cнιldreɴ oғ ɢoтнαм


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Au coeur des ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au coeur des ténèbres    Sam 23 Jan - 20:17


❝ Au coeur des ténèbres ❞
Retrouvons Anarky et Green Arrow , alors que l'horloge affiche 01h . Leurs routes se sont croisées sur un toit de Park Row et ils ne sont pas à l’abri d'une intervention du Doppelganger.


L'anarchie, un état d'ordre absolu, un état où la liberté de chacun prime sur tout. Tout le monde peut jouir de sa liberté comme il l'entend et personne ne peut nuire à ça. On est loin des clichés habituels diffusés par les médias qui par abus de langage utilisent le mot anarchie pour parler du chaos. Pour eux, l'anarchie, c'est le désordre, c'est la guerre, c'est la violence, … Et bien sur, monsieur et madame tout le monde n'ont pas la capacité nécessaire pour démêler le vrai du faux, ça fait longtemps qu'on s'est occupé de leur atrophier leur bon sens. Alors il avale tout, il gobe tout comme des oies qu'on gave. Alors ils sont persuadés que l'anarchie, c'est le mal. Mais ils ont tout faux et je vais leur montrer. J'ai de grands projets pour cette ville et ces habitants et ça commence ce soir.

Je donne les derniers coup de tournevis et le pose sur mon bureau, encombré par quelques outils, des morceaux de fils, des bouts de métal et de plastiques, des vis, des boulons, etc … Je saisis l'objet que je bricolais et appuie sur un bouton. Un arc électrique jaillit d'une électrode et rejoint l'autre. C'est enfin terminé et j'en suis fier. Je me lève de mon siège, l'objet toujours en main et fais deux pas jusqu'à mon lit qui est juste derrière moi. Je jette mon récente création dans le sac posé dessus et ferme la fermeture éclair. J'enfile mes rangers puis attrape ma veste et l'enfile avant de la fermer complétement. Je prends le sac à dos et le passe dans mon dos. La soirée s'annonce spéciale. Je traverse mon appartement et en sors. Je ferme la porte à clé derrière moi et me dirige vers les escaliers, quittant ma cage pour me jeter au milieu des fauves et des moutons.

Il fait nuit, l'air est frais et le ciel dégagé, faisant baigner l'obscure ville dans les doux et lumineux rayons de la lune. Elle éclaire presque mieux que les vieux lampadaires clignotants qui arpentent les rues depuis bien trop longtemps. Park Row ne s'améliore pas, c'est même le contraire. La misère noircit l'âme de ce quartier de jour en jour, et l'âme de ses habitants par la même occasion. La vie ici prend des airs de télé réalité de l'extrême, où chacun joue pour sa peau, avec unique récompense un peu plus de temps à vivre. La vie n'est plus qu'une course contre la montre. On court après des objectifs bien trop grands pour les insectes que nous sommes et personne n'a assez de temps pour les atteindre. La Mort fauche toutes les âmes qu'elles croisent sans distinction. Ce quartier sent la mort, elle est ancrée dans le bitume des routes et dans les briques des murs. Elle est omniprésente ici et soit on accepte de vivre avec, soit on finit par être happé bien avant la fin du chrono …

Voilà une vingtaine de minutes que je marche, la capuche rabattue sur la tête et les mains dans les poches. Je finis par quitter les rues pour m'engouffrer dans une petite ruelle entre deux immeubles. Il y a des déchets un peu partout sur le sol, un tonneau brulé et une odeur répugnante. Je fais avec et marche jusqu'à l'escalier de secours de l'un des immeubles. Je monte dessus et grimpe le vieil escalier qui grince comme si chaque pas était une souffrance indescriptible pour lui. Et c'est dans un infernal boucan que j'arrive sur le toit de l'immeuble, face à ce pour quoi j'ai fait tout ce chemin.

C'est une tour de communication qui se dresse fièrement face à moi. Voilà sur l'une des rares choses que l'on partage avec le reste de Gotham. Une pointe de technologie récente au milieu d'une mer d'antiquités. Une tour comme celle là donne accès à toutes les ondes radios de la ville. Avec ça, je peux prendre le contrôle de tous les postes de radios et de toutes les télévisions dans la zone d'influence. Et diffuser ce que je veux, c'est mon objectif. Je m'arrête et pose mon sac sur le sol à coté de moi. Je l'ouvre et en sort mon petit appareil que je pose sur le sol. J'en sors aussi un gros blouson rouge, à l'image de mon pantalon, avec un grand A blanc dessiné sur le coté. Je l'enfile et puis sors un masque tout blanc, représentant un visage à l'expression neutre. Je baisse ma capuche, le met lui aussi et rabat ma capuche sur mon crane. Je sors une ceinture munie de nombreuses poches et la met autour de ma taille. Je range mon appareil dans l'une d'entre elle. Et pour finir, je mets des gants noirs. Me voilà Anarky ! Je marche jusqu'à la tour et escalade le grillage qui doit normalement la protéger de toute intrusion. Je me laisse tomber de l'autre coté et pose mon sac à coté de moi. J'ouvre l'une des poches de ma ceinture et en sors un tournevis. Je commence à dévisser le panneau de contrôle de la tour. J'ai toute la nuit devant moi, j'aurais tout le temps de faire ce que je veux, enfin, je l'espère …
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Queen
Hero
Hero
avatar

Nombre de messages : 126
Votre âge : 08/11/1996
Localisation : Midtown

MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Lun 25 Jan - 2:52

La nuit était tombée sur Gotham depuis maintenant quelques heures, la majorité des justiciers de Gotham devaient probablement être dehors. Les ordres étaient pourtant clairs : Il fallait tirer dès qu’un justicier était devant vous. Et pourtant, ils continuaient de sortir, ils continuaient de  lutter contre le crime à leur façon. Et tant pis si les Gothamites ne leur faisaient plus confiance comme auparavant, il était toujours nécessaire de les protéger, le crime régnait malheureusement toujours en maître.

Bref, ce soir encore, Oliver Queen allait devenir l’Archer Vert et allait rejoindre les rues de Gotham, notamment pour arrêter les criminels qui avait profité de l’heure pour s’en prendre aux innocents, mais … il y avait aussi cette récente rumeur concernant Batman… et surtout concernant sa façon de faire qui avait changé et ce, plutôt radicalement. L’homme savait très bien qu’il ne s’agissait pas de Bruce, qui a cause de son accident avait dû arrêter de porter le costume de la chauve-souris… Mais, alors qui se cachait sous ce costume ? Peut-être que ce soir, il croiserait la personne en question et pourrait lui poser les questions nécessaires ?

Avant de mettre son masque, Oliver regarda l’horloge qui affichait une heure du matin, bien il était temps de partir de son repaire et de rejoindre Park Row ce soir. Il attacha son carquois en bandoulière et saisit son arc avant de quitter l’endroit.

Rapidement, l’archer fût arrivé à destination. Park Row, même si le quartier n’a pas été touché par les bombes du Joker, il y a maintenant cinq ans, on pouvait clairement affirmer que ce quartier avait souffert, enfin, ce quartier souffrait toujours d’ailleurs. Cette zone de la vie était délaissée par les forces de l’ordre, les malfrats pouvaient donc penser qu’ils avaient le droit de faire ce qui leur plaisait ici…

L’archer se trouvait devant un immeuble, en montant sur le toit de ce dernier, il aurait une visibilité sur plusieurs rues, parfait, au moins, s’il voyait quelque chose de « louche » il pourrait intervenir plus rapidement et les gens contre qui il devait agir ne le verrait probablement pas venir. Pour pouvoir aller sur ce toit, l’homme à la capuche attrapa une flèche qui, allait faire office de grappin.
C’est rapidement que le justicier atteignit son but et se retourna en haut. Il prit quelques secondes pour ranger la flèche qu’il venait d’utiliser. Pour le moment, c’était calme. Mais pour combien de temps ? Bonne question… Il fallait rester attentif.

Alors que l’archer vert observait son environnement, il pouvait apercevoir un peu plus loin une personne escaladant un grillage qui protégeait une grande tour, une tour de communication plus précisément. L’archer arqua un sourcil en voyant cela. Qu’allait-il faire ? Et surtout à cette heure-ci ? Encore une fois, il n’y avait qu’une seule façon de le savoir, il fallait se rendre là-bas.

Quittant le toit, et se trouvant à son tour devant le grillage, l’homme escalada également ce grillage. Celui qui avait précédemment escalader ne l’avait pas entendu, puisqu’il commençait à sortir un outil d’une de ses poches.

Une fois le grillage passé, l’archer attrapa à nouveau son arme pour ensuite l’encorder. Peu importe ce que ce type comptait faire ce soir, pour le moment, il n’avait pas encore touché la tour de communication, utile de lui tirer dessus donc. Peut-être que le menacer suffirait à changer d’avis ? C’est donc avec une voix autoritaire que le justicier s’adressa à celui qui se trouvait devant lui.

« Peu importe ce que tu comptes faire ce soir, je ne pense pas que ça soit une bonne idée. Tu ferais mieux de laisser tomber et de ranger ce tournevis. »

Les chances pour le concerné range son outil était mimine, mais bon… Autant essayer avant de tirer cette flèche ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Sam 30 Jan - 20:01

Seulement quatre petites vis me sépare de l'intérieur du boitier. Et ces quatre vis seront rapidement dévissées et retirés, ce qui me donnerait un accès absolue à l'intérieur du boitier, qui contient tout le système qui permet de prendre le contrôle de la tour. Si Monsieur tout le monde serait incapable de seulement passer par-dessus le grillage, moi, je suis capable d'installer un appareil que j'ai fait fabriquer moi-même pour prendre le contrôle de la tour quand je le souhaite. Parfois, je me dis qu'avec de telles compétences, j'aurais pu avoir un avenir brillant sans que mes origines viennent interférer. Mais je ne pense pas que j'en voudrais de cet avenir brillant, devenir un simple employé, mari, père, consommateur, etc … Je suis bien dans cette tenue. A vrai dire, je ne me suis jamais senti aussi libre que maintenant.

Je fais un pas vers le boitier et enfonce mon tournevis dans l'un des trous jusqu'à ce qu'il rencontre la tête de la vis. Mais avant que je puisse tourner, une voix se fait entendre derrière. C'est une voix d'homme qui retentit, à seulement quelques mètres derrière moi. Il est du même coté du grillage que moi. Il m'ordonne de faire tomber mon tournevis. Un seul type de personne viendrait me chercher des ennuis en pleine nuit sur un toit … un justicier … Je n'aime pas vraiment les justiciers. Ils pensent sauver la veuve et l'orphelin mais ne se battent même pas contre les vrais ennemis de cette ville. Leur combat est aussi noble que futile et voir que l'un d'eux préfère venir se charger de moi alors qu'en ce moment, il y a de grandes chances qu'un innocent se fasse braquer et finisse pas se vider de son sang sur la chaussée. Mais ça, il ne le saura jamais alors sa conscience n'est pas entachée.

Doucement, je sors mon tournevis du trou et le lâche. Il tombe par terre, lâchant un petit bruit quand il touche le sol. Je lève doucement les mains et me tourne vers lui. Et je me retrouve en face de … Robin des Bois … Enfin, Green Arrow devrais je dire. Un arc et un costume vert, les justiciers comme ça ne sont pas nombreux. Il me tient en joug, son arc bandé à l'extrême, une flèche prête à partir pour me transpercer de part en part. Mais c'est un justicier, il n'osera jamais me tuer, seulement me blesser. Or ça, il peut le faire très aisément. Je ne rivaliserais pas au combat contre lui. Je peux battre des gosses de riches mais pas des justiciers. Néanmoins, mes poings ne sont pas mon arme la plus redoutable.


" Avant que la soirée ne se termine brusquement pour nous deux, laisse moi te mettre en garde. Dans mon sac qui se trouve juste là se trouve une bombe. Et là, j'ai le détonateur. "

Je sors mon petit appareil à peine terminé il y a quelques heures et le lui montre, tout en le gardant fermement en main.

" Cette bombe devait initialement servir à détruire cette tour de communication. Mais j'ai bien peur qu'elle fasse des victimes si jamais tu ne t'en occupes pas. Tu pourrais très bien décocher une flèche dans le détonateur mais elle dispose d'un compte à rebours. Elle explosera à une heure et demi, soit dans seulement quelques minutes. On peut donc mourir tout les deux dans quelques minutes. Des innocents pourront aussi mourir, ma bombe peut pulvériser tout l'immeuble sans difficulté. "

Je tourne un bouton sur le dit détonateur.

" Voilà. Maintenant, tu as les cartes en main. C'est à ton tour de jouer. "

Caché par mon masque blanc, je le regarde se décider. Je reste les mains levés, mon appareil dans la main droite. Je suis calme, confiant même. Pourtant, c'est la première fois que je me retrouve face à l'un d'eux. Et ce n'est pas une petite pointure. Mais ils sont bien moins impressionnant qu'à la télévision. Ce n'est qu'un homme perdu au cœur des ténèbres comme nous tous, rien de plus …
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Queen
Hero
Hero
avatar

Nombre de messages : 126
Votre âge : 08/11/1996
Localisation : Midtown

MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Jeu 11 Fév - 1:21

Le détenteur du tournevis laissa tomber son outil. Pendant que le bruit métallique se faisait entendre, l'individu en rouge se retourna vers le justicier, les mains en l'air. A cet instant, l'archer pouvait alors observer de plus « prêt » cette personne possédait également un masque très probablement pour cacher son identité. Cependant, le masque de son interlocuteur était … particulier. Il recouvrait son visage, entièrement. C'était tout simplement impossible de lire une réaction sur son visage… Ce type n'avait sûrement pas choisis ce masque blanc au hasard.
Bien. Il avait laissé tomber son tournevis, il se tenait droit devant le justicier les mains en l'air, a priori il n'y avait aucune raison supplémentaire pour que l'archer le menace. A priori, il pouvait donc baisser son arc… Mais, l'homme prit la parole à son tour.

" Avant que la soirée ne se termine brusquement pour nous deux, laisse moi te mettre en garde. Dans mon sac qui se trouve juste là se trouve une bombe. Et là, j'ai le détonateur. "

Dans un premier temps, le justicier encapuchonné fronça les sourcils. Se demandant dans un premier temps si cette personne était sérieuse ? Pas facile de savoir s’il bluffait ou non… Il y avait ce masque… Mais, ne pas prendre au sérieux ce genre de menace, c’était une erreur… surtout que l’homme en rouge tenait le dit détonateur dans ses mains… Puis, dans un second temps l’archer regarda le sac à dos… Clairement a vu la taille de ce dernier, il pouvait très possiblement contenir une bombe…  

Bien évident, la première idée d’Oliver était de tirer une flèche dans ce détonateur, il n’aurait pas le temps d’appuyer sur un bouton, pas le temps d’activer sa bombe et … problème résolu ? Oui mais … non. Les choses ne sont jamais aussi simples.

" Cette bombe devait initialement servir à détruire cette tour de communication. Mais j'ai bien peur qu'elle fasse des victimes si jamais tu ne t'en occupes pas. Tu pourrais très bien décocher une flèche dans le détonateur mais elle dispose d'un compte à rebours. Elle explosera à une heure et demi, soit dans seulement quelques minutes. On peut donc mourir tout les deux dans quelques minutes. Des innocents pourront aussi mourir, ma bombe peut pulvériser tout l'immeuble sans difficulté. "

Ainsi, en finissant sa phrase, il tourna le bouton du détonateur. Génial, une bombe allait exploser dans les minutes à suivre. Il fallait agir et vite.

Bien que la bombe soit activée, l'archer laissa partir la flèche, qui arriva directement dans ce détonateur. Pourquoi ? L'homme au masque blanc avait créée cet objet et s'il déclenchait la bombe plus tôt, avant que le chrono soit terminé ? Il ne fallait pas prendre ce risque. Ainsi, le projectile se planta dans le détonateur, le détruisant au passage. La flèche avait très probablement blessé ce type, tant pis. Il s'en remettrait.

Maintenant, la bombe et ce sac. Ce qu'avait décidé le justicier ? Prendre ce sac qui contenait la bombe et l'emmener le plus loin possible de cet immeuble. Ca paraissait fou, car il n'avait que quelques minutes. Mais bon… Autant tenter ? C'était toujours mieux que de ne rien faire.

«  Cette bombe ne blessera personne, non. Pas ce soir. »

L'archer se mit alors à courir vers le sac à dos, le prenant alors, il fit demi-tour et se mit à courir aussi vite que possible avant de se retrouver devant le grillage… Ah. Pour le coup, il avait oublié cet obstacle… Il secoua la tête et soupira. Il ne pouvait pas prendre le risque de jeter le sac au-dessus du grillage…Et si ça provoquait l'explosion ? Pas le choix, il fallait l'escalader à nouveau… C'est ce qu'il fit et une fois de l'autre côté, Oliver se remit à courir, toujours aussi vite qu'il le pouvait. Il n'y avait aucune idée de l'heure qu'il était. Peut-être que ce truc allait lui exploser au visage d'une minute à l'autre…

Finalement, après avoir couru aussi vite que possible qu'il tombât sur un endroit plus ou moins parfait pour « déposer » cette bombe ; une décharge. Et au moins, même si la bombe s'avérait être un leurre, aucun innocent ne risquaient d'être blessés ou d'être mortellement atteins. Le justicier s'approcha au plus près du grillage qui séparait la décharge de l'extérieur. Il prit un peu d'élan avec le sac toujours dans les bras puis le lança par-dessus.

Une fois cela fait, l'archer reprit son souffle. Il passa une main sur son visage. Peut-être que la bombe allait exploser ou peut être que non … Mais le type du toit avait peut-être profité de ce moment pour finalement ouvrir cette tour de communication… Bon… il fallait y retourner…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Ven 26 Fév - 21:43

Les justiciers … J'ai cru en eux pendant si longtemps mais aujourd'hui, je n'ai plus ces étincelles dans les yeux qu'ont les gens quand ils en aperçoivent un. Et pourtant, j'ai vraiment cru en eux. J'espérais qu'ils puissent sauver ce monde, je les pensais capable de le faire … La mort de Xuasus m'a ramené à la réalité comme une claque. Ils ne peuvent rien pour ce monde. Leurs idéaux sont louables, je pense partager les mêmes mais ils ne se battent pas de la bonne façon. Ils passent leur temps à lutter contre des supervilains qui n'existent qu'en réaction à ce mouvement de justiciers. Ils enferment des criminels qui sortent au bout d'un mois et le même schéma se répète encore et encore. Au final, rien ne change, c'est peut être même de pire en pire. Le problème est qu'ils ne voient pas qui est le véritable ennemi, qui est la source des maux de cette ville, et même de ce monde. Ils ont toutes les armes pour mettre une fin à la corruption, pour couper les têtes de l'hydre une bonne fois pour toute. Mais tant qu'ils ne verront pas la vrai menace, rien ne changera …

Si je ne suis pas encore sur que Green Arrow est la copie de Robin des bois mis au gout du jour, pour la maitrise à l'arc, j'en suis sûr. Il vient de décocher une flèche qui s'est planté au milieu de mon appareil, l'endommageant sérieusement. Mais la pointe n'avait pas qu'endommagé ma création, elle l'avait traversé. Et je sens le bout de la pointe légèrement enfoncé dans la paume de ma main. C'est un peu douloureux mais rien de grave, seulement une petite plaie. Mais je ne laisse rien paraitre et baisse légèrement les bras, les laissant ballant. Le justicier ne semble désormais plus se préoccuper de moi, la bombe est devenue son centre d'intérêt principal, c'est tout ce que je voulais. Sa voix résonne dans la nuit, m'affirmant qu'il n'y aura pas de blessé ce soir, puis il se rue sur le sac, le prend avec lui et escalade le grillage pour s'enfoncer dans la nuit dans l'espoir de sauver la vie de nombreuses personnes.

Sauf qu'il n'y a pas de bombe dans ce sac. Il n'y a que quelques outils, rien d'autre. Je ne tue pas, et encore moins des innocents. Ce qu'il a détruit de l'une de ses flèches n'est rien d'autre qu'un taser, et non un détonateur. Dommage pour lui qu'il ne le savait pas, il n'aurait pas perdu son temps inutilement. Mais le temps qu'il perd, c'est moi qui le gagne. Je retire la flèche de mon appareil et le range dans l'une des poches de ma ceinture. Je laisse tomber la flèche au sol et ramasse mon tournevis. J'ai peu de temps devant, pas une seule seconde à perdre. Alors je m'active et dévisse aussi vite que je le peux le couvercle du panneau de l'antenne. J'enlève les quatre vis et détache le couvercle. Je me retrouve face à un amas de câbles et de pièces électroniques en tout genre. Je sors d'une autre poche de ma ceinture un petit objet lui aussi fabriqué de mes mains. Je le branche à plusieurs câbles et le coince dans le boitier. Il s'intègre parfaitement au reste. Seul le coup d'œil d'un expert pourrait voir que cet objet n'a rien à faire là. Je reprends le couvercle et le revisse. Maintenant, c'est fait. Et toujours aucune trace de l'archer. Vais-je vraiment réussir à partir d'ici sans même le recroiser ? Je range mon tournevis et me dirige vers le grillage que j'escalade aussitôt. Je me retrouve rapidement de l'autre coté et sans attendre, je me dirige vers l'escalier de secours pour redescendre de l'immeuble et partir d'ici avant que le justicier ne revienne. Il est surement en chemin en ce moment même, ile ne doit même plus être très loin d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Queen
Hero
Hero
avatar

Nombre de messages : 126
Votre âge : 08/11/1996
Localisation : Midtown

MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Sam 5 Mar - 1:50

La bombe n’était plus un souci maintenant mais il fallait désormais que l’archer aille à nouveau sur ce toit. L’individu masqué s’y trouvait toujours et il avait très probablement profité de ce moment pour faire… Pour faire quoi au final ? Plus tôt, le justicier avait pu comprendre grâce au tournevis que l’homme  voulait « bricoler » cette tour de communication. Mais pourquoi ? Juste pour faire en sorte que la tour soit hors service ? L’encapuchonné n’avait pas eu le temps d’avoir des réponses concernant les motivations de celui qu’il avait été interrompu… La bombe avait dès le début été le sujet principal de la conversation et entre savoir pourquoi le type habillé en rouge avait besoin de trafiquer cette tour et sauver des innocents, le justicier avait vite prit une décision… Aucun innocent ne devait perdre la vie ce soir.

Bien qu’il courait, afin de rejoindre à nouveau la zone de Park Row où se trouvait le toit et cette tour de communication, Oliver pouvait observer cette zone… Ce lieu avait clairement besoin d’aide et ce souvent… Les rues empestaient, littéralement, ces mêmes rues qui étaient envahies par des déchets en tout genre. Finalement, c’était comme si…malgré l’évolution de Gotham ce quartier-ci était resté bloqué, comme si personne ne voulait l’aider… Presque à chaque fois que l’archer se rendait ici, ce genre de réflexion lui traversait l’esprit. Il n’avait aucune idée de si certains justiciers autres que lui se rendaient ici parfois, pour aider les habitants. Mais il le fallait. Clairement, Park Row avait besoin d’aide.

Bref, après quelques minutes à parcourir les rues, reproduisant les mêmes actions que plus tôt, l’archer se trouvait à nouveau sur les toits. C’était clairement plus rapide pour rejoindre celui où se trouvait la tour de communication et l’homme.

Puis, il se trouvait désormais sur ce toit, devant ce grillage. Avant de l’escalader, il observa la zone… Et comme il s’y attendait, il n’y avait plus personne. L’individu était-il simplement partit sans finalement faire ce qu’il souhaitait au départ où avait-il profité de ce moment pour « trafiquer » cette tour. A priori, il n’y avait aucun moyen de le savoir, la tour semblait toujours être fonctionnelle et rien ne semblait différent comparé à tout à l’heure. En fait si, une seule chose était différente, sur le sol se trouvait la flèche qu’il avait tirée sur le dit détonateur plus tôt.

Bon et bien, s’il était parti il fallait faire de même non ? C’était peut-être trop tard pour le rattraper et savoir ce qu’il faisait là… Ou peut-être pas. Un bruit se faisait entendre, c’était clairement des grincements d’un escalier vieux et usé… C’était peut-être l’homme au masque blanc… Donc, ça voulait dire qu’il n’était pas parti depuis si longtemps que ça ? Toute façon, il fallait aller voir vers cet escalier pour s’en rendre compte.

S’approchant alors de ce boucan, le justicier put finalement s’apercevoir qu’il s’agissait bien de cette personne… Concrètement, son seul but ce soir, c’était de s’occuper de cette tour… Il n’avait pas fait de victimes jusqu’ici… Même si, il avait menacé de faire exploser cette bombe. Mais est-ce qu’il y avait vraiment une bombe au final dans ce sac ? Oliver commençait vraiment à penser qu’il avait fait ça pour le faire « partir » mais bon, dans le doute, il fallait se débarrasser du sac. Bref. Il n’y avait aucune victime et c’était le principal. Alors peu importe ce qu’il avait fait de cette tour, niveau gravité, il y avait clairement pire, même si cela n’excusait pas forcément son action telle qu’elle soit.

« Supposons que tu aies réussi à faire ce que tu voulais de cette tour… J’aurai deux questions. Qu’as-tu fait et surtout pourquoi ? »

Après avoir pris la parole, Il n’avait aucune idée de si l’homme l’avait entendu avant, il avait plusieurs choix soit répondre à ces questions soit partir…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Mer 9 Mar - 20:04

J’ai à peine eu le temps de m’avancer sur le vieil escalier métallique, qui grinçait comme si chacun de mes pas lui provoquait une douleur indescriptible, que la voix du justicier s’éleva derrière moi. Il est revenu bien plus que ce à quoi je m’attendais, et j’imagine qu’il ne compte pas me laisser partir sans rien faire. On dirait qu’il n’est pas du même genre que Batman, il pose les questions avant de frapper. Ce sont ces questions bateau que les justiciers posent toujours aux criminels, à croire qu’il espère des aveux complets et en plus un sursaut de culpabilité chez le criminel. Il va devoir apprendre rapidement que je ne suis pas un criminel mais qu’il ne m’intimide pas pour autant. Je me retourne vers lui avant de lui répondre :

« Vous ne voulez pas non plus que j’enlève mon masque et que je me jette à tes pieds ? Vous aurez vos réponses, mais pas aujourd’hui. »

Je reste face à lui, les pieds comme fixé dans le béton du toit. On dirait une scène tout droit sorti d’un western spaghetti, avec les deux personnages principaux face à face, la tension à son paroxysme. Mais ici, pas de revolver prêt à cracher de l’acier et de la poudre, pas de boule de paille passant entre nous, juste le vent froid de Gotham qui s’écrase contre mon masque. Son visage n’est que très peu visible, sa capuche en cachant une bonne partie. Il semble calme, lui non plus n’a pas l’air inquiet. Pourtant, il est probablement prêt à dégainer son arc et décocher une flèche d’un instant à l’autre et ceux avec une précision redoutable. Si je ne le crains pas vraiment, remettre en doute ses compétences serait une erreur stupide. J’ai entendu quelques histoires sur certains justiciers, dont lui, et je ne rivalise avec aucun, sur le plan physique du moins.

C’est ce détail qui rend toute confrontation impossible. Je n’ai aucun intérêt à essayer de le neutraliser car je ne peux pas. Un combat entre nous deux se terminera inévitablement avec un K.O technique de mon côté. Il n’y a donc qu’une seule autre solution : la fuite …

« Je pense que notre rencontre s’achève ici, justicier. Mais ne vous inquiétez pas, vous aurez des nouvelles de moi très bientôt. »

Je termine ma phrase et sans attendre, me retourne et mais je ne descends pas l’escalier comme j’avais prévu de le faire avant son arrivée. Ça serait étonnant qu’il ne me poursuive pas et si je prends le chemin le plus simple, il n’aura aucun mal à me rattraper, surtout qu’il a un arc. Au lieu de ça, je prends deux pas d’élan, saute et pose un pied sur le haut de la rambarde de sécurité et me propulse en l’air. La distance entre les deux immeubles est petite et l’autre étant légèrement plus bas, j’arrive à retomber sur le rebord du toit de l’autre immeuble, mais de justesse seulement. J’arrive sur l’autre immeuble, jette un léger coup d’œil au justicier derrière avant de reprendre ma course sur le toit jusqu’au rebord du toit. Si j’ai réussi à sauter cette distance, lui aussi le fera sans problème. Mais cela lui prendra du temps et ce qui me laisse tout mon temps pour prendre de la distance. Je cours sur le toit et vais jusqu’à la porte qui mène à l’escalier à l’intérieur de l’immeuble. Je l’ouvre et la franchis sans prendre le temps de la refermer derrière moi. Il ne doit pas être très loin de moi, je n’ai pas une seconde à perdre. Je descends de deux étages puis ressors dans un couloir. Je la traverse aussi vite que je peux et m’arrête à l’angle. Je m’appuie contre le mur et reprends mon souffle. Je sens des gouttes de sueur couler le long de mon front. Je me permets de m’arrêter car dans l’immeuble, j’ai de grandes chances de le semer dans le cas où il a décidé de me suivre. Je vais devoir être prudent tant que je ne serais pas dans mon appartement. La nuit est loin d’être terminée et elle s’annonce mouvementée.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Queen
Hero
Hero
avatar

Nombre de messages : 126
Votre âge : 08/11/1996
Localisation : Midtown

MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Dim 3 Avr - 11:11

Est-ce que le justicier s’attendait à avoir une réponse ? Pas vraiment. Et en y repensant c’était même évident que l’individu ne répondrait pas … Surtout après tout le mal qu’il s’était donné pour éloigner l’archer, avec cette histoire de bombe. Mais bon, pourquoi ne pas tenter ? Parfois, on pouvait avoir des surprises… Comme obtenir des réponses dans ce cas-là…

Bon bref, l’encapuchonné en vert n’allait pas savoir ce que le deuxième homme masqué avait fait plus haut… Enfin… Pas pour l’instant ? Oulah… Ce qu’il avait fait devenait vraiment… intriguant ? Oui mais inquiétant aussi… Bon. Ce n’était « qu’une » tour de communication, la pirater, la trafiquer ou peu importe ce qu’il avait fait, ça avait peu de chance de tuer des habitants mais quand même… Mais qu’avait-il fait à la fin ? En tout cas, cette rencontre ne semblait pas le troubler plus que ça, enfin… Il était très calme, sûr de lui très probablement. Aucun des deux individus ne prenait la parole, le silence dominait la conversation… Combien de temps cela allait durer avant qu’un des deux bouge, parle ou… un truc comme ça ? Bonne question. Mais une chose était sûre, si le type sur l’escalier tentait quelque chose de dangereux, le justicier réagirait, en tirant une flèche par exemple. A nouveau rien de létal, non, juste de quoi l’arrêter… Mais pour le moment c’était terriblement calme.

« Je pense que notre rencontre s’achève ici, justicier. Mais ne vous inquiétez pas, vous aurez des nouvelles de moi très bientôt. »

Finalement, c’est lui qui interrompt le silence pour annoncer son départ… Spécifiant une nouvelle fois qu’on aurait de ses nouvelles bientôt… Mais bon sang, ça voulait dire quoi ça ? Rapidement, il accompagna le geste aux mots puisqu’il recula pour prendre de l’élan et c’est avec l’aide de cette rambarde de sécurité qu’il rejoignit le toit… Certes, la distance entre ces deux bâtiments était assez petite, mais quand même ça restait dangereux… Mais bon, il avait confiance en lui, puisque cela ne semblait pas l’avoir empêché de sauter pour s’en aller.

Il n’y avait plus qu’à l’imiter et à le poursuivre sur ce toit. C’était le seul moyen de savoir ce qu’il avait fait avec cette tour de communication… Bref. Il se retourna pour regarder l’archer, peut-être pour voir s’il allait le suivre ? Bien sûr, la réponse était oui. Ainsi, le justicier se dépêcha de descendre cet escalier, enfin pas complètement, il s’arrêta de façon à pouvoir sauter sur le toit de l’immeuble. Et rapidement, il atterrit sur ce toit. Bon maintenant… Il fallait retrouver cet homme, parce que bien entendu, même si l’archer vert s’était dépêché, l’individu avait lui aussi fait en sorte de fuir au plus vite… Tellement vite qu’il n’avait même pas prit la peine de fermer une porte derrière lui. Bien, au moins, il était partit par-là.

L’archer courut en direction de cette porte et rentra dans l’immeuble… Mais… Combien il y-avait-il d’étages exactement ? Beaucoup… l’homme masqué pouvait se trouver n’importe où… Mais il fallait le retrouver. Les réponses, il ne fallait pas les avoir « très bientôt » mais maintenant. Alors, en soupirant, Oliver descendit les premières marches du bâtiment. Il fallait qu’un bruit le trahisse…Enfin… Ouais, ce n’était pas sûr d’être une source fiable ça aussi, étant donné que cet immeuble était habité…
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    Dim 10 Avr - 20:06

Un fuyard a besoin de chance à chaque tournant, le poursuivant n’a quant à lui besoin de chance qu’une seule fois pour attraper le fuyard. Malheureusement pour moi, je me trouve actuellement dans la première catégorie. Mais la chance semble être de mon côté. J’en ai assez pour me permettre de souffler un peu. J’ai chaud sous ma capuche, je sens la sueur couler le long de mon visage. Mais ce n’est pas encore fini, il n’a surement pas abandonné la course poursuite. Il doit être quelque part dans cette immeuble, l’arc à la main, prêt à décocher une flèche de plus pour me neutraliser une bonne fois pour toute. Chaque couloir peut être le dernier pour moi. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot.

J’avance à pas feutré dans le couloir. Il peut être n’importe où, je dois me montrer vigilant. Il n’y a aucun bruit, même pas de pas. L’immeuble semble désert, je commence même à douter sur la possibilité qu’il soit habité. Et pourtant, tout mon plan se base désormais sur ça. J’arrive au bout du couloir, en face d’un petit boitier rouge avec un interrupteur à l’intérieur. C’est l’alarme incendie, qui devrait fournir une diversion plus que suffisante en plus de créer assez de chaos pour me permettre de partir d’ici sans même qu’il s’en rende compte. Je mets un coup de coude dans la vitre pour la briser et lorsque que le verre tombe au sol dans un tintement strident, je prie pour qu’il n’ait rien entendu. Maintenant, je n’ai plus une seconde à perdre.

J’appuie sur le bouton et aussitôt, une sonnerie se met à hurler dans tout le bâtiment, accompagné de la pluie crachée par les extincteurs encore en état de fonctionner. Le brouhaha commence à surgir des entrailles de l’immeuble. Des portes s’ouvrent, des gens paniqués sortent, des bébés pleurent, des enfants crient, … Je ne souhaitais pas en arriver là mais c’est nécessaire. Déranger ces gens pendant au maximum une nuit n’est rien par rapport à tout ce que je vais faire pour eux dans le futur. Je me mets en marche et traverse le couloir dans l’autre sens. Je croise des gens avec leur enfants dans les bras sortir précipitamment de leur appartement en laissant tout derrière eux tandis qu’un vieil homme referme la porte du sien. Je marche vite, sans jamais regarder derrière moi. Peut-être qu’il s’y trouve, peut-être que dans une seconde, une flèche va me transpercer le mollet pour me clouer au sol et mettre fin à la partie. C’est possible et pourtant, je ne me retourne pas. J’avance droit vers la fenêtre au fond du couloir et dès que je l’atteins, je l’ouvre et sors dehors, sur l’escalier de secours. Je referme la fenêtre derrière moi et descends l’escalier précipitamment, sautant des marches quand je le peux. Mes pieds finissent par toucher le bitume qui tapisse la sombre ruelle dans laquelle je me trouve. Je regarde tout autour de moi, rien … J’abaisse ma capuche et retire mon masque. Un vent frais vient me rafraichir le visage. Ça fait du bien d’être enfin dehors. Je retire mon blouson et j’enroule mon masque dedans. Je retire également mes gants ainsi que ma ceinture que je mets avec mon masque. Dommage que je n’ai plus mon sac pour tout transporter. Mais au moins, ma tenue est radicalement différente. J’ai toujours mon jean et un veste rouge foncé mais je suis plus difficilement identifiable. Et puis de toute façon, je serais surement loin de cet immeuble quand le justicier en sortira. Je prends une grande bouffée d’air frais et sort de la sombre ruelle pour rentrer chez moi. Je repasse devant l’immeuble. Il y a une dizaine de personnes attroupées devant tandis qu’une voiture de police arrive à cet instant. Je ne détourne par le regard et trace mon chemin, laissant cette nuit derrière moi. J’ai pu faire ce que je voulais faire et c’est tout ce qui compte. C’est un pas de plus vers le début de la prise de conscience de Gotham. Bientôt, tout Gotham connaitra Anarky et Green Arrow aura enfin ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au coeur des ténèbres    

Revenir en haut Aller en bas
 
Au coeur des ténèbres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au Coeur des Ténèbres - Joseph Conrad
» Moelleux au chocolat coeur à la banane
» coeur de boeuf aux carottes
» Le coeur de Chopin
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cнιldreɴ oғ ɢoтнαм :: Park Row :: Les Habitations-
Sauter vers: