je ne suis pas là pour me remplir la panse ou me saouler au champagne. Si je suis venu là, c’est pour me faire un réel avis sur ces gens et non me contenter de ce que m’offrent les programmes télévisés. Mais pour l’instant, tout ce que je vois, ce sont de riches insouciants plus là pour parader qu’autre chose. Ici, personne ne pense à un endroit comme Park Row et encore moins à des pays où les gens meurent de faim et pataugent nus dans la boue. Je déambule pendant une dizaine de minutes au milieu de la foule, sans adresser la parole à quiconque puis je finis par m’éloigner un peu. Je ne suis clairement pas à ma place ici et je le sens bien. Je ne pense pas m’éterniser longtemps ici de toute façon. Je m’arrête à coté d’un buffet et me contente de regarder les gens passer leur soirée comme ils ont l’habitude de le faire.

Soudainement, dans mon dos, la voix d’une femme se fait entendre. Et c’est à moi qu’elle s’adresse. Je me retourne et découvre une jeune femme qui semble être de mon âge. Elle est vêtue d’une grande robe rouge et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est sacrément belle. Je n’ai pas tendance à m’arrêter à ce genre de chose mais elle, elle a quelque chose qui la fait ressortir du lot. C’est peut être ses yeux verts émeraudes, aussi envoutant que des vrais. Vu toutes la ribambelle d’hommes présent ce soir, c’est étonnant qu’elle vienne me voir moi. A part pour me jeter des regards froids, personne n’a plus fait attention à moi que ça.

« Non, je pense pas. Pourquoi ? J’ai tellement l’air d’avoir besoin d’aide ? »

J’esquisse un léger sourire amusé. Peut être a-t-elle remarqué à quel point je suis … perdu ici. C’est sur que ça me change de mon petit appartement et de Mr Taylor …
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 14 Déc - 23:09

Je regarde l'homme face à moi se tourner dans ma direction. Il semble être plus grand que moi sans mes talons, avec eux aux pieds, je fais bien sa taille. Ses cheveux blonds sont un peu en bataille, ses yeux bleus percent les miens, il a un … Très beau regard qui en est presque perturbant. Pourquoi suis-je aller vers lui déjà ? Ha oui, il était seul dans son coin et sa tenue est plus que … Non formel à la soirée que j'ai organisé. Des baskets, un jean et un t-shirt sous une veste rouge. Quand je vois d'autres hommes habillés en costard, ou en pingouin, je me dis qu'il fait une fissure dans un si beau tableau. Pourtant, il dégage un charme qui répare cette fissure, et assez largement je dois dire. Il doit sûrement se demander pourquoi je suis venue l'aborder.

« Non, je pense pas. Pourquoi ? J’ai tellement l’air d’avoir besoin d’aide ? » 

Outch, ça fait mal.

De quoi tu parles ?

Cette réponse fracassante qui veut dire : « Non mais tu peux dégager, s'il te plaît ? »

N'importe quoi.

Je le regarde alors qu'un léger sourire traverse son visage. Je pousse un léger sourire au coin des lèvres puis je le regarde droit dans les yeux.

« Vous le semblez, oui. Votre tenu est peut-être une raison. Si quelqu'un vous repère ici, et dans cette tenue, vous allez bien me mettre dans l'embarras. »

Si madame Jorzevzik le vois dans sa soirée et encore plus dans cette tenue, je crains recevoir des cloches dans les oreilles. Je me demande bien qui il est et comment il a bien pu entrer, à moins d'avoir usurper l'identité de quelqu'un. C'est bien simple, je ne l'ai jamais vue dans aucune soirée à Gotham City et je les organise toutes, les soirées comme celle-ci bien entendu.


« Je me présente, je suis Jaina Hudson, je suis organisatrice de gala et j'ai organisé la soirée de madame Jorzevzik, ici. La tenue que vous portez n'est normalement pas autorisé, on peut vous mettre dehors sur le champs, en un claquement de doigt. »

Je le regarde, un sourire aux lèvres. Je parle un peu sèchement mais pour qu'il comprenne qu'il se trouve dans une situation qu'il pensait accessible, mais elle ne l'est aucunement. Je ferai tout de même le nécessaire pour qu'il ne soit pas mis à la porte, il m'intrigue et comme je suis de nature curieuse, j'ai très envie de le connaître. Je m'apprête à dire quelque chose lorsque j'entends les talonnettes de quelqu'un approcher, mais c'est sûrement un homme dont les chaussures sont neuves et où ses talons claque bien le carrelage.

« Un problème, Miss Hudson ? »

OH NON PAS JAKE !

Tais-toi !

Je passe deux doigts sur la tempe en clignant lentement des yeux. White Rabbit vient de me faire mal à la tête en criant comme cela. Je tourne le visage vers Jake, le fils de madame Jorzevzik. Il regarde le blondinet face à moi de manière peu agréable puis tourne son visage vers moi, avec son sourire charmeur qui ne me charme absolument pas. Au contraire, j'aurai préféré l'éviter.

« Non monsieur … Je vous présente un serveur qui est arrivé en retard, j'allais justement le conduire à l'arrière pour qu'il aille se changer et servir les hôtes. Dis-je en regardant les deux hommes, près de moi, chacun leur tour.

- Bien, dit-il en regardant le blond de bas en haut, je vous laisse. N'hésitez pas à venir me revoir pendant la soirée, Jaina. »

Je ne préfère rien dire, je le regarde partir puis je regarde l'homme face à moi. Je me rapproche de lui puis je murmure doucement : « Suis-moi ou tu es foutu ». Je pars devant et je me dirige au fond de la salle, je viens ouvrir une porte où je le laisse rentrer puis je referme dernière moi. Je le regarde en pensant que je venais peut-être d'éviter une sortie forcer par les gardes ainsi qu'un coup de pied aux fesses à ce bel homme devant moi.

« Ne me dites pas que vous êtes un homme aisé qui vient ici en jean et en basket pour jouer les rebelles, je peux très bien me douter que vous êtes entré ici en usurpant une identité. Qu'est-ce que vous cherchez à venir ici ? »

Je le regarde en croisant les bras, attendant une réponse de sa part. J'espère qu'il ne me trouvera pas trop dur avec lui, qu'il sache au moins que les choses auraient pu se passer autrement.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mar 15 Déc - 19:48

Et la réponse est oui. Ma tenue en est la cause évidemment. Tout le monde m’a de toute façon d’ors et déjà repéré. Mais une tenue pareille, c’est ce qu’on montre aux gens à la télévision quand on leur décrit des délinquants. Ils ne veulent pas de problèmes donc ils ne viendront pas m’aborder, sauf en groupe peut être. Mais la plupart doivent attendre que la sécurité vienne pour me renvoyer d’ici. Mais avec mon nom sur la liste, je les vois mal débarquer ici d’eux même. De mon point de vue, personne ne me fera partir d’ici sans que je le veuille, sinon, j’aurais pris la peine de m’acheter une tenue hors de prix pour mieux me fondre dans le décor. Et c’est ce pauvre Mr Taylor qui aurait du payer …

Par contre, que ça la mette dans l’embarras, c’est déjà bien plus probable. Il est fortement possible que l’un d’eux vienne se plaindre de la présence d’une personne comme moi en ce lieu. J’en déduis de ce fait que c’est elle qui organise cette soirée … Et elle me le confirme quelques secondes plus tard. J’apprends même son nom au passage, Jaina Hudson. Ca ne me dit rien, ça n’est qu’une millionnaire parmi plein d’autres millionnaires comme je suis qu’un pauvre au milieu de plein d’autres pauvres, deux parfaits inconnus au milieu de pleins d’autres inconnus en somme. Mais moi, je suis un inconnu en terre hostile et elle ne manque pas de me le rappeler en m’indiquant que je peux me faire virer à n’importe quel moment. Si ce genre de chose devait m’arrêtait, Anarky n’aurait surement jamais vu le jour. Braver l’interdit, c’est devenu une seconde nature chez moi et je commence à devenir vraiment doué. Je remarque un petit sourire sur ses lèvres. Si ça avait été une autre personne, j’aurais tout de suite deviné que ce sourire était du à la simple pensée de moi exclu de cet endroit. Mais elle, elle n’est pas comme les autres, du moins, c’est l’intime conviction que j’ai même si je ne sais pas de pourquoi j’ai cette sensation. Elle, peut être que son sourire n’est là que pour contrebalancer le rude discours qu’elle tient. Je dois dire qu’elle m’intrigue. J’ai tendance à prêter peu d’importance aux gens en eux même, à part ceux que je fréquente dans le cadre de l’aide aux plus démunis, et encore … Mais elle, c’est tout simplement … différent. Elle ne colle pas au portrait que je pourrais m’en faire, c’est peut être ça qui fait qu’elle est si intrigante. Je la regarde dans les yeux, ses pupilles couleur émeraude sont presque envoutantes. Je ne décroche pas un seul mot, à vrai dire, si c’était une autre personne bien plus banale, je serais déjà parti sans même chercher à discuter. Ici, je suis un intrus, comme une greffe rejeté par l'organisme. Et la seule chose qui me retient, c’est elle …

Mais malheureusement, des claquements de chaussures se font de plus en plus fort et un homme arrive à nos cotés. Il me dévisage comme si je n’étais même pas humain. Puis il lance un sourire pathétique à mon ange gardien qui me fait passer pour un serveur pour éviter à chacun de nous deux d’avoir des problèmes. J’ai le droit à un autre regard dédaigneux avant qu’il reparte. Sa présence était insupportable. Lui, il était conforme à tous les clichés qu’on peut s’en faire. Un prétendu charmeur, un pseudo Don Juan bien habillé avec un sourire niais persuadé de pouvoir séduire n’importe quelle femme alors que son porte feuille est la seule chose le rendant intéressant. C’est juste un déchet, un type qui ne vit que grâce à l’argent de sa famille et qui ne fera jamais rien de sa vie. Je n’ai préféré rien dire, je voulais juste qu’il s’en aille rapidement. Sans elle, ça aurait vite dégénéré … A peine est il parti qu’elle s’approche de moi pour me murmurer de la suivre. Elle s’élance et je la talonne. On arrive au fond de la salle, elle me fait rentrer dans une petite pièce puis ferme derrière nous. Elle me regarde puis m’envoie une remarque franche. Au moins, elle ne tourne pas autour du pot. Elle a les bras croisés et reste là, face à moi, comme un tortionnaire qui attend des réponses. Une partie de moi me crie de me révolter, de ne pas me plier à ses règles. J’ai du mal avec l’autorité. Mais je fais taire cette pulsion et la revoit au fin fond de mon inconscient. Je la fixe puis me décide à lui répondre.

« Disons que la curiosité m’a poussé à venir là. Je n’aime pas vraiment qu’on me dise quoi penser alors plutôt que d’écouter ce qui se dit à la télévision, j’ai préféré venir ici voir de mes propres yeux cet univers différent du mien. C’était peut être idiot mais … les limites, c’est une notion plutôt abstraite pour moi, et puis, ça a été plutôt intéressant comme soirée. »

Je marque un léger temps de pause, réfléchissant à la suite.

« Je pense que si quelqu’un avait voulu me mettre dehors, ça aurait déjà été fait vu le nombre de regard de travers que j’ai reçu. Mais je ne suis pas là pour causer de problèmes à quiconque. Alors si ma présence vous dérange, je vais m’éclipser. Je comptais partir de toute façon. Je ne suis pas chez moi ici … »

Je mets mes mains dans les poches de ma veste et attends sa réponse. J’espère qu’elle me laissera partir rapidement. Mais … j’ai envie d’en savoir un peu plus sur elle. Je sens que si je pars maintenant, sans lever un peu le voile qui plane sur elle, la soirée aura un gout plus amer. Mais ça ne dépend plus que d’elle, je n’ai pas l’intention de m’imposer ici. L’autorité, ça n’a jamais été mon truc de toute façon …
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mer 16 Déc - 0:03

La pièce est celle des serveuses, serveuses et du reste du personnel de la soirée. Ele comporte un canapé mais aussi des sortes de casiers en bois dans lesquels ils peuvent mettre leurs affaires. Je regarde le blond en face de moi. Je me tiens droite et il en fait de même. Je ne pense pas qu'il veuille me tenir tête.

« Disons que la curiosité m’a poussé à venir là. Je n’aime pas vraiment qu’on me dise quoi penser alors plutôt que d’écouter ce qui se dit à la télévision, j’ai préféré venir ici voir de mes propres yeux cet univers différent du mien. C’était peut être idiot mais … les limites, c’est une notion plutôt abstraite pour moi, et puis, ça a été plutôt intéressant comme soirée. » 

Je le regarde en hochant la tête, c'est bien ce qui me semblait donc, comme je l'avais dit. Il fait partit de la classe bien en dessous de la mienne et de celles des autres personnes. Il a bien usurpé l'identité d'une autre personne pour rentrer ici et les gardiens ne se sont douter de rien.

« Je pense que si quelqu’un avait voulu me mettre dehors, ça aurait déjà été fait vu le nombre de regard de travers que j’ai reçu. Mais je ne suis pas là pour causer de problèmes à quiconque. Alors si ma présence vous dérange, je vais m’éclipser. Je comptais partir de toute façon. Je ne suis pas chez moi ici … »

Je l'écoute attentivement. Il désire voir ce qu'est une soirée comme celle-ci, voir comment les gens se comportent mais il est près à partir pour me respecter, le fait que je puisse être dans l'embarras ou quoi que ce soit. Parfait. Je le regarde en souriant et j'ai envie d'en connaître plus sur lui, de regarder en lui, de le lire comme dans un livre ouvert. Il m'intrigue, il est même plutôt mignon, même très mignon avec ses yeux bleus perçants.

« Vous voulez vous intéresser à cette soirée ? Pas de problème. »

Je me dirige vers le dernier casier, je prends sur une étagère un pantalon noir, une chemise, une veste, une paire de chaussette, des chaussures et un nœud papillon. Je m'avance vers le blondinet et je lui donne les affaires.

« Si vous voulez espionner des gens, il faut être un caméléon, n'est-ce pas ? Vêtu ainsi vous serez déjà dehors si je ne vous avais pas approché. »

Je me dirige vers une coiffeuse comportant plusieurs peignes et maquillages des jeunes serveuses. Je m'empare d'un peigne puis je me reviens vers lui. Je vais lui coiffer un peu les cheveux, qu'il soit au moins correct. Je me rapproche de lui, je le regarde dans les yeux et je me demande ce qui a bien pu lui arriver ou dans qu'elle famille il a grandit pour être ainsi : curieux de connaître ce monde, mon monde en réalité. Je lève le regard vers ses cheveux et j'essaye de les coiffer.

« Cela peut vous surprendre mais oui je vais vous aider. En temps normal j'aurai renvoyer quelqu'un d'autre dehors mais … Vous avez quelque chose qui m'intrigue, sûrement cette curiosité, le fait que vous étiez complètement perdu. Enfin je ne sais pas. »

Je le regarde, je souris légèrement puis je vais reposer le peigne. Je reste de dos pour le laisser s'habiller, je regarde la coiffeuse avec les accessoires des serveuses. Ce qu'elles possèdent doit coûter six fois moins cher que mes produits, voir dix. Je me rends compte au fur et à mesure à quel point le vieux chaman, en Inde, avait raison. Je suis devenue riche, et j'adore ça. Mais j'aime aussi avoir l'autorité comme je lai avec le personnel. J'ai l'impression que je suis sur le point de me détester.

Mais non ne dis pas ça.

Laisse moi tranquille.

Cette voix qui résonne encore et encore dans ma tête … Elle doit bien être ce dont parlais le chaman, elle connaît tout de moi et de la vie à Gotham grâce à ce que je sais. J'aimerai qu'elle n'existe pas. Je retiens un soupir puis je redresse un peu la tête. J'attends qu'il soit prêt.

« Quand vous serez prêt nous sortirons, je dirais aux personnes que nous croiserons que vous êtes serveur aujourd'hui mais que vous êtes aussi un stagiaire concernant le métier que je fais. Vous pourrez ainsi voir comment se comporte les gens de la haute société, voir les bonnes personnes et les mauvaises. Mais si l'envie vous viens de jeter, dans leur misérable visage, ce que vous pensez, ne le faite pas, pour moi mais aussi pour vous. C'est d'accord ? »

Je baisse le regard vers mes ongles, que je frotte légèrement entre eux en attendant qu'il prononce un mot, j'espère qu'il comprendra.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Dim 20 Déc - 1:15

Elle m’a proposé de rester … C’est tout sauf que ce dont à quoi je m’attendais. Je peux toujours dire que je m’en vais mais … je ne le veux plus tellement maintenant. Elle a su attirer mon attention alors je ne partirais que lorsque j’en saurais plus sur elle. Elle va dans un casier et en ramène des affaires qu’elle me dit implicitement d’enfiler. Changer de tenue, c’est tout de suite moins agréable, surtout pour troquer ma tenue contre une tenue de serveur. Elle s’éloigne de moi encore une fois pour revenir avec un peigne. Elle s’arrête juste devant moi et ses yeux glissent sur les miens. Puis elle tend la main tenant le peigne vers mes cheveux et je suis pris d’un mouvement instinctif de recul, relevant quasiment du reflexe. Mais j’arrête net cette impulsion et la laisse faire. Elle fait ça doucement, ça contraste avec le discours qu’elle a tenu depuis notre rencontre. Si je veux mieux la connaitre, je pense que je vais devoir percer cette carapace. Ce sont ses yeux qui la trahissent. A l’extérieur, malgré sa beauté certaine, elle est presque banale mais ses yeux sont envoutants, quand je les regarde, j’ai le sentiment de voir quelque chose d’entièrement différent se cachant plus profond en elle, les yeux seraient les fenêtres menant à l’âme après tout. Tandis qu’elle essaie de coiffer mes cheveux comme elle le peut, elle me dit qu’elle aussi me trouve intrigant et que c’est pour ça qu’elle m’aide. Comme quoi, chacun a su attirer l’attention de l’autre à sa façon. C’est étrange comme situation, presque troublant. Ca doit être la première fois quelqu’un s’intéresse à moi. Je n’ai jamais rien été de plus qu’une personne discrète, sans histoire, sans fréquentation. Mes parents étaient les seuls à se soucier de moi. J’aurais pu disparaitre et eux seuls s’en seraient rendu compte. Je n’ai jamais été plus qu’un nom sur des listes, une donnée dans des statistiques, une âme damné en enfer …

Elle esquisse un autre sourire puis part reposer le peigne tout en prenant soin de rester tourné le temps que je change de tenue. Je pose mes vêtements à contre cœur pour enfiler les autres. Je la mets entièrement et finit par mettre ce nœud papillon, me transformant en véritable pingouin. Si je pouvais bruler cette tenue, je le ferais immédiatement. Je me sens mal à l’aise dedans, que ça soit dans la chemise ou dans les chaussures. Mais il est trop tard pour faire marcher arrière. Et puis, si c’est le sacrifice à faire pour en savoir plus sur cette femme, je suis prêt à le faire. J’espère juste que je n’aurais pas à porter ces vêtements trop longtemps. Elle m’explique pour qui elle va me faire passer et me demande de retenir si jamais j’ai envie d’insulter les gens que nous pourrions croiser. Comme si j’allais cracher ma haine à la face de la première personne que nous allons croiser. J’ai eu beaucoup d’occasion qui m’aurait légitimement donné une raison de le faire. Mais je ne suis pas assez idiot pour le faire. Ca serait puéril et inutile de toute façon. Néanmoins, je retiens le mot « misérable » qu’elle utilise pour les qualifier ? Éprouverait-elle les mêmes sentiments que moi envers eux ? Ca serait surprenant mais d’un coté, logique. Si elle n’était pas différent d’eux, elle ne ferait pas tout ça pour moi. Donc qu’elle pense ce genre de chose d’eux, ça serait la suite logique des choses. Mais j’imagine que je vais le découvrir un peu plus tard ce soir.

« Je suis prêt à y aller. Et ne vous inquiétez pas, je saurais me tenir à carreau. »

Je la regarde en attendant qu’elle sorte de la pièce pour me guider au milieu de ce zoo si exotique. Dans le fond, c’est presque ça. J’observe ces personnes comme un enfant découvre des animaux venant de contrées lointaines dans un zoo. Mais contrairement à l’enfant qui est fasciné par les créatures qu’ils découvrent, moi, je suis dégouté. Toutes mes découvertes ne sont qu’amères déceptions, fidèle à l’idée négative que je m’en faisais. Il n’y a qu’elle qui pour le moment, semble plus se rapprocher du fascinant que du dégoutant. Il n’y a plus qu’à espérer que ça ne soit pas une déception de plus, ça rendrait la soirée bien moins agréable et elle l’est déjà peu.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Dim 20 Déc - 22:48

Lorsque j'entends l'homme derrière moi me dire qu'il est prêt et qu'il se tiendra droit, je suis soulagée, je souris doucement et je me retourne vers lui. Il a vêtu la tenu que je lui avais donné, il ressemble aux autres serveurs de la salle. Il ne ressemble plus à la personne que j'ai rencontré quelques minutes plus tôt et ça m'amuse. J'ai l'impression d'être un metteur en scène et qu'il est mon comédien. Je m'avance vers lui, je rajuste comme il faut son nœud papillon, je rajuste le col de sa chemise ainsi que sa veste noir puis je glisse quelques mèches de cheveux derrière son oreille. Je le regarde un instant avant de m'éloigner de lui pour ouvrir la porte menant directement à la salle. Je sors, je le laisse sortir puis je referme la porte derrière lui. J'avance vers les gens et je chuchote doucement à l'invité surprise, qui est maintenant serveur : « Bienvenue dans la fosse aux lions. »

Je m'avance un peu plus lentement vers la foule. Je regarde plusieurs personnes que je reconnais. Je vois , bien sûr, des personnes qui travailles pour Lex Luthor. Je ne préfère pas détailler ce sujet. Lex Luthor est une personne que je ne souhaite pas vraiment rencontrer, néanmoins je sais que je devrai organiser une soirée en son honneur, il ne me semble pas qu'il sera présent d'ailleurs, et j'aurai préféré ne pas le faire. Pourquoi je vais le faire ? Car cela va me rapporter beaucoup d'argents et ainsi que je pourrai donner de cet argent aux associations mais aussi dans certains locaux pour SDF et dans ceux qui aident les drogués de la ville. Il faudra que je pense à y faire un tour un de ses jours, il le faut en tout cas.
Je me dirige vers une personne que je connais, une personne de confiance, pour commencer. Je vérifie que le blondinet me suis bien puis je continue mon chemin vers cette personne.

« Mademoiselle Hudson ! Me dit-elle

- Madame Cartaun. » dis-je aimablement et avec le sourire.

Cette dame est une vraie perle. J'ai organisé pour elle plusieurs galas et quelques fois c'étaient des galas de charités mais disons qu'ils étaient un peu camouflé. Les invités ne savaient pas qu'ils allaient à un gala de charité, ainsi ils y avaient plus d'invités, les gens n'ont pas fuis, car oui, beaucoup de riches sont radins et désirent plutôt dépenser 15000$ dans un collier de perle pour leur poule plutôt que de donner au moins 30$ pour des orphelins. Je regarde madame Cartaun, une femme âgée de 75 ans et qui a toute sa tête, elle est rigolote, la joie de vivre et aide les gens, cela fait plaisir de voir une femme aussi aisée qu'elle bien se tenir et être aussi aimable avec autrui.

« Quelle belle soirée, je n'en suis même pas étonnée, vous excellez toujours dans votre domaine, Jaina.

- Merci beaucoup madame. Je me décale un peu et je lui présente le blondinet. Je vous présente mon stagiaire, il est serveur ce soir afin de pouvoir voir un peu les métiers de tout le monde, ceux qui m'entoure.

- Oh je vois … Dit-elle en regardant le blondinet en souriant. Ravie de vous rencontrer, vous avez choisis la bonne personne, je suis sûre qu'elle sera une bonne instructrice. D'ailleurs Jaina, je voudrai vous voir d'ici peu pour organiser un autre gala … Vous savez un gala …

- Un gala masqué vous voulez dire ? Dis-je avec un grand sourire.

- Oui tout à fait ! Je vous téléphonerai pour que l'on puisse en discuter, ou bien je viendrai à votre bureau.

- Avec plaisir, vous êtes toujours la bienvenue.

- Au plaisir jeune homme » dit-elle en faisant un clin d’œil au blondinet.

Je l'a regarde en souriant puis je regarde mon compagnon. Il venait d'être apprécié, c'était sûrement parce qu'il est avec moi. Quoi que, on ne saura jamais. Je marche de nouveau vers d'autres personnes, ou plutôt à travers les gens sans avoir une cible précise. Je déambule, sentant la présence du blondinet derrière moi jusqu'à ce que je sente quelqu'un me prendre le bras.

« Jaina, il y a du retard en cuisine, peux-tu aller voir ? » Me dit l'hôte de la soirée.

Je l'a regarde en hochant la tête puis je regarde le blondinet, je m'avance vers lui et je lui dis : « Je reviens, je vais en cuisine, en attendant tu peux déambuler et écouter les gens, mais fais attention. »

Je regarde les invités puis je me dirige dans la cuisine. Je pousse la porte et je me rends compte que plus aucun cuisinier n'est présent. Je m'avance dans la pièce pour voir où ils se cachent mais je ne vois vraiment personne. J'entends un bruit dans mon dos, je me retourne et je vois Jake face à moi.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? Tu as vue qu'il n'y a personne dans les cuisines ? Dis-je en m'énervant légèrement.

- Normal, je leur ai donné une pause d'une demi-heure.

- Excuse moi ? Ce n'est pas à toi de donner ces ordres ! Vas les chercher plutôt que de me regarder bêtement ! »

Durant ces délicates paroles, Jake s'était rapproché, un peu trop. Il se penche comme s'il voulait m'embrasser et par peur, et sûrement par réflexe devant un sombre idiot comme lui, je recule et je lui mets un baffe. La portée de cette claque était sûrement violente, pour lui, mais je dois dire que je n'ai pas vraiment mesuré ma force et ma vitesse. Je sens mon cœur battre à cent à l'heure : je suis stressée pour mon travail, je vois qu'il n'y a personne dans les cuisines, Jake veut m'embrasser alors qu'il n'est rien à mes yeux et je suis si stressée que je ne mesure même pas ma force. Jake se tient la joue et me prends le bras, violemment pour me tirer en dehors des cuisines. Il traverse la salle et va vers une sortie de secours, j'essaye de retirer son bras, je crois même que je l'insulte, mais je n'en suis même pas sûre. Il pousse la porte et me mets dehors avant de refermer la porte. Le froid attaque directement ma peau et je préfère hurler pour extérioriser ma colère.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 21 Déc - 0:27

Mon regard toujours posé sur elle, elle se retourne et s’approche de moi pour ajuster ma tenue. C’est toujours assez particulier comme instant mais cette fois, pas de mouvement de recul, même quand elle me touche directement les cheveux pour les mettre derrière mon oreille. C’est à croire que mon corps est prêt à la laisser percer ma carapace. Mais est ce que moi je suis prêt à le faire ? Il est encore trop tôt pour que je puisse me prononcer. On échange un bref regard puis elle prend les devants et quitte la pièce. Je la suis et la laisse refermer derrière moi. Elle s’approche de moi et me souhaite la bienvenue dans « la fosse aux lions ». C’est une expression que j’aurais été capable d’utiliser pour les décrire mais qu’elle le fasse, je n’y pensais pas. Elle commence vraiment à se détacher de l’image que je m’en faisais et en un sens, c’est une bonne chose. Ensuite, elle avance d’un pas lent au milieu de la foule et je la suis, légèrement en retrait. Malgré ma tenue me rattachant à cet endroit, je me sens toujours aussi étranger. Je suis comme Lucifer au milieu des autres anges du paradis, un ange déchu et envoyé en enfer pour avoir osé affronter Dieu. Mais ici, le dieu, c’est le système et l’enfer, ce sont les bas quartiers. Et pour les habitants de cet enfer, je serais celui qui apportera la lumière qui les sortira de l’obscurité dans laquelle ils vivent depuis trop longtemps. Cet enfer, il vaut tout autant que ce paradis vicié, aux valeurs corrompues par l’argent. Et je serais peut être même prêt à me damner si c’était le prix à payer pour les libérer des ténèbres.

Perdu dans mes pensées, je ne remarque l’arrivée d’une dame âgée que lorsque qu’elle salue celle qui me guide. Je reste en arrière et regarde cette dame d’un certain âge. Elle lui envoie quelques compliments au sujet de la soirée. Les deux semblent plutôt bien s’entendre, je ne relève aucune animosité entre ces deux là, pas comme c’était le cas avec l’homme de tout à l’heure. Puis j’ai le droit à une présentation auprès de la vieille femme qui me salue à mon tour. Je ne parle pas, ne voulant pas les déranger dans les discussions. Elles finissent leurs affaires et la dame âgée, avant de nous laisser, m’adresse un clin d’œil tout en me disant au revoir.

« Passez une bonne soirée. » Dis-je en réponse avant qu’elle nous quitte.

C’était la deuxième personne amicale que je croisais. Mais peut être l’a t été seulement parce que j’étais en compagnie de l’organisatrice de la soirée. Si j’avais été seule, tout aurait pu être différent. Malheureusement, je ne le saurais surement jamais et je devrais me contenter de ces doutes qui seront vite oubliés. Elle reprend sa marche et je la suis toujours jusqu’à ce qu’une autre personne vienne la trouver. Elle vient me voir ensuite pour me dire qu’elle revient et que je peux rester là tant que je ne fais pas de vague. J’hoche la tête et la regarde s’éloigner. Me voilà seule au milieu des fauves. J’attends un peu avant d’avancer de nouveau mais moi, personne ne vient me trouver. J’observe les gens comme je le faisais au début de la soirée pendant de longues minutes. J’ai hâte qu’elle revienne pour rendre la situation plus agréable. Seul, je n’ai qu’une envie, c’est de partir. Mais je ne le fais pas, je ne fais qu’attendre sagement son retour.

Mais elle ne revient pas … Voilà déjà cinq minutes qu’elle est parti et toujours rien, c’est anormal. Elle devrait être revenue, il doit y avoir un problème. Je cherche du regard ce qui ressemble à la porte des cuisines et finit par trouver. J’avance à grands pas vers les cuisines mais alors que j’en suis encore à quelques mètres et que de nombreuses personnes se dressent comme des obstacles, je vois le jeune homme de tout à l’heure sortir à toute vitesse, tirant Mlle Hudson par l’avant bras tandis qu’elle essaie de s’en défaire. Je ne mets pas longtemps à comprendre qu’elle ne le suit pas de son plein gré. J’emboite le pas et les suis malgré toutes les personnes me barrant le chemin. Je le vois ouvrir une sortie de secours et la mettre dehors. Il referme la porte au moment où j’arrive derrière lui. Il se retourne vers moi et me toise du même regard dédaigneux que tout à l’heure.

« Qu’est ce que tu veux ? Dégage de là, retourne faire ton travail. »

« J’ai pas d’ordre à recevoir de toi, alors on va sortir discuter un peu.»

Je le saisis par le col de sa chemise, ouvre la porte et le jette dehors lui aussi. Je le suis et sort, refermant la porte derrière moi. La colère bouillonne en moi. C’est cette colère qui m’a toujours habité, celle que tous ceux venant des quartiers pauvres ont en eux. J’ai su la contenir en moi durant toute la soirée mais ce type, c’est la goute d’eau qui fait déborder le vase. Le voir se comporter comme le pire des enfoirés, c’est trop. Je pense qu’on a tous rêver au moins une fois de voir l’un de ses riches à genoux devant nous, le voir nous supplier, voir les rôles s’inverser. Ca fait partie de ses pulsions qu’il faut maitriser mais ce soir, j’ai envie de me défouler. Il se trouve face à moi et me regarde, ses yeux sont chargés de colère. Il s’avance vers moi et me pousse contre la porte.

« Tu vas regretter ton geste. Tu peux dire au revoir à ton travail … et aussi à tes dents. »

Mais je ne lui laisse pas le temps de me frapper et lui colle un uppercut dans le ventre. Il n’a pas vu venir le coup et se plie légèrement sous la douleur. J’en profite pour lui mettre un autre coup de poing en pleine mâchoire puis un coup de genou dans le ventre. Je me suis déjà battu contre des types plus balèzes que lui qui étaient prêt à m’ouvrir le ventre pour les quelques billets que j’avais dans mes poches. Des coups, j’en ai reçu et j’en ai donné alors ce n’est pas un fils à papa dans son genre qui va l’intimider. Je vais peut être me faire tabasser par les gardes après ça mais si c’est le prix à payer pour me défouler, alors je le payerai. J’attrape le col de sa chemise et le plaque brutalement contre le mur. Il laisse s’échapper un grognement de douleur et j’en finis avec un autre coup de poing en plein visage, arrachant un craquement à son nez et l’envoyant au sol. Alors qu’il est par terre, il grommelle quelques insultes à mon égard et je ne peux retenir un dernier coup de pied que je lui envoie dans les cotes. Je le regarde, aussi misérable qu’il est puis me tourne vers celle que je suis venu chercher. Elle a l’air d’avoir froid et d’être sacrément énervé. J’ôte ma veste et la dépose sur ses épaules, l’adrénaline me permettant d’être moins sensible au froid qu’elle. Après avoir posé ma veste sur ses épaules, je m’écarte d’un pas et la regarde.

« Vous allez bien ? Il ne vous a pas fait de mal ? »

Oui, je m’inquiète un peu pour elle … Moi-même ça m’étonne mais … je pense que je m’en serais voulu si il lui était arrivé quelque chose. Et puis, pourquoi elle je ne l’aiderais pas quand elle en a besoin ? Ce n’est pas parce qu’elle est riche qu’elle ne le mérite pas, surtout qu’elle m’a aidé à rester dans cette soirée. Je devais l’aider, c’est une certitude. Mais peut être que je me cherche une excuse parce que … je m’inquiète juste pour elle et qu’éprouver ce genre de chose, ça me fait … peur …
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 21 Déc - 23:00

Je passe mes mains dans mes cheveux, je sens l'air frais me rafraîchir assez vite malgré le fait que je suis très énervée contre lui, contre Jake. Par sa faute, je venais de me faire virer de mon job, de sa part et bien sûr ça allait être de ma faute, comme si j'avais vraiment besoin de ça maintenant. Dire que le blondinet est toujours à l'intérieur et que j'étais en train de l'aider, de découvrir ce monde de cinglé, d'hypocrite mais aussi d'enfoiré comme Jake. Je soupir et je regarde cette ruelle sordide. Je peux pas retourner dans le bâtiment, j'aimerai mais là je ne peux vraiment pas. Des personnes m'auront sûrement vue me faire éjecter et je ne peux pas tenter le risque de rentrer, me faire humilier et gâcher ma réputation d’organisatrice.

J'entends la porte se rouvrir et c'est le blondinet qui sort avec Jake qu'il tient par le col de la chemise. Je recule, de peur de me prendre Jake en plein dans la poire. Je les regarde, l'un à l'autre sont très énervés, leurs sourcils sont froncés, ils sont tendus, ils se regardent et on sent qu'une onde va les pousser à se battre. Se battre ? Non pas ici, surtout pas, cela ne fera qu'augmenter les problèmes. Je souffle doucement : « Non non … Ne faites pas ça. » en secouant légèrement la tête. Je regarde Jake foncer vers le blond, lui dire qu'il est viré et qu'il va perdre ses dents, si seulement il savait qu'il n'est pas un vrai employé, il pèterait encore plus les plombs et ne manquerait pas de dire à sa mère et aux autres que je fais passer des gens en douce dans les soirées mondaines. Il lève son poing et je vois le blond riposter très rapidement et de manière agile. Néanmoins, je ne peux regarder cette scène. Je prononce juste un : « Arrêtez ! », en espérant être entendu et je recule pour ne pas me prendre de coup et ni voir ce qu'il se passe. Je n'ai jamais pu tolérer et aimer les bagarres. J'entends quelqu'un tomber au sol, je tourne le regard vers cette personne qui est belle et bien Jake. Au sol, il insulte le blondinet qui se charge de lui mettre un coup de pied dans les côtes. Je ferme les yeux et j'inspire, tournant la tête pour ne pas voir la douleur sur le visage de Jake. Je passe mes bras sur mes bras, les croisant, et j'entends le blond s'approcher vers moi. Je sens qu'il pose sa veste sur mes épaules, sûrement dans le but de me réchauffer ou même me réconforter.

« Vous allez bien ? Il ne vous a pas fait de mal ? »

Je lève doucement le regard vers lui, me demandant pourquoi il l'avait frappé puis je me dis qu'il a dû me voir me laisser traîner par ce connard ici, pour me mettre de dehors hors du regard des autres mais cela n'a pas échappé au regard du blondinet. Je hoche légèrement la tête, je ne sais pas vraiment comme réagir à vrai dire, je pense plutôt à Jake au sol, souffrant des coups de poings et du coup de pied dans les côtes donnés par le blond.

« Il a juste été trop loin, comme je ne suis pas du même avis que lui, il a voulu me virer pour ne plus avoir à me voir. Et puis la gifle ne lui a pas plu. »

Je me tourne de nouveau vers la porte de secours où sors madame Cartaun. J'ouvre légèrement la bouche, voulant lui dire de ne pas rester ici et de rentrer à l'intérieur mais elle vient directement face à moi et le blondinet.

« Vous allez bien ? Je vous ai vue vous faire traîner par cet imbécile, et j'ai vu votre ami sortir avec lui.

- Oui je vais bien et lui aussi … Mais pas vraiment Jake.

- Rentré chez vous Jaina, je m'occupe de tout, je dirai que vous êtes tombés malade et je m'occupe de Jake.

- Pourquoi faites-vous cela, madame Cartaun ?

- Je vous aime bien, dit-elle en me souriant, vous méritez de vous reposer et de vous éloigner de tous ces ours. Allez vous réchauffez. »

Elle mime avec ses mains pour que nous partions, comme avec les enfants. Je souris malgré moi mais elle me fait rire, cette femme est vraiment adorable. Je l'a regarde aller chercher deux serveurs pour qu'ils puissent porter Jake et pour ma part je prend le poignet du blond pour le traîner hors de la ruelle, afin de ne pas être vue par eux.

Une fois dans la rue, je le regarde. Il est plus beau sous les projecteurs de la ville et je lui rétorque un léger sourire au coin.

« Viens, on va chez moi, on a pas fini de parler tous les deux. »

Je regarde s'il n'y a pas de voiture, je traverse la rue puis je marche quelques mètres, je tourne dans une rue et me voilà déjà à mon immeuble, c'était certes rapide mais l'avantage d'être organisatrice de soirée est que mon lieu de travail est assez proche. Je rentre en première dans l'immeuble pour je monte les escaliers. Une fois au deuxième étage, je viens vers ma porte et j'appuie sur ma poignée ou un bout est à reconnaissance digitale. La porte se déverrouille puis je rentre, je le laisse entrer puis je referme la porte. Je retire directement mes chaussures puis je marche, pieds nus, jusqu'à mon salon. Il fait chaud alors je retire la veste qu'il m'a donné pour la poser sur le dossier d'une chaise.

« Tu peux venir t'asseoir sur le canapé et te mettre à l'aise, et oui je préfère te tutoyer, si cela ne te dérange pas. Et bien sûr tu peux aussi me tutoyer. »

Je vais dans la cuisine, je prends deux verres ainsi qu'une cruche d'eau. Cela nous fera du bien. Je m'assois sur le canapé et je pose les verres ainsi que la cruche sur la table basse. Je sers les verres puis je pose la fameuse question que je voulais poser durant toute la soirée : « Alors, comment tu t'appelles ? »



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mar 22 Déc - 0:38

C’est fou comme le frapper m’a fait du bien. Pourtant, je ne prends pas de plaisir à me battre habituellement, j’ai même tendance à éviter ça mais là, c’était plus fort que moi. J’ai évacué toute la frustration accumulée durant cette soirée en le frappant, toute cette colère qui est monté en moi devant tant d’opulence et d’hypocrisie. Je ne daigne même pas le regarder alors que je l’entends marmonner des insultes et des menaces d’une voix faible. Je la regarde elle qui finit par lever les yeux qui viennent à la rencontre des miens. De ses explications je comprends qu’il a agi sous l’effet de la colère, un acte digne d’un enfant capricieux qui n’a pas volé la baffe qu’il a reçu … et encore moins la raclée que je lui ai collé. Je reste silencieux, jugeant que pour ce soir, j’en ai déjà assez fait. Je ne risque pas de remettre le pied dans l’une de ces soirées mais de toute façon, je n’en ai aucune envie, aujourd’hui m’aura largement suffit.

Soudainement, la porte s’ouvre et c’est la sympathique dame rencontrée plus tot qui apparait dans l’encadrement de la porte. Elle ordonne à Jaina de rentrer chez elle en disant qu’elle s’occupera du sale type. J’imagine que pour moi, la soirée se termine et que je n’ai plus qu’à rentrer chez moi mais tandis que la vieille dame disparait de l’autre coté de la porte, une main vient me saisir le poigné et elle m’entraine en dehors de la ruelle. C’est avec un sourire aux lèvres qu’elle me dit que ça ne se termine pas là et elle m’invite chez elle. Une fois de plus, je pourrais refuser mais je ne le fais pas. J’ai toujours cette envie d’en découvrir plus sur elle et là, elle m’offre une chance d’assouvir ce désir. Alors j’hoche la tête et la suit. On traverse la rue puis on marche sur le trottoir d’en face. Elle est devant moi, me montrant le chemin. Moi, je regarde autour de moi, je regarde les belles voitures allant à toute vitesse, je regarde ces gens insouciants flânés dans le quartier malgré l’heure tardive. Je ne me sens pas plus à ma place ici que dans la salle du gala. Ici, pas de sans abri se réchauffant avec un feu de poubelle, pas de père de famille rentrant chez lui avec un maigre repas et la mine basse, rien ne faisant penser à cette misère qui n’est pourtant pas si loin que ça. Et c’est ça qui me révolte, le fait que pas loin, des gens ne savent pas si ils pourront manger demain et qu’ici, personne ne s’en soucie. C’est ce que je ressens quand je regarde autour de moi dans ce quartier …

Mais je n’y pense pas plus longtemps car on arrive très rapidement à son immeuble. Je la suis toujours jusqu’au deuxième étage qui est celui où est son appartement. Elle me fait entrer dans ce dernier puis ferme la porte derrière nous. Je la laisse passé devant, remarquant au passage qu’elle pose immédiatement ces chaussures puis la veste que je lui ai passé une dizaine de minutes plus tôt. J’avance dans cette grande pièce qui doit bien faire la moitié de la taille de mon appartement, si ce n’est plus. Je m’arrête à coté d’une grande table et j’y pose le nœud papillon qui me gène plus qu’autre chose. Je déboutonne même un bouton de la chemise, me libérant un peu de son étreinte. Je me rappelle que mes vêtements sont toujours là bas, il faudra que je lui demande si elle peut les récupérer. J’entends de nouveau sa voix, elle me propose d’aller m’assoir dans le canapé et au passage me dit qu’elle préfère me tutoyer.

« Ca ne me dérange pas. Je suis moi-même plus à l’aise avec le tutoiement. »

J’avance jusqu’au canapé dans lequel je m’assois. Il est confortable, je n’imagine même pas le prix qu’il doit couter. Tout doit couter une fortune dans cet appartement de toute manière. Je chasse ces pensées de mon esprit, elle pourrait gâcher cette soirée qui est devenu bien plus plaisante. Pas instant j’imaginais finir dans l’appartement d’une femme aussi charmante qu’elle mais je dois avouer que c’est agréable comme sentiment. Elle arrive avec une cruche remplie d’eau ainsi que deux verres. Elle s’assoit à coté de moi et remplie les deux verres avant de me demander comment je m’appelle.

« Loonie … Loonie Machin. »

Il faut bien commencer quelque part. Et puis je sais déjà comment elle s’appelle alors elle aussi mérite de savoir comment je m’appelle. Pourtant, habituellement, même mon nom c’est quelque chose que je dis plutôt difficilement. Je n’aime pas parler de moi, chaque information est dévoilée avec parcimonie. Mais avec elle, je suis étrangement à l’aise et je n’ai pas cette habituelle retenue. J’ai presque peur de trop en dire, d’ouvrir ma carapace trop facilement alors que je ne sais encore rien d’elle. Je sais juste son nom ainsi que c’est elle qui a organisé cette soirée qu’elle a du quitter, laissant derrière elle un type avec surement une ou deux côtes fêlées.

« Je suis désolé pour ce que j’ai fait au type, Jake je crois. Disons que j’ai eu du mal à retenir mes coups après ce qu’il a fait. J’espère juste que vous n’aurez pas de problème à cause de moi. »

Lui et moi, on ne se reverra surement jamais mais elle, elle risque de le revoir et c’est elle qui va devoir assumer les conséquences de mes actes. Je n’aurais peut être pas du agir d’une telle façon, je n’en sais trop rien. Mais d’un autre coté, si rien de tout ça n’était arrivé, je serais toujours là bas alors en un sens, c’est une bonne chose. Je lève les yeux vers elle et croise son regard. Ses yeux émeraude transpercent les miens et écartent ce à quoi je pensais, ne laissant plus qu’elle, ses yeux envoutants, sa beauté fatale et son voile de mystère qui ne demande qu’à être levé.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mar 22 Déc - 22:41

« Loonie … Loonie Machin. »

Je porte le verre à mes lèvres en souriant lorsque j'entends son nom. Loonie. Je bois légèrement puis je repose mon verre. Je tourne mon visage vers lui en souriant, doucement. Il a retiré son nœud papillon et il a ouvert un bouton de sa chemise, avec ses cheveux décoiffés il est … Il est … Il est sexy.

« Je suis désolé pour ce que j’ai fait au type, Jake je crois. Disons que j’ai eu du mal à retenir mes coups après ce qu’il a fait. J’espère juste que vous n’aurez pas de problème à cause de moi. »

Je lève le regard vers lui. Il avait bien vue ce qu'il s'était passé et j'en ai un peu honte. Néanmoins, lui qui voulais voir dans quel milieu il se trouvait, il a pu voir le monde des riches, leurs caprices, ce qu'ils font des êtres humains. Jake est le bon fils de sa mère et elle ne lui refuse rien, comme beaucoup de femmes qu'il croise. En lui imposant une barrière, ou plutôt en m'opposant à lui et le rejetant, il s'est sentit faible, un vrai loser, il n'a pas supporté et a fait un caprice. C'est bien triste d'arriver à ce stade à son âge. Je regarde son regard qui transperce le mien, j'en suis un peu perturbée et je me demande bien à quoi il pense.

« Il en parlera peut-être pas, il a trop peur de se retrouver nul, il a peur du scandale, je le connais suffisamment pour le savoir. Je n'aurai sûrement pas de problème et si jamais c'est le cas, je saurai me défendre. »

Je lui souris amicalement, qu'il ne soit pas inquiet pour moi. Je trouve son intention juste et gentil, j'apprécie beaucoup cela. Ça me touche même. J'aimerai le connaître beaucoup plus. Je regarde mon salon, blanc, moderne, décoré avec soin, goût mais on sent que j'y ai investit beaucoup d'argent. J'ai peur qu'il se sente mal ou qu'il pense qu'il n'est pas à sa place dans cette pièce. Je me lève puis je me dirige vers un étagère, je tire un tiroir et j'y sors une petite planche troués avec des bâtonnets d'encens à la vanille. Je me dirige vers lui en prenant un briquet au passage puis je pose le tout sur la table basse. Je pose la petite planche et je plante deux bâtonnets que j'allume ensuite avec le briquet. Ça ne provoque pas de lumière mais on peut sentir un peu l'encens et la vanille enivrer la pièce. Je prends doucement, délicatement les mains de Loonie, je le regarde avec gentillesse, je tente de l'apaiser, de lui faire comprendre qu'il peut avoir confiance avec moi.

« Tu es encore trop tendu, avec ce qu'il vient de se passer, il te suffit juste de te détendre. Tu n'as juste qu'à fermer les yeux, et à respirer profondément. Ensuite, essaye de sentir ta respiration, sentir ta cage thoracique se soulever puis redescendre. »

Je le regarde puis je ferme les yeux. Je suis bien sûr mes consignes à la lettre. J'inspire profondément puis je me concentre sur ma cage thoracique, je l'a sens monter et descendre, lentement, je me sens bien. Je décide cette fois de parler plus doucement.

« Sens ton cœur battre contre ta poitrine … Sens ton sang couler dans tes veines. »

Je resserre légèrement ses mains dans les miennes en me concentrant sur les battements de mon cœur. J'essaye d'oublier un peu la soirée. J'essaye de me vider la tête quelques instants et je l'aide à se calmer, à se détendre surtout. Je n'aime pas quand les gens sont tendus. J'ouvre ensuite les yeux et que je le regarde. Je pense qu'il doit être plus apaisé qu'avant.

Il est bizarre, c'est un pauvre de toute façon, il servira à rien.

Tu peux pas la fermer un peu ?

Je ne dis que la vérité.

Non, tu dis ce que tu penses.

Ce dont je pense est vrai.

Arrêtes.

« Si tu veux, tu peux rester ici cette nuit et repartir demain, c'est comme tu veux. En tout cas je tenais à te remercier pour ce que tu as fait. Je suis contre la violence en général mais c'est vrai qu'il m'avait prit un peu trop brutalement, il n'avait pas l'intention de me respecter du tout. Au moins tu as pu rencontrer des gens de la haute société, rentrer en contact avec eux et voir qui ils sont … J'en fais moi-même partie, à cause de mon passé mais aussi à cause de mon métier. Je pense d'ailleurs à bientôt me reconvertir dans des galas de bienfaisance et de charité que je financerai moi-même pour les associations qui en ont besoin. »

C'est vrai qu'il faudrait que je m'y mette à placer ce projet, j'aimerai beaucoup qu'il soit mis en place rapidement pour ne pas à avoir à récurer encore derrière des connards de riches qui n'en ont rien à foutre des autres et ne pense qu'à leurs petites personnes. Je regarde Loonie, une personne que je suis ravie d'avoir rencontrer ce soir. Il est en même temps mon sauveur et sûrement un futur ami. Je lui souris tendrement et je lui murmure :

« J'espère pouvoir te revoir plus souvent, en tout cas, quelle que soit ta décision. »



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mer 23 Déc - 0:49

C’est étrange comme une banale inconnue a pu devenir en un très court laps de temps l’objet de ma curiosité. Je n’avais pas imaginé ce cas de figure, en 24 ans, ça n’était jamais arrivé, alors pourquoi ce soir et surtout là bas ? Et pourtant, je me retrouve assis là face à elle et je n’ai qu’une envie, c’est de mieux la connaitre. J’en viens même à m’inquiéter pour elle. Qu’est ce qu’elle a en elle qui justifie tout ça ? J’ai l’impression de naïvement chercher ça en fixant ses yeux, comme si j’allais soudainement voir la réponse. Ou alors peut être que je fixe ses yeux parce que je les trouve tout simplement … beau ? Plus j’y pense et plus je cherche des réponses, plus tout est confus. Et tout ça n’est provoqué que par un simple échange de regards …

Sa voix s’élève dans l’appartement silencieux. Elle me rassure en me disant qu’il n’en parlera surement pour éviter le scandale. Esclave de son égo, c’est pitoyable. Mais si ça peut lui éviter d’avoir des ennuis, alors je n’ai pas à m’en plaindre. Je ne réponds pas, j’ai toujours cette retenue provoquée par ma timidité qui fait que moins je parle, mieux je me porte. Elle se lève et se dirige vers une étagère. Je la regarde chercher dans l’un des tiroirs puis revenir avec de l’encens et un briquet. Elle pose le tout sur la table basse et allume deux bâtonnets d’encens. De la fumée commence à s’échapper du haut des bâtonnets et une odeur de vanille parvient jusqu’à mes narines. L’odeur est agréable mais le contact de ses mains l’est encore plus. Sa peau est douce, une légère chaleur en émane. Je la laisse faire, ses gestes ne sont pas brusques et son regard les accompagne. Elle me dit de me détendre et me donne quelques instructions pour m’aider à le faire. Je l’écoute puis ferme les yeux juste après elle. J’inspire, je sens mon souffle parcourir mon corps jusqu’à mes poumons, les envahir avant de repartir en remontant doucement pour s’échapper par mes narines. Je sens mes muscles se relâcher petit à petit, la tension descend. Mes mains sont toujours dans les siennes alors que je continue d’inspirer et d’expirer comme elle m’a dit de le faire. D’une voix douce, elle me dit de sentir mon cœur battre dans ma poitrine. Je me concentre dessus et ressens chaque pulsion. Mes muscles finissent par être totalement relâchés et ma tête vidée. Je me sens plus détendu, plus posé, loin des pensées négatives que j’éprouvais à l’extérieur.

J’ouvre les yeux et regarde nos mains les unes dans les autres. Elle serre les miennes légèrement. Ca fait longtemps que je n’ai pas eu de tel contact avec une autre personne. Cela m’étonne moi-même mais ça ne me dérange pas, bien au contraire. Mais l’étonnement est encore plus grand quand elle me propose de rester chez elle pour la nuit. Je m’attendais à tout sauf ça. On s’est rencontré il y a à peine quelques heures, on ne connait presque pas et elle me propose de rester chez elle toute une nuit. Avant de lui donner une réponse, j’attends qu’elle finisse de parler. Je l’écoute me remercier puis me parler très brièvement de la soirée et de son possible futur. Des galas de bienfaisance pour les associations … c’est intéressant. Si elle se met à entrer en contact et fréquenter les associations, on pourra surement se revoir. Et dans un murmure, elle aussi me dit qu’elle espère me revoir. Je souris, content de voir qu’elle non plus ne souhaite pas que tout se résume à un seul soir. Mais parler de se revoir est trop parce que …

« Je n’ai personne qui m’attend chez moi alors … je vais rester ici pour la nuit. »

Je décroche un timide sourire et me met à faire doucement glisser mon pouce contre le dos de sa main dans un sens puis dans l’autre.

« Moi aussi je dois te remercier de m’avoir aidé à rester un peu plus longtemps dans cette soirée. Maintenant, je sais à quoi m’en tenir concernant aux gens de la haute société de la ville. Et même si le bilan n’est pas très positif, cette rencontre vient contrebalancer. A vrai dire, ça faisait longtemps que je n’avais pas rencontré quelqu’un si amical. Je crois que je t’apprécie vraiment et j’aimerais te connaitre un peu plus. »

Je crains de me laisser submerger et de me perdre dans toutes ses pensées, pulsions et désirs qui s’emparent de moi. Même si je suis plus détendu et plus à l’aise, il y a toujours un peu cette confusion provoqué par tout ça. Et je crains vraiment de faire un pas de travers. J’ai l’impression d’être un funambule qui marche sur son fil au dessus du vide. Et la chute serait fatale d’une certaine façon …

« Quitte à commencer quelque part, pourquoi tu es venu vers moi ce soir ? Et surtout, pourquoi tu m’as aidé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mer 23 Déc - 23:43

Je l'observe, attendant une réaction de sa part. Je regarde ses yeux bleus pénétrants les miens, il possède un charme fou, quelque chose d'indescriptible en réalité. Il m'annonce calmement que personne ne l'attend, qu'il accepte mon offre. Au fond de moi je suis ravie car je vais pouvoir discuter un peu plus avec lui avant de songer à aller dormir. D'un autre côté, je sais qu'il n'a pas de petite amie, si personne ne l'attend, et qu'il n'habite pas chez ses parents, qu'il a un appartement à lui. Je me demande maintenant : quel âge a-t-il ? Pas trop jeune je l'espère.

« Moi aussi je dois te remercier de m’avoir aidé à rester un peu plus longtemps dans cette soirée. Maintenant, je sais à quoi m’en tenir concernant aux gens de la haute société de la ville. Et même si le bilan n’est pas très positif, cette rencontre vient contrebalancer. A vrai dire, ça faisait longtemps que je n’avais pas rencontré quelqu’un si amical. Je crois que je t’apprécie vraiment et j’aimerais te connaitre un peu plus. »

Je suis contente de l'avoir aidé, de l'avoir permis d'assouvir son besoin de connaître, de savoir, d'être curieux et je suis aussi contente qu'il ai trouvé un résultat, bien qu'il ne soit « pas très positif » comme il le dit. Au moins il a pu s'initié, se fondre dans la masse pour mieux observer. Lorsqu'il me dit qu'il n'avait pas rencontré quelqu'un de « si amical » depuis longtemps, je ne sais pas trop comment me sentir, comme réagir à cela. Pourtant il est m'a l'air mature, il m'a l'air sympathique, je ne comprend pas pourquoi les gens soient prêts à le rejeter. Je ne suis pas confuse mais cela me perturbe. Il m'apprécie et il a envie de me connaître, c'est tout à fait réciproque. Je sens mes joues chauffées, rougir un peu face à ce qu'il dit. Je baisse légèrement la tête, sans doute par gêne pour ne pas qu'il me voit rougir.

« Quitte à commencer quelque part, pourquoi tu es venu vers moi ce soir ? Et surtout, pourquoi tu m’as aidé ? » 

Voilà la question qui tue, la question que je redoutais un peu. Je me doutais bien qu'il me l'a poserait, je m'y étais un peu préparé, je sais très bien pourquoi je suis allée vers lui et pourquoi je l'ai aidé.

« Et bien … Tu n'es pas passé inaperçu, vêtu en basket et en sweat dans un gala, je me demande qui tu étais et quel était ce culot d'oser faire cela. Ça m'a intrigué, ça m'a donné envie d'aller à ta rencontre avant que quelqu'un ne te croises et vienne te jeter dehors. Après tout, si tu as réussis à entrer c'est qu'il n'y avait pas de problème, et cela m'intriguais. Je dois t'avouer que je ne regrette aucunement ce choix, je suis contente d'être venue vers toi. Je t'ai aidé parce que quand je t'ai vue, je me suis dis que je le devais, que tu avais du cran pour faire ce que tu as fait, je voulais te connaître, tu m'as intéressé alors j'ai fait en sorte que l'on puisse rester en contact, il fallait que tu sois un caméléon au milieu des autres.»

Je lui souris amicalement puis je prends mon verre en main. Je bois un peu, cela me rafraîchis et me fais du bien. Je repose le verre avant d'enchaîner :

« J'ai l'impression que l'on peut bien s'entendre, que l'on est sur la même longueur d'onde toi et moi. Je suis peut-être riche, je fais peut-être partie de la haute société mais je suis très ouverte aux gens. Depuis peu de temps j'essaye de m'intéresser de plus en plus aux différentes associations et aux locaux pour les SDF. Je ne sais pas si je serai à la hauteur, si j'arriverai à m'investir suffisamment, mais j'en ai envie, j'en ai marre de voir des gens dormir dehors dans le froid, j'en ai marre de voir des gens et des enfants mourir de faim ... »

Je regarde mes ongles, je les regardais depuis que je lui parle, pratiquement. Je frotte un ongle contre ma peau puis je lève les yeux vers ses magnifiques pupilles bleus. Je pousse un très léger sourire, le sujet n'est pas vraiment joyeux.

« Et toi ? Pourquoi est-ce que tu es venu ? Tu voulais que je te déguise en pingouin ? Tu es venu par curiosité ? »

Je le regarde dans les yeux et je me rends compte qu'une de mes mains n'avaient pas quitter la sienne, celle dont le pouce caressait ma peau quelques minutes plus tôt, une sensation qui était plus qu'agréable. Néanmoins je ne bouge pas. Mon autre main, avec laquelle j'avais pris mon verre, se loge sur ma cuisse, simplement.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Jeu 24 Déc - 1:38

Elle répond à ma question, me disant que je l’intriguais et qu’elle ne regrette pas d’être venue vers moi. Je souris en l’entendant me dire ça, content que ça soit aussi le cas pour elle. Elle boit une gorgée d’eau avant de continuer. Tandis qu’elle me dit qu’on pourrait bien s’entendre, je prends moi aussi mon verre d’eau et en bois une gorgée. Je l’écoute attentivement, heureux d’apprendre qu’elle fait partie de ces gens qui profitent de leur fortune pour aider les autres. Quand elle dit que nous sommes sur la même longueur d’onde, elle a étonnement raison parce que malgré le fait que nous sommes très différents à première vue, nous avons de nombreux points communs. Je repose mon verre et croise ses yeux. Un discret sourire égaye son visage, contrastant avec le sujet plutôt morose qu’elle évoquait juste avant. Et puis vient à son tour de poser la question. C’était évident qu’elle allait elle aussi me demander ce que je faisais là bas. Elle mérite d’entendre toute la vérité vu qu’elle a été franche avec moi.

« Je suis un habitant de Park Row et je l’ai toujours été. Là bas, tout ce qu’on a pour se représenter les gens comme vous, c’est la télévision. On doit se contenter des images qu’on nous donne parce que jamais aucun d’entre nous n’aura l’occasion de voir l’un de ses galas de ses propres yeux. Mais moi, je ne peux pas m’en contenter. Je sais pertinemment que ce qu’on nous montre, ça n’est pas forcement la vérité et j’aime me faire ma propre opinion des choses. Alors je me suis invité dans ce gala. En un sens, c’est la curiosité qui m’a poussé à y aller. Et non, me déguiser en serveur ne m’enchantait pas vraiment. Mais ça a été bénéfique alors j’ai fait le bon choix en acceptant. »

Mon doigt se balade toujours contre le dos de sa main. Ce geste est presque mécanique, je ne le contrôle pas vraiment. Il a démarré tout seul mais je ne fais rien pour l’arrêter. Le contact avec sa peau est agréable et ça ne semble pas la déranger.

« Je suis moi aussi engagé dans de nombreuses associations qui aident les sans abris et les plus démunis. C’est une grande partie de ma vie, j’ai même arrêté mes études pour me dédier à ça. C’est éprouvant et le moral en prend des coups parfois c’est vraiment gratifiant. On pourrait se revoir comme ça. Et si jamais tu as besoin de quelqu’un pour te montrer à quoi ressemblent les quartiers pauvres de la ville, je serais ravi de te servir de guide. On sera quitte au moins. »

Maintenant, j’aurais une excuse pour la revoir. Je n’ai pas envie que ça s’arrête là et d’après ce que j’ai compris, elle non plus. Des rencontres comme celle-ci, j’en fais rarement alors je compte bien faire en sorte que ça ne reste pas qu’une rencontre parmi tant d’autre. Comme elle l’a dit, on est sur la même longueur d’onde et il y a vraiment moyen qu’on s’entende bien.

Et si … et si c’était plus que ça … Et si elle me plaisait ? Je la trouve belle, elle est gentille, sympathique, altruiste. Elle aussi souhaite me revoir, elle m’a même invité à rester ici pour la nuit et j’ai accepté sans hésiter. Je n’ai aucun mal à lui parler, à m’ouvrir à elle alors qu’habituellement, je suis quelqu’un de discret. C’est peut être ça qui permet de tout expliquer. Je ne sais pas quoi en penser, je ne sais même pas si c’est le cas. Tout va si vite, il y a quelques heures on ne se connaissait pas et là, je vais passer toute une nuit dans son appartement. Tout va si vite, c’est encore plus impressionnant pour moi qui n’a pas l’habitude de ce genre de chose. Peut être que tout ça, c’est normal et que je me fais juste des idées mais … j’ai tellement l’impression que c’est le cas. Il est surement encore trop tôt pour savoir si c’est le cas ou pas et la soirée est loin d’être terminé.

Sans m’en rendre compte, mes yeux ne regardent plus les siens mais nos deux mains encore l’une dans l’autre. Et dire que j’étais presque gêné quand elle a essayé de coiffer mes cheveux … Je reste silencieux, à les regarder, l’odeur de l’encens toujours aussi présent mais moins que mes pensées qui se bousculent dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Jeu 24 Déc - 17:07

Lorsqu'il m'explique qu'il vient de Park Row, tout devient plus claire maintenant à mes yeux. Je comprends son accoutrement, sa fascination, ou plutôt sa curiosité, à propos de la haute société de la ville. Il est que les médias jouent beaucoup là-dessus, essayant de montrer que les gens ayant du pouvoir sont des bonnes personnes, ce qui n'est pas vraiment le cas. Souvent ils font semblants ou font les choses « biens » pour être bien vue par le peuple mais sinon ils ne sont pas capable d'approcher une personne n'appartenant pas à sa classe sociale. A croire que les gens sont des animaux, ne sont rien. C'est ce dont je prends conscience petit à petit et que j'essaye de changer. Souvent les gens ont peurs des gens dans le besoin car ils demandent ce que tout le monde recherche : l'argent. Tout le monde est une sorte de dragon qui tient à ne pas perdre son trésor, pas même une seule pièce d'or. Le monde est radin, le dragon l'est bien aussi, et comme un dragon, les gens ayant de l'argent sont pleins de pouvoir, ils peuvent t'exterminer grâce à cet or que tout le monde recherche. Il est facile de faire chanter quelqu'un, de lui faire avouer quelque chose grâce à cet or. Il a eu raison de vouloir voir de ses propres yeux ce que les gens sont, ce qu'ils pensent et ce qu'ils vivent. Beaucoup de gens de la haute sont des vrais pourritures et certaines sont vraiment des perles. Je sens son pouce caresser le dos de ma main, je le laisse faire, ne sachant pas trop comment faire. Je ne m'attendais pas à ce qu'il exprime ce genre d'affection, à vrai dire.

Il enchaîne ensuite sur le fait qu'il est engagé sur des associations pour les SDF lui aussi. C'est attentionné de sa part, surtout lorsque l'on vit à Park Row, ce quartier mal fréquenté mais aussi le quartier des pauvres, comme certains l'appel. Je me demande comment il vit, pourtant travailler avec ces personnes n'est que du bénévolat, s'il ne touche pas de salaire je me demande comment est-ce qu'il fait pour vivre, pour payer un loyer. Ce n'est pas vraiment un important pour le moment. Il me dit qu'il pourrait me faire visiter ce quartier et que l'on pourrait se revoir dans un centre. En effet ça pourrait être possible et je pense que j'apprécierai beaucoup le fait qu'il me montre ce quartier, histoire que je sorte du nouveau Gotham et que je vois un peu plus comment les gens vivent. Ce que je sais, néanmoins, c'est qu'ils n'ont pas la même vie que j'ai pu avoir dans le bidonville où je vivais en dehors de Mumbai. Le regard de Loonie est dirigé vers nos mains, il avait repris dans sa main ma deuxième main, sans que je m'en rende compte. Je le regarde faire puis je regarde moi aussi nos mains. Elles sont l'une dans l'autre et aucun de nous deux semblent avoir envie de les bouger, de s'en défaire.

Cela me rend un peu perplexe, je viens de le rencontrer et voilà que nous nous tenions les mains, mais de manière animal et non pas de la même manière que lorsque je voulais le détendre. L'exercice de détente s'est transformé en une atmosphère tendre et amicale. Je ne sais pas vraiment comme réagir face à cela. Il semble me plaire mais en même temps j'ai l'impression que j'ai une légère retenue face à lui, je ne sais pas si c'est de la timidité ou bien si c'est parce que j'ai rarement eu un homme dans ma vie.

« C'est aimable de ta part Loonie, j'apprécie ton initiative, je serai ravie de pouvoir faire cela avec toi. »

Mes yeux croisent les siens et une sorte d'onde, de chaleur m'envahis. Je détourne le regard, regardant à travers la fenêtre les lumières de la ville, les lumières provenant des autres appartement des grattes-ciels.

« Je … Je vais te montrer là où tu passeras la nuit, d'accord ? »

Je me lève doucement, lâchant ses mains puis je me dirige vers un couloir de l'appartement en remettant calmement ma robe. Je marche dans le couloir, j'allume les lumières et je regarde les murs. J'avais oublié que la dernière fois j'ai eu une petite crise de colère à cause de White Rabbit, cette femme qui hante mon esprit. La tapisserie laisse voir des griffes mais aussi quelques tâches de sang à cause du fait que j'ai griffer à me faire mal les doigts, à les irriter. Quelques bouts de papiers ont été déchirer et j'avais complètement oublié ce couloir. Je préfère faire comme si je ne m'en rendais pas compte et je me dirige vers une porte. Je l'ouvre et j'allume la lumière afin de lui présenter une chambre blanche avec quelques tons gris clair et beige. La chambre émane une certaine pureté, elle est propre, simple et le lit est plutôt accueillant. Je dois avouer que j'aime ce lit, le matelas est confortable, les draps sont doux et chaud. Je m'avance dans la pièce et je viens ouvrir la porte pour lui montrer que la chambre possède une salle de bain comportant des WC, un lavabo, une douche et bien-sûr des serviettes. Je me tourne vers lui et je me rends compte qu'il n'a pas les habits avec lesquels je l'avais rencontré.

« Si tu désires te laver il n'y a pas de problème. Pour ce qui est de tes habits j'irais les chercher et je te les donnerai la prochaine fois que je te verrais. Tu peux garder le costume. »

Je lui souris légèrement, ne sachant pas si je dois le laisser et partir ou s'il désire me poser encore des questions à mon propos.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Dim 27 Déc - 23:34

Sa voix me tire de mes pensées. Elle me dit qu'elle serait elle aussi ravie de visiter Park Row en ma compagnie. Désormais, il est certain qu'on se reverra, je peux pleinement profiter de cette soirée. Une fois de plus, nos regards se croisent mais elle dévie le sien. Je reste perplexe face à ça, craignant d'avoir provoquer une gêne chez elle. Elle m'annonce ensuite qu'elle va me montrer là où je vais dormir cette nuit.  

Sa main quitte la mienne et elle se lève du canapé. Je l'imite et la suis le long du couloir. A peu près au milieu de ce dernier, je remarque des griffures sur le mur ainsi que de très légères taches de sang. Quelqu'un a griffé le mur, peut être une lutte. C'est étrange mais je me retiens de poser des questions à ce sujet. A mon avis, si ça la concerne, ça ne doit pas être quelque chose de plaisant à raconter et je ne tiens pas à la mettre mal à l'aise. Elle reste de marbre en passant à coté, j'imagine qu'elle ne veut donc pas en entendre parler. Elle ouvre une porte et nous rentrons dans la pièce. C'est une chambre sobrement décoré mais spacieuse et accueillante. Il y a un grand lit au milieu, il a l'air confortable. Elle me montre également la salle de bain qui se situe juste à coté. Elle me précise que j'ai le droit de me laver et m'informe qu'elle récupérera mes vêtements plus tard et que je peux garder le costume. J'aurais préféré retrouver mes vêtements plus tôt et me débarrasser une bonne fois pour toute de ce costume mais les circonstances en ont voulu autrement. Je vais donc de voir garder ce costume un peu plus longtemps que prévu, je n'ai de toute façon pas d'autre alternative … Je la regarde, son visage est orné d'un léger sourire. Je tourne mon regard vers la pièce et fais quelques petits pas au milieu de celle-ci. Cette chambre est très bien, elle vaut largement celle où je passe habituellement mes nuits, elle est même surement plus confortable. Mais … je ne m'y sens pas à l'aise, quelque chose me gène mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Pourtant, je me sentais bien dans son appartement. L'odeur de l'encens était agréable et sa présence rendait le tout bien au delà de mes espérances. Là, même si elle est là, je ne me sens plus aussi bien. Je me retourne vers elle.

" Est-ce que ça te dérangerait si … on discute encore un peu ? "

Si j'ai accepté de rester ici pour la nuit, ce n'est pas pour profiter d'un lit confortable, c'est pour rester avec elle. Je ne veux pas me montrer intrusif ou la forcer à quoique ce soit mais j'apprécie vraiment sa compagnie et ça m'aidera peut être à me sentir mieux dans cette pièce. Et si elle refuse, je n'aurais plus qu'à essayer de trouver le sommeil d'une façon ou d'une autre même si cette perspective se montre peu agréable.                          

J'avance jusqu'au lit et me penche, appuyant légèrement ma main contre. Effectivement, il est plus que confortable aux premiers abords. Mais ce n'est pas ça qui me fait mieux me sentir dans cette chambre. J'ai ce sentiment d'être totalement étranger à cet endroit, comme c'était le cas quand j'étais encore au gala. Une grande chambre spacieuse, sobrement mais bien décorée, ça n'est pas pour moi. Je n'arrive pas à apprécier l'endroit, il ne me parait pas accueillant, il me parait froid. J'ai un mouvement de recul et m'éloigne légèrement du lit. Je me retourne vers Jaina et la regarde tout en cherchant à cacher ce sentiment que j'éprouve pour cet endroit. Je croise son regard mais baisse rapidement les yeux vers le sol et puis j'attends une réponse de sa part et espère qu'elle sera positive, sinon, la nuit risque d'être longue …
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 28 Déc - 19:01

Quelques jours plus tôt

Ma tête me brûle, la voix de White Rabbit hante mes pensées et tente de me faire craquer. Je pense que son énervement fait que j'ai aussi mal au crâne. Je tire mes cheveux pour que cela cesse, pour que mon mal parte enfin, mais rien ne s'arrange, j'ai l'impression que ma tête va exploser d'une minute à l'autre, sans que je ne puisse rien y faire.

Tu en veux encore ? On va tester un petit quelque chose.

« Tester quoi ?! »

Je pousse un cri sous la douleur, j'ai l'impression que l'on tord mon bras. Je titube dans le couloir et mon dos se colle au mur. Je tends mon bras en espérant qu'il se calme mais une autre douleur surgit au niveau de ma hanche. Je suis comme projetée sur le mur en face de moi et mes doigts deviennent chaud et douloureux, comme si la douleur présente dans mon bras parcourait mes mains puis mes doigts. Je m'accroche au mur, je sens mes ongles s'enfoncés dans le papier peint comme pour me retenir ou extériorisé la douleur. J'ai soudainement mal aux jambes, je sens des larmes couler sur mes joues et je recommence à crier. Je ne peux que m'asseoir pour tenter de me soulager. Mes doigts rampe le long du mur et je sens mes doigts s’égratigner. Je m'allonge au sol, cherchant à me soulager, à me détendre comme je peux mais c'est impossible. J'essaye d’agripper le mur en face de moi avec mes ongles comme si cela pouvait m'aider à tenir, à ne pas sombrer dans un coma ou à m'évanouir tellement la douleur est forte. Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas ce qui m'arrive ou ce qui pourrait m'arriver de plus pire. Pourtant, alors que je souffre, j'entends White Rabbit rire.

Maintenant

Je regarde Loonie qui observe la pièce, je suis consciente qu'il ne doit pas se sentir à sa place, cela doit lui paraître bizarre ou doit lui sembler étranger de se retrouver dans une pièce aussi luxueuse que celle-ci, là où il va dormir, alors qu'il a l'habitude de dormir dans son appartement, à Park Row. Je sais que je ne peux pas me mettre à sa place, et que je n'y serais sûrement jamais. Je ne veux pas que tout cela le repousse, j'aimerai juste apprendre à la connaître davantage, car … Je crois, qu'il m'intéresse vraiment.

" Est-ce que ça te dérangerait si … on discute encore un peu ? " 

Je le regarde se tourner vers le lit pour toucher la douceur et le moelleux du matelas. Je pense qu'il ne doit vraiment pas se sentir à sa place. Il se tourne ensuite vers moi, attendant une réponse. A vrai dire, je ne m'attendais pas vraiment à cette question de sa part, mais j'en suis ravie, car j'ai moi aussi de lui parler, histoire d'en connaître un peu plus sur lui. Je hoche légèrement la tête puis je m'avance pour venir m'asseoir sur le lit, je le regarde alors de bas, tandis qu'il est debout. Je me contente de l'observer et je crois que c'est la première fois depuis longtemps que je demande, et que je laisse, dormir un homme chez moi depuis que je vis seule, ici, à Gotham. Je crois que c'est la première fois que je me sens autant en confiance avec quelqu'un alors que pourtant, ici, c'est un peu compliqué de trouver la confiance chez une personne vivant à Gotham. Mais je ne peux pas oublier la façon dont il m'a défendu ce soir, alors qu'il ne me connaissait même pas et ni savait ce qu'il s'était passé. C'était courageux de sa part et j'en suis ravis.

« Ça ne me dérange absolument pas, tu peux me demander tout ce que tu souhaites ou lancer un sujet de conversation, je t'écouterai et je te répondrai. »

Je pose ma main à côté de moi et tapote légèrement l'endroit pour lui faire comprendre qu'il peut s'installer à mes côtés. Pour l'invité et lui montrer ma confiance que je place en lui, je lui rétorque un sourire des plus amicales. Je crois, qu'au fond, je commence à bien l'aimer.





Dernière édition par Jaina Hudson le Mar 29 Déc - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mar 29 Déc - 2:45

J'attends se réponse mais elle ne vient pas, du moins, pas avec des mots. Elle avance vers moi et vient s'assoir sur le lit. J'en déduis qu'elle est d'accord pour qu'on discute encore un peu. Je m'en réjouis déjà, ça me fera toujours moins de temps à passer tout seul dans cette chambre. Je la regarde et elle en fait de même. Je me demande si elle s'est rendue compte que je ne me sens pas vraiment à l'aise ici. C'est peut être pour ça qu'elle a accepté de rester un peu plus longtemps. Je pense qu'elle l'a aperçu, elle doit être assez observatrice pour le voir et elle a eu toute la soirée pour le voir. Elle ouvre finalement la bouche pour me confirmer que ça ne la dérange pas. Cela provoque chez moi un léger sourire. Elle aussi aborde un chaleureux sourire et je remarque sa main tapoter juste à coté d'elle. Je comprends qu'elle m'invite à venir m'assoir à coté. Je n'hésite que très peu avant de m'avancer et de m'assoir sur le lit, à quelques centimètres d'elle.

Je reste silencieux quelques instants. Je crois que je me sens un peu mieux. C'est peut être du au lit qui est vraiment confortable et rend l'endroit plus accueillant. Ou alors c'est grâce à elle. Elle est juste à coté de moi et sa présence a quelque chose de rassurant. Maintenant, il s'agit de discuter un peu plus. Elle m'a dit que je peux lui demander ce que je veux ou parler de n'importe quoi. Je n'y avais pas réfléchi, ma demande était autant pour qu'elle reste un peu plus que pour réellement discuter. J'hésite à parler de ce que j'ai vu dans le couloir, les griffures et les taches de sang sur le mur. J'ai envie de savoir de quoi il s'agit mais je pense que le moment est mal choisi pour en parler. Mais il n'y a pas que ça que j'aimerais savoir …

" Tout à l'heure, quand tu es partie en cuisine, qu'est-ce qui s'est passé pour que ça se finisse avec ce type te jetant dehors ? C'est la première fois qu'il se comportait comme ça avec toi ou alors ça s'est déjà plusieurs fois comme ça ? "

Je n'avais pas assisté à la scène dans la cuisine. Tout ce que j'avais vu, c'était lui la trainant de façon relativement violente par le bras avant de la jeter dehors sans la moindre hésitation. Juste ça, ça rend mon acte légitime à mes yeux et je ne regrette aucunement ce que j'ai fais. Je serais même prêt à recommencer si ça arrivait une nouvelle fois. Mais je tiens quand même à savoir ce qui s'est passé avant. Ce n'est peut être pas le meilleur sujet de conversation possible et peut être n'a-t-elle pas envie d'en parler mais je pense que j'ai le droit d'être au courant. Après tout, je l'ai tabassé pour elle alors cette histoire, j'y suis plongé autant qu'elle. Et puis, ça me permet de forger encore mon opinion suivant ces dires. Je saurais à quoi m'en tenir pour ce genre de type. Il ne m'avais pas paru sympathique la première fois qu'il s'est approché de nous, je me souviens encore de son regard dédaigneux qu'il a posé sur moi comme si je n'étais qu'une créature répugnante. Son passage à tabac, ce n'était que la suite logique des choses. Au moins, la prochaine fois, avant de toiser quelqu'un avec des regards comme ça, il y réfléchira. Surtout qu'au final, c'est moi qui finit par être inviter par Jaina et non lui. C'est une deuxième victoire sur lui, une victoire face à toute une classe dans le fond …

Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mar 29 Déc - 21:37

Je le regarde prendre sa décision, s'asseoir à mes côtés. Il sourit, un peu, mais il sourit. Il ne dit rien, il reste silencieux. Peut-être qu'il cherche quelque chose à dire, mais je pense que s'il voulait vraiment parler, il saurai déjà quoi demander. Peut-être qu'il hésite, peut-être qu'il a vu le couloir se pose mille et une question. Ainsi, il ne sait sûrement pas comment s'en sortir, comment poser la question, comment aborder le sujet et je pense que je ne saurai pas quoi répondre.

Tu réponds simplement « rien ».

Ce serait lui mentir et il le verrait bien, comment dire « rien » devant ce couloir griffer avec des tâches de sangs sur les murs ? Je baisse mon regard vers mes doigts, qui étaient égratignés il y a quelques jours, mais qui sont maintenant comme neuf. Je dévie doucement mon regard sur mes bras, je n'ai pas de trace de bleu à cause de la façon dont m'a empoigné Jack tout à l'heure, il aurait pu vraiment me faire très mal, mais heureusement je n'ai rien.

" Tout à l'heure, quand tu es partie en cuisine, qu'est-ce qui s'est passé pour que ça se finisse avec ce type te jetant dehors ? C'est la première fois qu'il se comportait comme ça avec toi ou alors ça s'est déjà plusieurs fois comme ça ? " 

Ha c'est donc ça, je me demandais s'il allait me poser cette question, s'il allait s'intéresse à cela. Je me tourne légèrement vers lui afin de lui répondre comme il se doit.

« Je te le dis, mais à la suite de ça tu n'iras pas le tuer, ok ? Dis-je avec un léger sourire pour le rassurer et détendre un peu l'atmosphère. Et bien … Quand je suis allée dans la cuisine, comme me l'avait demandé la mère de Jake, pour qui j'organise le gala, j'ai vue qu'il n'y avait aucun cuisinier. Je me demandai où ils étaient passés, ce n'était pas normal qu'il n'y ai personne puis Jake est arrivé, me disant qu'il leur avait donné une pause, je suppose qu'il leur a donné de l'argent pour cela sinon ils ne l'auraient jamais fait puisque je suis la patronne. Il leur a demandé de partir afin que je sois amenée ici d'une quelconque façon. Il a profité de la situation qu'il a bien sûr mit en place, pour tenter de m'embrasser et sans doute aller plus loin. Or je ne veux pas de lui, son attitude était vraiment … Je ne trouve pas de mot assez négatif pour le définir, mais j'étais vraiment remontée contre lui alors je l'ai giflé, et ça ne lui a pas plus comme tu as pu le voir ensuite. »

Je soupir légèrement, me retrouvant dans une situation compliquée parce qu'il a agit de façon immature et inapproprié. Je me sens coupable car j'ai levé la main contre le fils de la femme qui m'a engagé, même s'il l'avait bien cherché, ce n'est pas une attitude que j'aurai dû avoir et s'il en parle à quelqu'un, ce que je doute fortement, ça en parlera partout et plus personne ne m’appellera pour organiser un gala.

« Et voilà, c'est tout. Il m'a mit dehors parce que je l'ai giflé car il a tenté quelque chose avec moi que je refusais. Tu sais le fond de l'histoire maintenant. »

Je le regarde, souriant légèrement mais un peu honteuse, un peu bête.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mer 30 Déc - 3:16

C'est avec un sourire qu'elle commence par me demander de ne pas aller le tuer suite à ce qu'elle va me raconter. Je rigole un peu, amusé par sa remarque. Puis je l'écoute me raconter tout ce qui s'est passé. Je comprends pourquoi elle m'a demandé ça soudainement … Ce type n'est pas qu'un enfoiré, c'est aussi un psychopathe. Mettre en place un tel plan pour se retrouver seul avec elle dans le but de … Le fait qu'elle l'ait giflé est parfaitement compréhensible et quelques coups de pied en plus n'aurait pas été de trop. Et elle a été chanceuse qu'il réagisse comme d'une telle façon à la gifle. Il aurait pu devenir bien plus violent et si il avait levé la main sur elle, je pense que ça aurait beaucoup moins bien fini, surtout pour lui, il n'aurait pas seulement eu des hématomes et des côtes fêlées. Finalement, j'ai peut être envie de le tuer.

" Tu es sur que tu ne veux pas que j'aille le tuer ? Ou au moins lui faire peur ? "

Je tourne mon regard vers elle et lui souris. Mais mon sourire s'estompe un peu après un court instant, la suite n'étant pas sur le même ton amusé.

" Je … je n'imaginais pas à quel point ça avait été loin … Et je suis content que malgré tout ça, tu n'es rien de grave, qui sait jusqu'où il aurait pu aller ? "

Si il lui était arrivé quelque chose, je pense que je m'en serais vraiment voulu. Elle a pris des risques pour moi ce soir et la défendre, ça a été le moyen que j'avais pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Puis, je me suis fais un peu de soucis pour elle. Pourtant, on ne se connaissait pas encore vraiment mais … j'ai presque eu peur qu'il lui arrive quelque chose de bien plus grave. C'est peut être pour ça que j'ai agi aussi vite sous le coup de mon impulsion sans même réfléchir plus que ça ou prendre le temps de discuter avec lui. Plus le temps passe, plus je l'apprécie. C'est une bonne personne et je suis vraiment content d'avoir fait sa connaissance. Ca aurait dommage qu'un sale type mette un terme à tout ça qu'une façon aussi brutale.

" En tout cas, je pense que la gifle était amplement mérité. Et peu importe la suite de l'histoire, tu auras tout mon soutien. Je serais prêt à t'aider autant que je le peux si tu as besoin. C'est le moins que je puisse faire après tout. "

Mon sourire se redessine légèrement sur mes lèvres. Ce n'est pas parce qu'elle est riche qu'elle ne mérite pas mon aide si elle en a besoin. J'aide les gens dans le besoin, que ça soit un besoin d'argent ou d'autre chose. Après cette soirée, je ne peux pas la laisser tomber et seul face à ces gens, surtout après ce que j'ai vu et entendu. Je me débrouillerais pour être présent pour elle autant que possible. Même si ces pensées sont animées en partie par mon altruisme, je me doute qu'au fond, il n'y a pas que ça. Après tout, être là pour elle, ça signifie pouvoir la revoir … J'ai le sentiment que je vais devoir admettre qu'elle ne me laisse définitivement pas indifférent, plus le temps passe, plus ça a l'air d'être le cas … Mon regard qui s'était perdu dans la pièce retrouve le sien et je me replonge dans ses yeux toujours plus envoutant.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Mer 30 Déc - 21:09

Il m'écoute, je ne le vois pas trop réagir, avoir un signe distinctif d'énervement ou même d'agacement, il se contente d'encaisser ou d'écouter. Il doit sûrement repenser à la plaisanterie que j'ai évoqué avant d'avoir répondu à sa question mais je ne souhaite en aucun cas le voir agir de la sorte. Je repense à la gifle que j'ai donné à Jack, il l'avait bien mérité. Heureusement que j'étais déjà bien énervé à cause des cuisiniers et de leurs fautes ou bien je pense que je n'aurai pas pu agir de cette façon.

« Tu es sûr que tu ne veux pas que j'aille le tuer ? Ou au moins lui faire peur ? »

Je tourne mon regard vers lui tandis qu'il en fait de même, nous nous regardons, il me sourit comme pour me prévenir que c'était une blague comme j'avais pu faire avant. Je lui sourit légèrement en retour, sachant qu'il doit bien plaisanter mais je connais maintenant le fond de sa pensée, s'il le revoit, il pourrait réagir différemment maintenant qu'il connaît le fin mot de l'histoire. Je regarde son sourire disparaître petit à petit, il pense maintenant à autre chose et il n'a plus vraiment d'en rire, il a raison, il n'y a pas de quoi en rire.

« Je … Je n'imaginais pas à quel point ça avait été loin … Et je suis content que malgré tout ça, tu n'es rien de grave, qui sait jusqu'où il aurait pu aller ? »

C'est vrai, Jack a été loin mais il aurait pu aller encore plus loin, et je pense que c'était son intention. J'espère seulement qu'il ne dira rien, que sa fierté le rattrapera pour ne rien dire, cacher cette humiliation. Après je sais que ce sera sa parole contre la mienne mais j'ai aussi le soutient de cette dame, dont le nom m'échappe, pour qui j'organise des galas de charités. Elle saura témoigner en cas de besoin, prendre position, et elle connaît les bonnes personnes.

« En tout cas, je pense que la gifle état amplement mérité. Et peu importe la suite de l'histoire, tu auras mon soutien. Je serais prêt à t'aider autant que je le peux si tu as besoin. C'est le moins que je puisse faire après tout. 

- Merci, j'en prends note. »

Dis-je en souriant et en le regardant. Il semble regarde ailleurs ou se perdre dans ses pensées. Je me demande même à quoi il peut penser. Cette soirée s'annonce un peu longue, je ne sais pas ce que l'on va pouvoir encore trouver à se dire, mais je me contente de l'observer, attendant qu'il réagisse d'une quelconque manière. Je le vois tourner légèrement la tête pour croiser mon regard, il me regarde droit dans les yeux et ceci m'électrifie. Je baisse le regard, je crois que je rougis, je sens une chaleur m'envahir de toute part. Je préfère ne rien dire, je souris sans vraiment le vouloir, comme si j'étais contente qu'il m'ait regardé, comme une vraie gamine. Je me lève puis je réajuste ma robe.

« Je te propose de retourner dans le salon si tu veux que l'on parle encore, ou même que l'on oublie cette fin de soirée. »

Je lui souris puis je sors de la chambre afin d'aller dans le salon. Je me dirige vers ma chaîne hi-fi et je mets un CD de musique indienne, douce, agréable, mais comme c'est de mon pays d'origine la musique ne me dérange pas donc j'espère que cela ne dérange pas mon invité, si jamais c'est le cas je changerai. Je vais dans la cuisine puis je prends une bouteille de vin blanc que je débouche assez rapidement puis je reviens dans le salon, je l'a pose sur la table basse à côtés de nos verres puis je m'installe sur le canapé, prête à de nouvelles questions.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Dim 3 Jan - 19:56

A peine mon regard se pose sur elle qu'elle rougit et détourne les yeux ailleurs. C'est le simple fait de croiser mon regard qui la fait rougir ? C'est étonnant, je ne m'attendais pas à ça. Il y a peut être autre chose, j'ai du mal à imaginer que juste nos yeux se croisant puisse lui faire autant d'effet. J'ai toujours un léger sourire qui orne mon visage. J'en ai même oublié la gêne que je ressentais dans cette pièce. Je le regarde se lever et remettre correctement sa longue robe. Elle me propose de retourner dans le salon si je veux parler encore avec elle. Quitter cette pièce pour prolonger la discussion, je n'hésite pas une seule seconde et me lève du lit pour la suivre. Elle part devant moi alors que je traine un peu dans le couloir, regardant un peu plus attentivement les marques sur le mur. On dirait bien des griffures. Ca ne ressemble pas à une bagarre ou quelque chose comme ça, c'est plus comme si quelqu'un avait griffé le mur jusqu'à en saigner mais pourquoi ? Surtout qu'à part elle, je n'ai pas idée de qui cela pourrait être. Mais le doute plane encore, je fais surement fausse route. Je lui en parlerais un jour mais pas ce soir, ça n'est pas le bon soir. J'inspecte une dernière fois du regard les traces puis me dirige vers le salon.

L'odeur dans l'encens empreigne toujours l'air de la pièce mais en plus, une douce musique parvient jusqu'à mes oreilles. Ca ressemble à une musique indienne mais je ne pourrais pas affirmer que c'en est une. Je retourne m'assoir dans le canapé, à la même place que tout à l'heure. Le bâton d'encens est toujours à la même place lui aussi, le bout toujours incandescent. La musique et l'odeur de la vanille créent une ambiance agréable, je me sens mieux ici. Et je me sens encore mieux quand elle me rejoint. Je remarque une bouteille de vin dans sa main et à mon avis, ça n'est pas le même vin que celui que boive les sans abris de Park Row. Elle la pose sur la table basse et s'assoit sur le canapé, à coté de moi. Je la regarde, sa robe, ses lèvres, ses yeux … Une nouvelle question me vient mais j'hésite à la poser. Cette fois, c'est sur sa vie personnelle et je ne sais pas comment elle pourrait réagir à ça. J'ai peur de me montrer trop intrusif, de poser ma question trop maladroitement et de la froisser, gâchant ainsi le reste de la soirée. Mais si je ne lui demande pas, je ne pourrais jamais savoir comment elle aurait réagi ni même la réponse. J'inspire légèrement et décide de me lancer.

" Sans vouloir t'offenser, ta famille n'est pas originaire des Etats Unis, si ? Enfin, je veux dire … tu as des origines autre que celle d'ici ? "

J'ai l'impression de l'avoir fait complétement de travers, si bien que la fin de ma phrase ne devait même pas être totalement audible. Ma confiance en moi commence à s'effriter comme ma carapace. Je m'ouvre plus à elle petit à petit, me sentant plus en confiance ici mais ce qui pourrait presque s'apparenter à un camouflage disparait. Il n'y a plus de Loonie rebelle, volant de l'argent pour payer son loyer ou frappant des types pour défendre quelqu'un. Il ne reste plus que cette facette un peu timide, réservé, solitaire, cette facette de ma personnalité qui m'a défini toute mon enfance et mon adolescence. Et comme cette sorte de défense me protégeant moi et ma vie n'est plus vraiment là, j'ai moins confiance. Et puis, je pense que j'ai peur de faire un faux pas et de la braquer contre moi sans le vouloir. J'ai tendance à porter peu d'importance à ma relation avec les autres mais avec elle, c'est différent … J'ai envie de tenter le coup, de voir si elle peut devenir plus qu'une simple connaissance. Ca fait longtemps que je n'ai pas eu quelqu'un de qui je me sentais proche. Ca fait peut être trop longtemps même …
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Dim 3 Jan - 22:41


Je regarde Loonie s'installer à côté de moi, il reste discret. Je prends son verre que je remplit de vin puis je prends le mien que je rempli et que je porte à mes lèvres pour le goûter et le savourer. Je sens le regard de Loonie se poser sur moi, j'ai une envie irrésistible de le séduire mais je me retiens, dans ma situation c'est ce qu'il y a de mieux à faire, surtout que je le connais que depuis presque deux heures. Je tourne mon regard vers lui, tenant mon verre dans la main.

" Sans vouloir t'offenser, ta famille n'est pas originaire des Etats Unis, si ? Enfin, je veux dire … tu as des origines autre que celle d'ici ? " 

Sa dernière phrase, à la suite de sa question, était dite à voix basse, comme si la question qu'il avait posé la gênait, au fond. Je le regarde, avec un léger sourire puis je bois un peu de mon vin. Je pose le verre puis je pose mon coude sur le dossier du canapé, je me tourne vers Loonie, posant ma tempe sur ma main accoudée au dossier.

« Tu ne m'offenses pas, tu ne m'offensera jamais. Tu peux me poser toutes les questions que tu veux. Et non je ne suis pas originaire d'ici, j'ai passé mon enfance en Inde, près de Mumbai. J'habitais dans un bidonville avec ma famille, puis il s'est passé quelque chose là-bas, quelque chose dont je n'ai pas envie de parler pour le moment. Nous sommes venus ici pour s'en échapper, pour oublier, et mon père est devenu l'ambassadeur Indien à New-York, j'ai grandit là-bas puis je suis venue ici pour vivre seule et être autonome. »

Je lui souris doucement, je lui révèle ma vie et j'en suis contente au fond de moi. J'ai envie de le connaître et je sens qu'il a envie de me connaître lui aussi.

« Je suis toujours attachée à ma culture Indienne, j'écoute souvent de la musique traditionnelle de là-bas, j'ai des tenues de soirées traditionnelles, aussi, et bien d'autres choses qui m'y font penser. Je rêve de retourner là-bas, j'ai de la famille qui mériterai mon aide ainsi que tous ces gens qui vivent dans le bidonville… Ils n'ont pas eu la même chance que moi et j'aimerai leur en donner. »

Je sens l'odeur de l'encens se faire un peu plus forte, voir même un peu trop. Je prends le socle, je lèche deux doigts et j'éteins le bout du bâtonnet. Je me lève et je vais poser le porteur devant une statuette du dieu Shiva. Une statuette que j'avais acheté, il y a un moment, dans une vente aux enchères d'un homme décédé qui l'avait ramené d'Inde. Je l'a caresse légèrement comme si cela me rassure et à vrai dire c'est le cas, mon pays me manque et je suis contente d'avoir quelque chose venant de là-bas.

« Quand j'aurai suffisamment d'argent, quand j'aurai trouvé une personne qui voudra m'accompagner, ou même plusieurs, dans cette mission sauvetage, j'irai là-bas pour donner à ces gens de quoi se relever afin de mettre leur famille en sûreté dans une vrai ville, trouver du travail, survivre à la vie … Parce qu'aujourd'hui la vie est ainsi, il faut survivre à la vie. »

Je me retourne pour le regarder, j'en suis presque troublée. Autant parfois quand je le regarde je ne ressens rien et autant à d'autres moments je ressens des choses fortes. Une chaleur envahi mon ventre et ma poitrine, sans que je ne puisse rien y faire. Je détourne le regard de nouveau pour regarder les autres murs de mon appartement. Je me redirige lentement vers lui et je me rassois et ses côtés, buvant un peu de vin.



Revenir en haut Aller en bas
Loonie Machin
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 97
Localisation : Downtown

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 4 Jan - 19:56

Et le soulagement arrive lorsque qu'elle me dit qu'elle n'est pas offensée. Elle me dit même que je ne l'offenserais jamais et que je peux lui poser n'importe quelle question. Néanmoins, je ferais tout de même attention aux questions que je poserais, on ne sait jamais après tout. Après ça, elle répond à ma question et me confirme qu'elle n'est pas originaire des Etats Unis mais d'Inde. J'aurais pu m'en douter, maintenant, j'en ai la confirmation. J'apprends qu'elle vivait dans un bidonville. Ca, je n'aurais jamais pu m'en douter. J'ai quelques connaissances sur ces bidonvilles qui jonchent le monde et j'en sais assez pour savoir que devenir milliardaire alors que l'on est né là bas, ça défie les lois de probabilités. C'est quasiment impossible pour les habitants d'un quartier comme Park Row alors pour un bidonville dans un pays pas encore développé, ça relève du miracle. Elle évoque très brièvement un évènement dont elle n'a pas envie de parler puis passe à la suite. Je ne pose pas de questions, respectant sa volonté. Elle me parle ensuite de son arrivée à New York puis de son déménagement à Gotham City. Etre autonome ... elle non plus n'a pas résisté à ce désir qu'est celui d'être libre. Je suis bien placé pour la comprendre même si ma séparation de ma famille est bien plus compliqué que ça ... J'arrête immédiatement de penser à ça, n'ayant pas envie de me gâcher la soirée avec ce genre de chose. Je continue de l'écouter, elle parle de son attachement pour son pays d'origine et son envie de retourner là bas pour aider. Je comprends aussi ça, je ressens la même chose vis à vis de Park Row, vis à vis du monde entier même depuis la perte de Xuasus. J'hésite à lui parler de ce que j'ai déjà fait pour aider ces lointains pays à ma façon, les premières actions d'Anarky faites il y a à peine quelques semaines. Mais je préfère garder le silence pour le moment. Je ne veux pas l'effrayer, même si c'était pour une bonne cause, ça n'avait rien de légal, je ne sais pas encore si elle le comprendrait. Elle ne connait même pas encore l'existence de ce Anarky, je devrais peut être attendre de voir ce qu'elle en pense avant d'aller plus loin ...

Elle s'arrête de parler puis elle éteint le bâton d'encens du bout des doigts avant d'aller le reposer devant une petite statuette. Elle représente un dieu indien, Shiva il me semble. Je connais peu l'histoire de ce pays mais je m'y suis assez intéressé pour disposer de quelques connaissances à son sujet. Elle reste quelques instants devant avant de reparler. Elle dit qu'elle y ira quand elle aura trouvée quelqu'un pour l'accompagner. J'ai envie de me proposer immédiatement. Ca serait pour moi une occasion unique de quitter Gotham, ville que je n'ai jamais quittée, et de découvrir le monde que je ne connais qu'à travers les livres des bibliothèques. Partir loin de Gotham et aider les autres, voilà quelque chose que j'aimerais vraiment faire. Mais aujourd'hui, pour moi, c'est beaucoup trop compliqué, je n'ai pas la somme d'argent nécessaire pour un tel projet. Je lui en reparlerais plus tard si j'en ai l'occasion, j'aurais vraiment envie de voir une telle chose se concrétiser.

Elle finit de parler puis se retourne vers moi avant de détourner les yeux une fois de plus. Son regard provoque chez moi aussi un effet assez étrange, je ne saurais vraiment l'expliquer mais c'est à la fois agréable et ... gênant, quelque chose dans ce genre. Elle revient s'assoir avant de boire une gorgée de son verre de vin. Je l'imite, j'ai rarement l'occasion de boire du vin, jamais même. Je n'ai pas l'argent pour m'en acheter, surtout du aussi bon. Je repose le verre sur la table. Je crois que c'est à mon tour de parler maintenant ...

" Je n'imaginais pas tout ça sur toi, loin de là. Je comprends maintenant d'où vient ton désir d'aider les autres. En tout cas, tu es vraiment différente des autres et ... on peut dire que ça me plait."

Je la regarde dans les yeux et lui souris. Apprendre tout ça sur elle, ça ne me fait que plus l'apprécier. On vient à peu près du même milieu et nous avons des objectifs communs. Ca doit être la première fois que je rencontre une personne aussi singulière qu'elle. Et je dois dire que j'aime ça.

" Je n'ai jamais quitté Gotham de ma vie, rien ne me relie à un autre endroit mais je dois t'avouer que quitter cette ville pour aller dans un autre pays pour aider ceux dans le besoin, ça me ferait presque rêver. Mais dans Park Row, il n'y a malheureusement pas de place pour les rêves. Alors j'aide ses habitants, ca compense. "

Je n'ai pas pu m'empêcher d'en parler, c'était plus fort que moi apparemment. Au moins, maintenant, elle le sait. Je me tais un peu, peut être elle aussi a envie de me poser des questions, ça serait logique même. Et c'est donc dans le silence que j'attends ses questions, ou alors une autre réaction, alors que mes yeux se noient dans le vert profond des siens.
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Hudson
Citizen
Citizen
avatar

Nombre de messages : 83
Votre âge : 19/10/1995
Localisation : Midtown
Emploi : Organisatrice de soirée / gala

MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   Lun 4 Jan - 22:12

Je pose mon verre de vin, il en fait de même après avoir bu une gorgée. Je venais de lui révéler une petite partie de ma vie, je le connais, pourtant, depuis peu de temps et cela me fait bizarre de lui avoir révéler. Je sais qu'en général, avec une autre personne, j'aurai juste dit que je viens de l'Inde et ça se serait arrêter là. Pourtant j'avais envie de lui en dire et je l'ai fais, sans retenue, à part la partie qui concerne le chaman.

Encore heureux.

" Je n'imaginais pas tout ça sur toi, loin de là. Je comprends maintenant d'où vient ton désir d'aider les autres. En tout cas, tu es vraiment différente des autres et ... on peut dire que ça me plait." 

Je tourne mon regard vers lui, il me regarde dans les yeux en souriant. Je ressens une nouvelle vague de chaleur m'envahir et je crois que je suis contente à l'idée de savoir que j'ai marqué un point chez lui. Après tout il est mignon, touchant et on se ressemble sur certains points malgré le fait que l'on se connaît depuis peu. Je lui souris doucement en retour, amicalement, ne sachant quoi dire.

" Je n'ai jamais quitté Gotham de ma vie, rien ne me relie à un autre endroit mais je dois t'avouer que quitter cette ville pour aller dans un autre pays pour aider ceux dans le besoin, ça me ferait presque rêver. Mais dans Park Row, il n'y a malheureusement pas de place pour les rêves. Alors j'aide ses habitants, ca compense. " 

Je hoche doucement la tête, comprenant qu'il pense la même chose que moi. Aider ses habitants oui, il me l'avait bien dit tout à l'heure quand il m'a dit qu'il pouvait me montrer Park Row. Quelqu'un comme lui qui n'a rien et tente tant bien que mal d'aider ses semblables est vraiment remarquable. Mais une question me vient et me perturbe. Il travaille bénévolement, il a un appartement, il aide les habitants …

« Comment fais-tu pour vivre ? Comment fais-tu pour vivre alors que tu travailles bénévolement avec des gens démunis ? »

Il me regarde dans les yeux et j'en fais de même. J'ai hâte qu'il me réponde car vraiment je me demande comment il fait. Vole-t-il pour pouvoir payer son loyer et se nourrir ? A-t-il un autre travail ? J'espère qu'il répondra à ma question.

C'est un criminel ? Intéressant.

Il n'a pas dit qu'il l'était.

Il va l'avouer, ce n'est qu'une question de temps et d'envie.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue à ma soirée. [PV Loonie Machin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soirée chatbox à Thème (Miyazaki / Ghibli)
» Images pêle-mêle de la soirée Intel / Adhésia - Geek's So In #2
» Une soirée sympa chez Rop
» Soirée Privée APAS le 30 mai 2009
» Toy Story Playland: Soirée privée Club Actionnaires (3 septembre 2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cнιldreɴ oғ ɢoтнαм :: Nouveau Gotham :: Ritz Gotham Hotel-
Sauter vers: