cнιldreɴ oғ ɢoтнαм


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Mar 26 Jan - 1:16


❝ TITRE DU RP ❞
Retrouvons Roy Harper, Wanderlust et Gabriel Rice , alors que l'horloge affiche 23h . Leurs routes se sont croisées dans les habitations de Park Row  et ils sont à l'abri d'une intervention du Doppelganger.


Avais-je eu raison ? Je me posais cette question depuis mon retour à Gotham, à l'instant même ou j'avais défais mon dernier carton. D'un point de vue purement professionnel je savais avoir pris la bonne décision. Cette ville avait toujours été au bord du gouffre, la criminalité y avait toujours été incroyablement élevée. Et si le monde avait fini progressivement par l'oublier avec tout les gros titres réalisés par Métropolis et Central City, avec tout ces monstres a supers pouvoirs, tout cela paraissait tellement hors du réel que finalement cela ne touchait pas réellement les gens ne le vivant pas. Ça n'était pas comme à Gotham. A Gotham les gens vivent l'enfer car tout ce qui s'y passe ne relève pas de la fantaisie mais du cauchemar. Les aliens ne braquent pas de banques, les méta-humains n'attaquent pas les supermarchés pour quelques dollars en tuant tout sur leur chemin, enfin pas pour la plus part. Et avec la disparition de Batman, la ville avait plus que jamais besoin de bras en plus pour la garder debout. Mais cela m’amenait à ma question, avais-je raison de le faire avec ma fille de neuf ans chez moi. J'avais beau l'avoir préparé à vivre dans un monde rude, violent et dangereux ne serait-ce qu'a cause du fait que j'avais des ennemis dont un bon nombre ne résidait même pas sur cette planète. Mais de la à la pousser par choix vers la ville la plus pourrie des Etats-Unis.

Ce soir même alors que j'étais dehors à admirer avec effroi les changements qu'avait subi la ville après le dernier coup d'éclat du Joker, elle était seule à la maison. Son micro-ordinateur de poignet lui permettais en cas de soucis de verrouiller l'appartement le temps que j'arrive. Mais il me faudrait sûrement un bon temps d'adaptation avant de sortir l'esprit tranquille. Jamais je n'avais apprécié cette ville et aujourd'hui c'était bien pire que jamais. Pour le moment je traînais vers Park Row la nuit, j'avais entrepris de redécouvrir la ville quartier par quartier. Mais en tombant sur quelques dealers en train de vendre leurs saloperies à des enfants, j'avais décidé de m'y attarder. Jason m'aurait sûrement dit que ma paternité ne devait pas nuire à ma façon de voir les choses. Mais pour commencer il n'était pas la, et pour finir on en reparlera quand ce sera son tour. Ce qui soit dit en passant m'étonnerait fortement, ou alors pauvre gamin.

Je coupe les jambes de mes pensées qui sans mon autorisation dérivent à nouveau vers mes deux compères absents pour le moment. C'est assez incroyable d'imaginer qu'un sanguinaire asocial et qu'une alien à la peau orange qui tire des lasers avec ses mains quand elle est pas contente, peuvent vous manquer après quelques jours de séparations. Mais revenons-en à mon affaire l'avantage aussi d'un quartier d'une telle pauvreté, c'est que chercher un dealer est d'une facilité déconcertante. Il suffit de suivre les zombies et plus ils sont défoncés et plus on chauffe. Je peux sentir ma tension et mon désir de violence monter main dans la main, à chaque regard juvénile vide et perdu dans le vague que je croise. C'est encore une fois la paternité qui parle, et ce soir elle en avait gros sur le cœur. Il ne me faut pas plus d'une vingtaine de minutes pour trouver mon homme. Un costume impeccable, un chapeau feutre je n'en reviens pas qu'aujourd'hui encore on puisse trouver de tel stéréotype vivant. Peut être celui la aura encore la force de me parler quand j'en aurai fini avec les présentation.

Pour commencer je m'assure que ce fumier vend sa drogue seul, une fois assuré que sa sécurité est aussi mauvaise que ses goûts vestimentaires, je débute d'entrer de jeu avec une flèche taser reliée à un câble. Voir les malfrats se tortiller comme des anguilles, baver et vomir et un petit plaisir sans cesse renouvelé. Le câble me permet ensuite de lui faire rejoindre mon toit ou je le réveil tout en douceur avec quelques claques bien senties. Il râle un peu, veut bien entendu me rappeler qu'il connaît des gens qui connaissent des gens et que je vais passer un mauvais moment. Lui briser un genou puis quelques cotes lui rappelle que pour le moment celui qui passe un mauvais moment c'est lui. Et alors que sa langue se délie et qu'il commence à m'en raconter bien plus qu'il n'en faut je met fin à notre petit rendez vous après lui avoir fait goutter, en quantité conséquente, la merde qu'il déverse dans ses rues. Pour être honnête je n'espère pas que l'ambulance que j'ai appelé pour l'occasion le trouvera à temps.

Je me met en route vers le vieil entrepôt dont je viens de récupérer l'adresse. L'endroit est aussi dégueulasse, crade et en ruine que bien gardé. Je me prépare une petite brèche dans la structure avec un petit rayon laser de mon crut. Moins efficace et beaucoup plus lent que les explosifs, cependant bien plus discret. Ce soir j'espère pouvoir mettre un nom et un visage sur celui qui inonde les rues de drogue dans le coin, et ainsi pouvoir réaliser mon premier fait d'arme ici. J'offre en offrande à Morphée tout ce qui passe sur mon chemin alors que je vise les étages supérieurs. Quand on apprécie de tout faire à distance c'est un avantage de taille. C'est aussi ainsi que je me rend compte que je ne suis pas le seul sur le coup. Deux autres personnes semblent avoir oublié leurs invitations et décidaient, tout comme moi, de venir quand même. Je leur offre une chance de montrer qu'ils sont du bon coté pendant que je termine de nettoyer mon étage en toutes discrétion avec des drones araignées de ma propre fabrication.
Revenir en haut Aller en bas
Wanderlust
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 67
Votre âge : 14/04/1994
Localisation : Midtown
Emploi : Inventeur / Ingénieur / Informaticien

Interface
Alias: Gloomy Sentinel
Age: 25 ans
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Mar 2 Fév - 22:04

Je suis arrivé le premier, mais...
...je vous en pris, faites comme chez vous!
C'était marrant...
Ce type avait sûrement l'idée la plus originale que je n'ai jamais entendu. Cela fait plus d'une semaine qu'il me la mis en tête et j'ai beaucoup étudié la question. Maintenant, habillé de mes vêtements de civil, je me promène dans le quartier pauvre de la ville. Pas à la recherche de merveille abandonné, non, mais d'un cadavre... Dans cette ville, ce secteur-ci est l'un des seuls qui est abandonné par la police. La mort y est quasiment omniprésente. En réalité, le seul autre quartier où cela est possible est le "Hole", mais je ne suis pas encore prêt pour me balader dans l'endroit le plus dangereux de Gotham...

Tien, pas loin de ces poubelles, je vois un chat blanc et orangé, mort... Je m'approche du cadavre aux yeux et à la bouche ouverte pour l'analyser: selon les données de mon cyberdeck fusionné à mes lunettes de soleil, il est mort de faim il y a moins de 24h...Parfait, je vais pouvoir faire un premier test: je prend une mouche-robot de ma poche et j'ouvre la main pour la laisser s'envoler.

-"Commande W-14"

Les commandes vocaux sont pour le moment ce que je préfère de mieux. Une machine qui n'est pas sensible aux signaux électrique ou magnétique ne peux pas être piraté sans être connecté physiquement dessus. Bref, la petite machine rentre dans la bouche du félin décédé et après une minute d'attente...

-"Rise and shine"

Les yeux se mettent à briller faiblement d'une lueur bleue, ce qui me rappelle un peu ceux de mon masque à gaz, puis sa bouche de ferme lentement et le chat se relève en tremblant, tout aussi en lenteur. Trop lent à mon goût d'ailleurs. Soit, les signaux nerveux des humains et des félins est beaucoup plus différent que je l'avais pensé, ce que je doute fort, soit ma création n'est pas encore au point... Par contre, c'est un bon début; mon client sera content. L'animal me regarde, ou plutôt, semble me regarder, j'en profite pour tester ses yeux: je fais quelque signe de main, aucune réaction. J'approche et j'éloigne ma main de son visage sans y toucher, aucune réaction non plus. Finalement, j'active la lumière de mes lunettes pour voir si ses pupilles réagissent, mais aucune réaction non plus.

-"Va à ta droite et marche."

L'animal fait deux pas en tremblant et s'écrase tout aussi lentement contre le mur qui est à sa droite. Je l'ai volontairement envoyer là pour savoir s'il réagirait à l'obsacle mais non... Il est complètement aveugle. C'est un point à améliorer... À moins qu'il l'a toujours été? Cela reste à voir via d'autre test...

-"Commande M-41"

Le chat s'effondre au sol comme si la mort venait de le faucher une deuxième fois. La petite mouche robotique ressort en quelques secondes du cadavre, volant autour de moi. J'ouvre ma main et elle s'y dépose. C'est assez spécial de penser que son programme vient majoritairement de celui des corbeaux que j'ai fabriqué et programmé pour Wanderer... Comme quoi, même les programmes se recyclent...
Je reviens chez moi plutôt rapidement (j'ai dû courir un peu, car j'avais la flemme d'affronter mes poursuivants aujourd'hui, mon expérience de la semaine dernière m'a montré que ma science ne vaut pas la peine d'être montré à des voleurs de bas étages...), prêt à re-travailler sur mon projet actuel quand j'ai vu le pot de gélule sur ma table de travail... Ça fait un moment que j'en ai pas pris. La dernière vision que j'ai eu était assez choquante...

J'ai vu ma propre mort: un type avec un style mafieux avec une rose tatoué sur la nuque.. il me tire une balle dans la tête alors que je portais ma combinaison de Gloomy Sentinel. D'ailleurs, c'est depuis ma vision que j'évite de porter ce costume. J'y perds plusieurs avantages important mais si cela m'assure de vivre plus longtemps, ça va aller...

Maintenant que j'y pense, peut-être que c'est le moment de faire un autre essaie... Mais pas ici. Je pense que j'ai de meilleure chance de voir des choses utiles si je prends le déclencheur à la place de ma "futur mort". Bon, il est vrai que je ne sais pas exactement où cela se situera exactement, donc il faudrait que je fouille un peu pour trouver l'endroit qui y ressemble le plus: une ruelle plutôt large entre deux bâtiments abandonnés, assez commun, malheureusement. Je prends donc deux de ces gélules en poche et j'utilise le mode comm de mon deck facial: je vais m'offrir le voyage en taxi cette fois. Direction: Row Park. Peut-être que j'y croiserais une connaissance ou deux...

Je reviens d'abord dans la ruelle où j'ai temporairement réanimé le petit félin. Peut-être que...

"Alors, tu l'as confirmé?"

"Ouais, c'est fait. Tu me prends pour qui? Le rendez-vous est pour ce soir, à 23h."

Je me cache derrière des poubelles en entendant ces voix... Un homme et une femme qui fume discutent ensemble, ils ne semblent pas américain si j'en juge par leur accent inhabituel...

"Acheter autant de "pomme" en un coup, notre boss va être content, on va se faire un beau magot."

Ces cueilleurs de pomme ressemblent plus à des vendeurs de drogue qu'autre chose...

"Allons à la réserve pour préparer tout ça."

La fumeuse lance sa cigarette non loin de moi et s'en va avec son chummer. Si je retrouve leur réserve, je pourrai aller "emprunter" leur économie et tester d'avantage mes dernières créations... Je prends donc le truc plein de nicotine entre mes doigts et une gélule dans l'autre. J'estime pouvoir "regarder" le futur proche de la propriétaire du petit objet encore fumant si je le tien en main durant mon "flash"... J'avale mon déclencheur et c'est p-

Je la vois entrer dans un bâtiment bien surveiller, entouré de garde armée. Je remarque bien le bâtiment en question quand elle rentre à l'intérieur... Elle monte à l'étage et va voir son butin: de la poudre... Elle regarde son trésor de poudre blanc en sac et en prend une certaine quantité dans deux mallettes qu'elle porte avec une seule main, gardant l'autre main libre pour son arme à sa ceinture. Étrangement, des robots araignées qui me sont inconnus les attaquent et les neutralisent...

Je me remets debout lentement, avec un gros mal de tête... c'est idiot, j'oublie toujours les "effets secondaires" malgré l'intense douleurs que cela me fait subir. La prochaine fois, je devrai m'asseoir pour éviter de me casser la figure en tombant dans les pommes... Bref, je pense avoir deviné que je ne serais pas le seul à m'être intéresser à ces dealers...

Après un nouveau voyage en taxi et mon credstick une nouvelle fois utilisé, je fonce à l'intérieur pour écrire un message sur un papier. Maelstrom, le hitman de Lex, m'a au moins apprit une chose: rien n'est en sécurité dans la matrice. Heureusement, j'ai des créations qui n'ont aucun lien avec elle... J'ai déjà construit deux corbeaux pour mon ami et allié, Wanderer, mais pour mes propres fin personnelle, j'ai construit un autre volatile tout aussi réaliste: une colombe. Ce robot étant plus petit, il a simplement été plus facile à construire que ses "grands-frères" et sa couleur blanche me permet de le différencier aisément des autres créations de style robot. Comme ses confrères, il ne peut recevoir de signal donc il est impossible à pirater. C'est ce qui lui permettra d'accomplir la simple mission que je lui donne...

Je prends la machine à plume pour la déposer sur la table.

-"Prend ce message et va le porter à Gabriel Rice, ensuite revien ici.."

Le volatile ne se fait pas prier et en deux temps trois mouvements, il prend le papier et s'envole par la fenêtre de la cuisine... Ce qui me fait rappeler que, même si leur apparence est très trompeuse, leur comportement robotique l'est beaucoup moins. Tant pis, je travaillerais là-dessus quand j'aurais plus de temps libre. Cela reste rapide et efficace: j'ai utilisé le même principe pour aller avouer à Oliver que Maelstrom me force à l'espionner. Dommage qu'il ne peut toujours pas m'aider à ce sujet... Bref, le message contient les coordonnés de la petite installation et aussi la présence de force robotique d'origine inconnue avec des capacités offensives considérables. J'ai estimé qu'il y ait une possibilité que ce Maelstrom soit impliqué là-dedans, mais peut-être que le sbire du maire de la ville n'a rien à voir avec ces machines...

Quelques heures plus tard, me voilà en Gloomy Sentinel avec quelques créations en réserve dans mon manteau non loin de l'installation. La raison pourquoi j'y suis pas encore à l'intérieur est que l'entrée est plutôt bien gardée. Je pourrais attendre que Wanderer arrive, mais au lieu de faire un effort pour que ces gardes libère le passage, je vais plutôt faire en sorte que ces gardes se débarrasse d'eux-mêmes...

Caché non loin de l'entrée principale, je libère un petit papillon robotique noir, presque invisible dans l'obscurité de la nuit. Il se positionne au-dessus des gardes et...

"LES MAINS EN L'AIR!" fait la voix qui ne sort de nulle part.

"Qui est là?" répondent nerveusement les gardes

Un hologramme d'un type armé de deux pistolet leur tire dessus, ce qui force les gardes à riposter, évidemment, l'hologramme n'est pas qu'un type armé: les autres gardent ne se voit pas entre eux non plus: Ils ne se savent pas qu'ils sont en train de se tirer dessus entre eux... Les tirs font rage quelque minutes, puis le calme... L'illusion disparait, me permettant clairement de voir tous ces personnes hors d'état de nuire. J'avance, un bras en l'air, permettant à ma petite création de se poser sur ma main. Je le range d'un mouvement dans mon manteau en marchant entre les cadavres... Finalement, ils n'étaient pas si nombreux: juste une douzaine. Certain respirent encore, mais sont tous lourdement blessé. C'est à ce moment qu'un autre homme arrive: un être tellement fort et dangereux que ces gardes ont de la chance que je sois arrivé le premier... Heureusement pour moi, l'homme en question est Wanderer. J'espère qu'il ne va pas me demander comment j'ai eu ces informations, j'aurai de la difficulté à expliquer à quelqu'un que je peux voir le passé ou l'avenir par les visions que j'ai... En marchant vers l'entrée de l'installation, je le saluts en agitant la main tout en l'avertissant avec ma voie modifier par mon masque à gaz...

-"Juste à temps, mais fait attention, des araignées robotiques sont dans le haut du bâtiment et Lex y est peut-être pour quelque chose..."

Depuis que le maire nous a envoyé son hitman contre nous, je pense pouvoir affirmer que nous avons une certaine rancune contre le crane d'oeuf à cravate qui sert de dirigeant politique de la ville et son sbire...  

Faisant attention où nous marchons, nous nous dirigeons vers les étages supérieurs par les escaliers jusqu'à arriver là où nous entendons encore des bruits de gens qui luttent inutilement contre les spécimens de la science. Avant de passer la porte, je fais une courte analyse des environs via le sonar interne de mes lunettes. Cela me permet de voir que...

-"Un type encore debout pas loin d'ici, ça doit être lui qui controle les machines..."

Je prends alors mes deux taser gun, un pour chaque main.

-"Soit prêt, on ne sait pas ce qu'il va faire en nous voyant..."


Je pousse alors lentement la porte qui nous sépare du couloirs, prêt à toute éventualité. L'inconnu est dans le même couloir, il se retourne sans halte en nous voyant arrivé. Vu son habit, il ressemble à un justicier, mais en est t'il vraiment un? Je pointe mes armes sur lui, prêt à libérer une énorme onde électrique devant moi.

-"Qui es-tu et pour qui tu travailles?"

J'espère qu'il ne va pas répondre qu'il est sous les ordres du maire, cela nous fera un autre soucis en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Rice
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 81
Votre âge : 08/04/1997

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Lun 8 Fév - 22:53

Appartement de Klara Sovaris et Gabriel Rice- 14h25 PM

Ayant enfin récupéré de mon combat contre Maelstrom, je peux finalement retourné combattre le crime sans avoir maman qui me casse les couilles chaque fois que je veux sortir. Depuis tôt, ce matin, je m'entraines seul dans ma chambre sur un punching bag défoncé que j'ai rafistolé avec du duct tape gris. pendant ma convalescence, Gloom m'a vendu d'autres munitions qui n'attendent que de tuer quelques criminels. Pensant encore une fois du hitman de Lex Luthor, je frappai le sac d'un coup plus puissant que les autres et le défonça une autre fois. Je ne me tiens plus, je dois casser la gueule et arracher la vie misérable de ses déchets de la société.

Lex Luthor et son hitman vont payer pour ce qu'ils ont fait. Notre maire laisse ses hommes tuer de pauvres innocents pour se débarrasser des justiciers de la ville. Batman à peut-être échoué en laissant le Joker faire sauter la ville mais nous, les vrais justiciers, ceux qui n'ont pas peur d'aller jusqu'au bout en tuant les criminels ne le laisseront pas gagner. Je vais mettre moi même une balle dans sa sale tête chauve même si pour ça, je dois combattre mille hommes qui ne ressentent pas la douleur. Seul, je n'y arriverai pas mais si je rallies d'autres gens, les justiciers, le peuple, nous y arriveront.


Alors que je ramassai le sable du sac par terre, une colombe s'engouffra par la fenêtre ouverte de la chambre et vint se posé sur mon bureau, à côté de Huginn et Muninn. Je reconnais la, le travaille de mon bon ami ayant moi même deux de ses créations semblable. Je pris le message et la colombe repartis comme elle est venu. Gloomy veut que j'aille le rejoindre devant un entrepôt, ce soir vers 23h pour arrêter un deal de cocaïne important. En plein ce qu'il me faut. Un travail pas tellement compliqué pour mon retour dans la partie.

22h30

J'enfiles mon costume du Wanderer, remplis mon glock et mes pochettes de munitions et je sors par la fenêtre. N'ayant pas mon Overboard, je me déplace à l'ancienne, de toits en toits. Un des corbeaux vint m'avertir qu'une bandes de merdes essayent de violer une femme. Je fis un détour jusqu'à la ruelle et vis trois hommes devant une fille d'a peine mon âge. Je sautai sur les épaules du premier qui s'écrasa sous mon poids. Un des hommes prit la fuite alors que l'autre sortit un couteau. Mauvaise idée. Je lui arrachai le couteau avec facilité et lui planta dans l'oeil droit. Je couru vers le troisième et lui mit une balle dans la tête. Ce n'est pas assez. Il me faut plus que ça pour assouvir mon besoin de sang.

Je me rendis jusqu'à l'endroit indiqué dans le message et vis que je suis arrivé trop tard. Gloomy est au milieu d'un tas de cadavres. Il n'aurait pas pu me les laisser, celui la ? Je sautai au milieu, écrasant une main au passage. Arrivé à temps ? Non je suis en retard et je peux pas me battre merde.

- Un jour, tu devras me dire comment tu reçois tes informations plus rapidement que moi

Je kickai une tête et entra dans le bâtiment avec mon allié. J'avance prudemment car ont ne sait jamais ce que Luthor nous réserves et ces araignées ne m'inspirent pas confiance. Wanderlust m'avertit qu'une autre personne est encore debout pas loin. Son habit ressemble étrangement à celui de Green Arrow. Son sidekick, à moins qu'il ait changer de couleur.

-Ont se fout de qui il est. Il est dans MON quartier et il va payer pour ça ! Alors l'archer.. Tu trouvais que le vert ne te faisait pas bien ? Ce qui est bien avec cette couleur, c'est que ton sang ne va pas paraitre lorsqu'il va couler sur le costume.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Dim 14 Fév - 23:14

Je n'avais pas perdu une miette du spectacle. Le premier arrivé semblait fait du même bois que moi. Un petit génie qui se sert plus de son cerveau que de ses bras, jusque la rien de bien méchant j'aurai même pu sourire, la vision infrarouge de mes drones me permet de voir le petit papillon robotique projetant l'hologramme, de la belle mécanique. De la belle mécanique qui aurait pu être utilisée de mille et une façons, autrement que pour ajouter des morts. Même si finalement la méthode utilisée n'est que douceur par rapport à celle utilisé par mon deuxième invité surprise. D'une certaine manière il me rappelle Red Hood. Cette violence n'est pas froide et désintéressée, j'avais beau ne pas encore avoir fêté mes trente ans, j'arrivais encore assez facilement à distinguer celui qui est violent car il le doit et celui qui est violent parce qu'il aime ça. Je me félicite d'avoir fait le ménage avant l'arrivée des deux cow-boy. A en juger par leurs capacités respectives, que je me doutais bien ne pas encore pouvoir pleinement déterminer, j'aurai sûrement pu gérer les deux. Mais je n'étais pas venu redresser des mentalités bancales, j'étais venu expliquer à un salopard qu'on ne détruit pas la vie des enfants, et surtout pas ainsi.

Le petit génie m'a repéré, il sait peut être déjà que je les écoute. Ils vont me tomber dessus mais cela ne me gène pas. Je suis prêt à ça depuis plus de 10 ans, cela m'arrange même car qu'importe la voie qu'ils emprunteront pour me rejoindre ils ne trouveront plus personne en état sur leur chemin. A la différence de Red, ils accepteront peut être de discuter un peu une fois qu'ils sauront que Luthor n'avait rien à avoir avec les robots qui pullulaient dans la zone. Et sinon, et bien ils se réveilleront avec le plus gros mal de tête de leur vie demain. J'en avais maté des bien plus costauds. Comme prévu ils avancent très rapidement sans prendre la moindre précaution d'usage, ils ne font peut être pas ça depuis très très longtemps. J'ai un petit moment de nostalgie à me rappeler toutes les fois ou je me suis retrouvé dans des situations similaires avec Oliver. Dans une situation normale ça n'aurait sûrement posé aucun soucis, je n'imaginais pas comment le petit truand du coin aurait pu piéger ce genre d'installation sans faire sauter tout le bâtiment. Moi j'aurai pu.

C'est d'ailleurs en comptant tout les pièges que j'aurai pu leur réserver qu'ils finirent par me faire face. Je me retourne doucement d'un air nonchalant. Je ne me sentais pas en danger et je voulais qu'ils le sachent qu'importe le nombre de pistolets, que ces derniers soient à balles réelles ou à munitions IEM. Je n'avais cependant pas les mains dans les poches non plus, l'arc était là, la flèches aussi. Une flèche bien particulière que j'avais choisi après le coup du papillon et qui me donnerait encore l'avantage même contre les deux pistolets. Cependant j'avais légèrement sous estimé la carrure du second, visiblement très jeune ce dernier était quand même d'une carrure assez exceptionnelle pour son âge. J'avais beau pouvoir tenir tête à Jay, et être fier de mon enseignement au près de Green Arrow, si je pouvais garder ce type loin de moi je ne m'en priverai pas. Je les laisse parler en premier et ils me confirment d'eux même que j'avais raison sur leurs caractères respectifs. L'un était calme et réfléchi préférant sûrement régler cela sans violence excessive même si je n'avais pas le moindre doute sur le fait que me tuer ne le générait pas. Quand au second dire qu'il n'attendait que cela était un doux euphémisme, mon expérience était catégorique sur la question, une soif de sang comme on en voie généralement plus chez les psychopathes que chez les héros. Mais son instabilité n'était pas un soucis, bien au contraire. Ils étaient deux, mais cela ne leur offrait pas l'avantage du nombre.

-Et bien...Je suppose que les règles de la politesse indiquent que c'est celui qui est du mauvais cotés des flingues qui doit donner son nom le premier. Et je n'ai presque rien à voir avec Green Arrow. Je sais l'arc c'est trompeur, mais vous n'aurez qu'a m'appeler Arsenal. Arsenal comme toutes les petites araignées qui après avoir fait leur travail sont en train de converger ici même. Je sais que vous les avez déjà vu, et vous avez bien fait de ne pas y toucher. Je suis venu dans ce quartier pour que quelqu'un qui s'amuse à vendre de la drogue à des enfants ne récupère que ce qu'il mérite. Vous m'avez l'air d'être deux garçons fort sympathiques...

Mon sourire s'élargie malgré moi alors que je tourne la tête un petit instant vers le plus grand des deux avant de continuer.

-...Ou au moins l'un d'entre vous. Aussi je n'aimerai pas avoir à vous passer dessus pour faire mon boulot. Ce sont deux très jolis pistolet à impulsion électromagnétique que tu as la mon grand. Mais vois tu le soucis avec ce genre d'armes c'est que les projectiles ne sont pas physique. Alors pas besoin de te faire un dessin sur ce qui va arriver quand tu vas tirer et que je ferai de même avec ma flèche IEM. Les deux vagues vont s'annuler et tu vas pas si doucement que ca prendre le projectile. Tu n'iras peut être pas au tapis, car nous autres petits génies apprécions de ne pas prendre de coups. Mais je devrais vous rappeler gentiment que vous êtes déjà complètement cernés par mes petites merveilles qui éclateront si jamais elles venaient à en recevoir l'ordre, ou à être un peu malmenées. Vous seriez surpris de la quantité d'explosif qu'on peu faire entrer la dedans.

Je parle, je parle, ils se diront sûrement que j'aime le son de ma voix et ça n'est pas tout à fait faux. Mais pendant ce temps là l'un des nombreux moniteurs holographique de mon deck m'avertis que ma cible du jour vient d'arriver. Une voiture bien trop luxueuse pour le coin et une escorte comme personne d’honnête ne devrait en avoir besoin.

-Alors je vous pose la question bien gentiment. Deux possibilités s'offrent à vous. Soit vous m'aider à faire payer à ce connard les vies qu'il a ruiné en lui faisant bouffer sa propre médecine en quantité non approuvée par le pharmacien du coin ? Soit je vous colle la branlée de votre vie voir deux, puis je fais ce que j'avais prévu de faire. Qui m'aime me suive !

Et sans le laisser le temps de réagir je saute par dessus le petit balcon sur le lequel je me tenais pour commencer à descendre à toutes vitesses les étages en sautant de balcon en balcon avec l'agilité d'un singe. Arrivé à un étage au dessus de mes petits dealers la flèche que j'avais sorti se retrouve propulsée sur la voiture du patron la laissant, ainsi que les deux autres véhicules totalement inutilisable. Tout les visages se tournent vers moi, une bonne dizaines de têtes de truands comme on en fait qu'a Gotham.

-Bien le bonsoir messieurs ! Je vous laisse quelques secondes pour vous rendre avant que la situation ne s'enveni...

Bien entendu ils se mettent à tirer, ça fini toujours ainsi à Gotham. Je m'abaisse aussi vite que possible alors que je peux sentir les impacts de balles jusque dans mon dos tourné au balcon. Mon sourire s’élargit, enfin la ville m'offre son comité d’accueil. J'ordonne à mes araignées de se placer sous les capots des voitures pour se faire exploser, les trois impressionnantes détonations propulses les voitures et leurs propriétaires en l'air, je laisse pousser une exclamation de joie alors que l'adrénaline l’envahi progressivement, et qu'un désir de violence me gagne.

-L'odeur de la poudre et de l'essence brûlée rien de tel pour débuter sa soirée !

Je décoche encore quelques projectiles cette fois ci bien moins méchant, mais chacun d'eux vient se loger à des endroits des plus douloureux. Pas une seule de flèche de perdue chaque tire me rapprochant de plus en plus du rez de chaussée ou j'espère qu'il m'en restera encore quelques uns pour un peu de close-combat.
Revenir en haut Aller en bas
Wanderlust
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 67
Votre âge : 14/04/1994
Localisation : Midtown
Emploi : Inventeur / Ingénieur / Informaticien

Interface
Alias: Gloomy Sentinel
Age: 25 ans
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Lun 22 Fév - 6:44

Je suis arrivé le premier, mais...
...on a tous le droit de s'amuser
Je tourne la tête à moitié vers mon allié. Il veut vraiment se bagarrer contre un type qu'il vient de rencontrer uniquement parce qu'il est dans "son" quartier? Je me demande comment quelqu'un d'aussi agressif que lui puisse encore être entier en ayant cette altitude dans ce quartier abandonné par les forces policières. Peut-être qu'il est beaucoup plus fort que je le pense...

Arsenal, comme il se présente, dit indirectement avoir un lien avec Oliver Queen... Sans qu'il le sache, je prends discrètement tout ce qu'il dit en vidéo. Peut-être qu'il pourra m'en dire plus sur lui. Alors qu'il parle, il nous prévient que ses créations robotiques sont en train de venir par ici. C'était à prévoir, mais je pense que cette confirmation aidera Gabriel à rester calme un peu plus longtemps, histoire de ne pas avoir à combattre ces machines. L'archer rouge nous informe aussi qu'un vendeur de drogue a fait son nid ici. Ce type est donc un justicier comme l'archer vert? Dommage que Wanderer n'a aucune envie de faire affaire avec eux, car avoir des alliés supplémentaires est toujours intéressant... Ce qui me surprend, c'est quand il reconnait sans mal mes pistolets électriques, avertissant en plus que si j'ouvre les hostilités, ça risque de faire boom...

-"En fait, j'ai une bonne idée de la quantité d'explosif qui peut rentrer là dedans..." dis-je en baissant les armes. Visiblement, cet homme n'a aucun lien avec Luthor et ses sbires. Il serait idiot de se le mettre à dos... Il nous demande notre aide pour combattre les vilains qui arrivent en bas avant de se lancer lui-même dans la bataille. À voir sa manière de descendre, on voit qu'il a réellement appris plus d'un truc en étant avec Monsieur Queen...

-"Et bien, tu vas pouvoir frapper quelques types on dirait..." dis-je en regardant les "renfort" arrivé.

Je m'approche du balcon, prêt à faire un saut de quelques étages sans casse comme j'ai le secret, mais j'ai envie de dire un dernier truc avant de faire le grand saut.

-"Tu sais pourquoi je porte un masque à gaz? C'est ce qu'il y a de mieux pour protéger le visage..."

Une grande explosion se produit en bas de l'immeuble, la grosse boule de fumée monte rapidement jusqu'ici, ce qui fait un peu toussé mon allié qui s'éloigne alors du balcon brièvement envahi de fumée noire.

-''...aussi, pour des moments comme celui-ci..."

Avec la propulsion électro-mécanique de mes bottes, je fais un simple, mais grand salto arrière qui m'envoie directement dans une chute libre de quelque étages. J'atterris lourdement debout sur pied, sur le restant de voiture fumant dans un bruit fracassant. Les mécanismes internes dans les semelles absorbes le choc, mais la chose qui servait de voiture ne ressemble plus à grand-choses... Même si j'en suis pas le principal responsable.

C'est triste, je vois que ces gens sont déjà amoché par des flèches, ils me regardent, blessé et surpris, aucun semble vouloir ou pouvoir me tirer dessus. Cela doit être pourquoi Arsenal est rentré à nouveau à l'intérieur: pour traquer ceux qui restent. Ils veulent certainement protéger leur trésor...

-"Ne vous inquiétez pas, je fais faire cela rapidement..."

Je défais la fermeture éclaire de mon manteau, dévoilant mon mince corps couvert de bandage noir, un élément synthétisé par mes soins qui m'isole de l'électricité, pour sortir de mon manteau une grenade bien spécial que je dégoupille avec le pouce...

-"Bonne nuit les gars..."

Je fais deux pas, l'objet dans ma main droite, pour le déposer aux pieds d'un type qui semble trop amoché pour se lever. J'aime bien voir son expression de peur...

-"...Et faites de beaux rêves"

Le type panique, croyant sa dernière heure arrivée alors que la grenade explose entre nous, ce qui libère une énorme quantité de gaz aux effets narcoleptique... le gaz brièvement bleu pâle puis transparent s'étale furtivement tout autour de nous sur une distance de plusieurs dizaines de mètres. J'entends même les gens tombés pratiquement tous en même temps. C'est une sorte de douce mélodie que d'entendre une bagarre se terminer sans pratiquement le moindre effort. Dommage que les types qui sont encore à l'intérieur du bâtiment n'ont pas été touché: Gab ne leur fera pas de cadeau...

Je m'approche du type endormi qui est habillé différement des autres, il semble être un "boss", donc il a des choses très intéressantes à raconter... Je le prends, où plutôt, j'essaye, mais il est assez lourd... Tant pis, j'ai une meilleure idée: je prends une de mes mini-robots mouches dans ma poche que j'active via mes courtes commande vocale: elle rentre dans le nez du monsieur plein de bague aux doigts qui commence à trembler.

-"Rise and shine"

Je n'ai jamais essayé cela sur un être encore vivant, mais s'il est inconscient, cela devrait marcher...

-"Lève toi et suis moi..."

Le corps tremble constamment, mais il se lève et se place juste derrière moi. Comme pour le cadavre félin, il a les yeux qui brillent d'une faible lueur bleue pâle, comme mon masque à gaz... Bien, je marche vers le bâtiment pour retrouver Gab et Arsenal en estimant que le ménage a déjà été fait et refait à l'intérieur, sinon, j'ai encore mes taser gun en poche...
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Rice
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 81
Votre âge : 08/04/1997

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Mer 2 Mar - 3:36

Arsenal.. Ce nom ne me dit absolument rien. Il était probablement le sidekick ou peut-être même le fils de l'archer vert, d’où la ressemblance entre les deux costumes. Pourquoi l'a t’il quitter ? Peut-être que Papa n'a pas voulu acheter la voiture de luxe qu'il voulait pour son anniversaire alors il se rebelle. Je n'ai aucun respect pour Green Arrow, ce mec à l'air d'être plein à craquer. Peut-être que c'est Lex ? Nah, d'après ce que je sais du justicier, il possède des cheveux. Bruce Wayne peut-être ? Je sais qu'il a adopter des gosses. Arsenal est peut-être l'un d'eux.

Il se prend pour qui ce connard pour me parler comme ça ? Je vais lui démonter la gueule pour venir faire chier dans mon quartier. Je vais lui montrer moi si je suis pas sympathique !! La menace de tous nous faire exploser me fait baisser mon arme. L'explosion qui à détruit mon hoverboard est trop récente dans ma mémoire pour vouloir recommencer ça. Ce mec narcissique qui n'arrête pas de parler est chiant mais il semble être du même côté que nous. Est t'il un vrais justicier ou un trouillard qui a peur d'enlever la vie aux déchets de la société qui pourrissent notre ville ? J'aurai ma réponse dans quelques instants. Il veut lui aussi faire payer le dealer alors je me battrai à ses côtés... Pour l'instant du moins.

Alors que j'allai le suivre dans la bataille, une explosion retentit et je fus obligé de reculer en toussant à cause de la fumée. Putain, il va me volé tout mes victimes avec ses conneries. Arrivé en bas alors qu'Arsenal se battait déja, je descendis le premier mec que je vis d'un coup de poing et lançai un couteau dans la main d'un deuxième qui s’apprêtait à me tirer dessus. Je dis au justicier d'un ton moqueur.

- Tu te bat bien l'archer! Même si tu n'es pas aussi bon que moi

Un des hommes me fonça dessus, un couteau à la main. j'évitai à la dernière seconde et utilisai l'élan du criminel pour lui encastré la tête dans le mur de brique. J'éclatai les bijoux de famille d'un autre avec un coup de pieds de mes bottes cloutés.


Après avoir démolis les criminels avec l,aide de l'archer rouge, je vis Wanderlust marcher vers nous avec le boss qui le suis comme un caniche.

-Pourquoi ce mec te suis Gloomy ? Je dois connaitre ce truc !

Je m'approchai du boss et lui éclata le genou d'un coup de pied et le pris au collet avant qu'il tombe au sol.

-Alors connard, on aime détruire la vie des gamins ? C'est ton tour de souffrir la
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Sam 12 Mar - 23:49

Le moins que l'on puisse dire c'est que les explosions avaient bien fonctionnées. Tout ceux qui n'avaient pas été blessés ou juste assommés par le souffle n'arrivaient plus véritablement à tirer droit à cause de leurs oreilles complètement bousillées. J'analyse brièvement pour repérer ceux qui peuvent encore tirer droit et je termine de les incapacités de la pire manière possible à ma connaissance. Une flèche qu'Oliver aurait sûrement qualifié d'horriblement barbare. Et il aurait eu parfaitement raison. J'avais moi même découvert ce venin durant mon dernier voyage en Amérique centrale. La poneratoxine, appelé ainsi car provenant d'une fourmi appelé paraponera est sûrement la neurotoxine la plus douloureuse existante à l'état naturel. Même à faible dose cette petite saloperie peut vous faire vivre aisément six heures d'enfer non stop pour une piqure classique. Approchez vous d'un centre nerveux, ou triplez la dose et vous pouvez ainsi rallonger la durée de l'effet de manière incroyable. En Amérique du sud cette dernière est surnommé « fourmi vingt quatre heures ». Une douleur qui décroit avec le temps. Mais qui allait laisser nombre de malfrat pleurer, entrer en crise de spasmes voir sûrement perdre connaissance de multiples fois avant que les secours n'arrivent.

Ainsi après les explosifs, et le poisons pour les plus résistants j'en étais arrivé à terminer ceux déboussolé devant moi à la main. Enfin, à la main c'est bien grand mot surtout pour quelqu'un se faisant appeler Arsenal. Cette fois c'était une amélioration de mon arc que j'allais utiliser, quelque chose d'autre qu'Oliver aurait réprouvé. Après avoir pris un peu de temps pour pianoter sur mon deck, le temps qu'il fallut pour les deux autres à me rejoindre je passe mon arc en mode arme de corps à corps. Ce qui fait qu'a part à deux endroits que j'étais seul à connaître pour y poser les mains, le reste de l'arc était traversé par un très fort courant électrique. De quoi paralyser fortement voir plus au moindre contact qu'il soit fort ou léger. J'apprends aussi durant cette petite pause que le grand gaillard arrive à faire de l'humour. Mais alors que je me laisse le temps de l'observer se battre quelque chose m'interpelle. C'est violent, très violent et peu brouillon, mais cela me rappelle vaguement quelqu'un. Enfin, le monde du combat de rue n'est pas si vaste que l'on aimerait le croire.

Je dois cependant avouer être agréablement surpris de son efficacité. Ce n'était pas vraiment un travail d'équipe, loin de là. Mais notre force même non combinée suffis amplement pour terminer très vite cette affaire. Il était encore possible d'entendre les plus résistants à la douleur pleurer et se rouler dans tout les sens alors qu'il subissait ce petit cadeau de ma part quand le troisième arriva avec un autre cadeau. Je reconnus sans mal le chef de la bande, ce qui me fallut plus de temps pour comprendre c'est comment il avait réussi à faire se déplacer et obéir un type visiblement complètement dans le cirage. Je me met à sourire sous ma capuche je n'aurais jamais du m'éloigner autant de la communauté. Je laisse apparaître l'interface holographique de mon deck autour de mon bras alors que j'ordonne à Pandore de scanner le «zombie» pour mieux comprendre. Et bien que le geste soit complètement immoral, il n'en restait pas moins prodigieux.

-Et bien...Moi qui pensait le genre humain bien trop en retard...

Aux vues du manque de réactions du sujet envers la situation de stress par la violence imposé à son corps par le « petit » jeune encolére, j'en déduis que ce dernier était maintenu dans un état d'inconscience par la petite machine que Pandore avait fini par dénicher sur ses centres nerveux et son cerveau. Et si cela n'avait pas été à l'encontre de tout ceux en quoi je croyais, j'aurai sûrement mis fin à tout ce que je faisais pour pouvoir étudier de telles machines.  Je laisse les petits nouveaux se lancer des fleurs pendant que je récupère un petit paquet de drogue, un petit paquet de poudre qui rend heureux.

-Et bien...Le moins que l'on puisse dire c'est que pour deux inconnus vous n'êtes pas mauvais du tout. Mais pour terminer mon boulot j'ai besoin de lui...Conscient. Pandore, libère le monsieur s'il te plait.

Les écrans holographiques sur mon poignet se brouillent puis se transforme en petits éclairs durant un petit instant alors qu'une vague électromagnétique s’échappe de mon deck.  Pas de quoi de détruire quoi que ce soit, mais suffisante pour brouiller n'importe quelle type de connexion longue ou courte distance. Ce qui arrivait au petite machine dans le corps de ce type après ne me regardait pas. L'homme se réveille avec un hurlement, ce que je peux comprendre aisément. Vu l'angle douteux qu'avait pris sa jambe après qu'on l'est tout bonnement brisée. Je charge un autre programme de mon deck qui déclenche un petit taser au bout de mon index. Pas de quoi faire grimacer un aussi grand gaillard que celui qui tenait mon truand. Mais juste assez fort pour décrisper ses muscles sans qu'il ne puisse y faire quoi que ce soit. Le dealer retombe sur ses jambes, puis tombe à terre sur le coté alors que sa jambe brisée se dérobe sous son poids.

-Et bien voyons voyons ce que nous avons à nous mettre sous la dent ce soir. Un dealer.


Le coup part tout seul, peut être mon passé de toxico qui s'exprime. Mon poing s'écrase plus que lourdement sur sa tempe droite.

-Un odieux dealer qui profite que la police ait presque abandonné le quartier pour armer des gens dans la rue et faire régner la peur.

Je l'enjambe à moitié pour me tenir au dessus de lui le tenant à moitié relevé de mon bras gauche alors que le droit martèle son visage qui commence à se tuméfier. Quelque chose chez cet homme me mettait anormalement hors de moi. Assez pour que le son des craquement de son nez et de son crane me fasse du bien.

-Une sale petite merde, un cancer pour l'humanité, un raté qui détruit des vies...Et des vies d'enfants.

Je le lâche, et frappe de toutes mes forces dans son entre-jambe. Ce qui le ramène brutalement à la vie. Mon poing me fait un peu mal, mais j'imagine que sa tête doit être bien plus douloureuse. Je me recule un peu, puis me tourne vers les deux autres.

-Je sais, je sais...Je prend tout le plaisir, j'ai juste un peu perdu mon sang froid. Veillez m'excuser pour ça...Et pour ça.

Je fais un petit trou dans le sachet pour laisser son contenu tomber sur le visage de mon homme. N'ayant plus la force ou très peu pour se débattre ce dernier allait prendre une bonne quantité de sa propre médecine. Et découvrir les ravages qu'elle pouvait causer. Je laisse le sachet se vider doucement tout en regardant les yeux du criminel s'éteindre petit à petit.

-En règle générale, j'aurai sûrement pu te dire d'aller te faire voir et que ce quartier pouvait être mon terrain de chasse si j'en avais envie. Mais peut être bien qu'a vous deux vous êtes capables de gérer ses rues.


Le sachet arrive à son terme, mon orageuse colère aussi. Elle était partie aussi vite qu'elle était arrivée, me laissant une drôle d'impression de vide oppressant.

-Je me représente, Arsenal des Outlaws. Effectivement comme vous l'aurez deviné j'ai un passé commun avec le Green Arrow. Mais n'allez pas croire que vous avez devant vous un justicier. Je l'ai été un jour, et je continues de courir derrière les ordures. Mais si je continue de croire au fait que chacun mérite une seconde chance...Je ne suis pas de ceux qui en offre beaucoup plus. Surtout quand on touche aux enfants. Mais je pense que la dessus nous pourrons nous entendre.

Je me prépare à partir quand soudain me vient quelque chose, quelque chose qui ne vient généralement qu'a moi au sein de ma petite équipe. Je cherche dans l'une des poches de ma ceinture multifonction pour en ressortir deux petits émetteurs.

-Nos méthodes et nos idées bien que différentes...

Je tourne la tête vers l'autre génie de l'informatique.

-Ou peut être pas...Il serait peut être profitable que nous puissions nous retrouver à l'occasion. Travailler seul est agréable. Mais certaines choses ne peuvent être accomplies qu'en équipe.

Le leur tend chacun l'un de ses petits appareils. A eux de voir ce qu'ils veulent en faire.
Revenir en haut Aller en bas
Wanderlust
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 67
Votre âge : 14/04/1994
Localisation : Midtown
Emploi : Inventeur / Ingénieur / Informaticien

Interface
Alias: Gloomy Sentinel
Age: 25 ans
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Lun 28 Mar - 1:34

Je suis arrivé le premier, mais...
...on devrais peut être faire équipe, non?
Je rentre avec mon "sbire temporaire" sous le regard légèrement impressionné de mes alliés, découvrant que tous nos adversaires semble neutralisé. Wanderer veut que je lui explique et lui lance une attaque qui ne le fait même pas réagir dû son état d'inconscience provoquée par ma création, mais Arsenal lance une réplique en observant mon zombie à l'aide d'un deck à interface holographique. C'est pas mal comme engin, mais ce n'est pas très discret, je préfère mon deck qui est fusionné à mon masque... Au moins, il est capable de lancer un scan assez pointu pour trouver mon petit robot parasite. Il nous fait aussi quelques compliments. J'ai eu un léger sursaut quand il dit "Pandore", mais en fait, c'est le nom donné à son deck. Ce qui n'a rien avec mon vrai nom...

-"Tu as appelé le tien Pandore? Pas mal... Le mien c'est Cyber-us" lui dis-je avec mon calme habituel en tapotant le coté d'un verre de mon masque à gaz.

Il me prévient qu'il a besoin de lui conscient et coupe mon lien avec ma création, ce qui le désactive par défaut et réveille mon ex-zombie. C'est un peu insultant pour moi que le premier venu réussisse aussi rapidement cela, je vais devoir travailler là-dessus... En même temps, il suffit juste d'analyser le signal qui relit mon deck avec mon robot parasite et d'envoyer une onde qui provoque son arrêt. Ce n'est pas sorcier...

Arsenal lui fait passer un mauvais moment: il le tabasse avant de lui faire consommer sa propre marchandise. J'aurai bien pensé qu'il a fait cela pour qu'il passe le message à ses confrères, par contre, mon robot inactif dans son cerveau, je doute qu'il y passe la nuit. Mes parasites ne sont pas conçus pour posséder un être encore vivant après tout. Peut-être qu'il y a une espèce de rancune personnel ou quelque chose du genre. OliverQueen pourrait surement m'en parler quand je le reverra...

C'est alors que l'homme en rouge nous parle, il dit qu'il pense que "nous" sommes capables de gérer les rues du quartier. J'allais répliquer que je préfère de loin rester chez moi a fabriqué du matériel, mais j'écoute la suite: il se présente officiellement. Son groupe est les "Outlaws"? Jamais entendu parler avant. Par contre, tant qu'ils n'ont rien à voir avec la Lexcorps, ça va aller... Il nous informe qu'il a une dent contre ceux qui s'en prennent aux enfants, d'où sa présence ici. Voilà qui est intéressent... C'est alors qu'il s'éloigne. Je regarde brièvement Gabriel et lui lance discrètement:

-"Tu penses que ce Robin rouge a un gamin? Son altidude me fait pensé à celui d'un p-"

Je me tais lorsqu'il revient avec quelque chose en main. Il veut garder contacte avec nous? Il ajoute que certaine chose sont faisables uniquement en équipe, ce qui est plutôt vrai... Je prends un petit appareil et je le rapproche de mon masque. D'une clique sur le côté de mon verre gauche de mon masque, je lance une rapide analyse de la fréquence de l'appareil, ce qui me permet maintenant de communiquer avec ceux qui portent ces appareils. Après tout, je n'allais pas porter cet émetteur sous mon masque à gaz... D'une autre clique, je teste pour voir si ma voix sort des émetteurs.

-"Test...Test... Bonsoir: dans six heures, il fera jour!" Qui sort de la paire d'appareils, je garde tout de même celui qu'il m'a donné: comme la cigarette de la dealeuse plus tôt, je pourrai utilsé cet objet qu'il a sûrement fabriqué de lui-même pour avoir des visions sur son passé ou son futur. Maintenant que j'y pense, je ne me suis pas présenté...

-"Et bien, Arsenal, je suis Gloomy Sentinel: inventeur, informaticien et ingénieur. Je sens qu'on pourrait éventuellement s'échanger certaines astuce niveau science, non? J'adore parler science!"

Je pourrai bien dire que j'aime bien être présent un peu partout, mais c'est le genre de truc qui refroidit l'ambiance... Ah, justement...

-"J'ai juste un petit truc à te demander: j'ai vu récemment un entrepôt remplis de bombe, enfin, un de mes drones espion l'a vu... assez pour détruire la moitié de la ville au moins et j'ai bien peur que cela finisse comme en 2030: un grand boum... Si jamais tu trouves quelque chose à ce sujet, informe moi: je pense que Lex y est peut-être pour quelque chose, même si c'est entre les mains des Jokers..."

Je me retourne vers Wanderer...

-"Je pense avoir oublié de t'avertir, pas vrai? Bon , vaut mieux tard que jamais... Green Arrow et la batfamille sont au courant aussi puisque Nightwing est censer de leur avoir fait passer mon message... je pense que leur aide pourrait nous être utile pour cette fois. Surtout qu'il y ait une possibilité que le Joker soit de retour..."

Batman est peut-être celui qui a le plus de chance contre cette espèce de malade mental. J'espère réellement qu'il est bel et bien mort.. J'ose même pas essayé d'utiliser mon don pour vérifier: si je vois cette ville explosée dans une de mes visions, je sens que ne pourrait même plus dormir la nuit...

Bref, je regarde ensuite le dealer inconscient, presque mort d'une overdose de sa toxine. Je n'ai pas envie de le laisser vivre, mais puisque l'engin dans sa tête s'est remis à fonctionner, il peut encore être utile...

-"Rise and Shine"

Le dealer se relève avec difficulté et se tien aussi droit que son corps brisé par les coups de Wanderer et d'Arcenal lui permet.

-"Prend toi une arme et pointe la sur ta tête"

Je vois mon zombie tremblé en prenant l'arme à feu qu'il avait dans sa ceinture. Il doit avoir plusieurs os cassé pour bouger comme cela... Après un court instant de mouvement saccadé, il devient immobile: les yeux brillants faiblement d'une lueur bleue tel les verres de mon masque à gaz, avec l'extrémité de son pistolet accotant sur sa tempe.

-"Quelqu'un à besoin de lui encore vivant où je peux lui demander de se mettre fin à ses jours?"

Ce qui est génial avec le trou qu'il va avoir dans la tête, c'est que mon robot mouche va pouvoir sortir plus facilement...
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Rice
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 81
Votre âge : 08/04/1997

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Sam 2 Avr - 17:50

Je sentis mes doigts lâcher prise lorsque un choc électriques me traversa le corps. Je me tournai vivement vers l'archer habillé de rouge, Si mes yeux avaient été des lasers, le mec aurait été pulvérisé sur le champ. Deja qu'il bosse dans MON quartier, il ose être arrogant avec moi et m'oblige à lacher mes victimes alors que je leurs cassent la gueule.

Je le regarde battre le Dealer et lui faire avaler sa propre merde. Bien fait pour lui. Même si je n'aimes pas trop ce mec, j'aime ses techniques pour punir les criminels. En plus, il fait le boulot comme il le faut et pas comme les faux justiciers qui laissent les criminels sortir de la passoire Black Gate comme si de rien n'était.

Il se présente officiellement et dit faire partie des Outlaws. Ce nom me dit quelque chose. Je sais que je l'ai déja entendu mais ou exactement ? J'en ai absolument aucune idée. Je devrai m'informer sur ce groupe pour être certain qu'il ne me posera pas de problemes dans le futur. Il se retourne pour s'en aller et je regardes Gloom d'un air qui veut dire "On s'en fou non s'il est père, non ?"

Je pris l'émetteur de ses mains et le fourra dans une poche de mon manteau noir. Son aide pourrait être utile de temps en temps. Faudrait que j'en parle à Klara. Les Outlaws... Je m'en rapelle maintenant. C'est le groupe dont fait partie Jason. Donc Arsenal bosse avec cet enfoiré ?

-Et moi, je suis le Wanderer, Justicier de Tyr. Les Outlaws, tu as dit ? Tu travailles donc avec Todd ?

Je me retourne vers Gloom lorsqu'il parle des explosifs. Pourquoi ne m'en a t'il pas parler ? Il ne faudrait pas qu'une tragédie comme celle d'il y a 6 ans ai lieu. Il en a parler à Green Arrow et la batfamily et pas moi ?

-Pourquoi tu ne me l'a pas dit avant ? De toute façon, le clown est mort dans l'explosion, même ce fou ne peux pas revenir à la vie.

Je sortis mon glock et tirai une balle dans la tête du dealer qui se relevais graçe au tour de magie de mon ami.

-Trop tard, il est déja mort
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Mer 13 Avr - 23:32

Le nom donné à mon deck, je me retiens cette fois ci de sourire ou de montrer le moindre signe qui pourrait trahir mon amusement interne. Non Pandore n'était pas juste le petit nom que j'avais donné à mon deck. J'avais surpris son tressaillement et d'une certaine manière il était presque justifié. Certes actuellement elle était présente avec moi par l’intermédiaire de mon deck mais si la situation l'exigeait et que je n'avais personne d'autre pour couvrir mes arrières, alors elle pouvait s’avérait bien plus qu'un deck qui lui même n'est qu'une petite extension. Toutes mes tentative de créer un micro-ordinateur capable de la supporter intégralement avait échoué. Mais ne jamais révéler toute ses cartes immédiatement.

-Et bien je vois que je ne suis pas tout seul à donner des petits noms à mes créations.

Les deux restes plutôt calme alors que je passe mes nerfs sur l'heureux gagnant de ce soir, je doute que ce soit par peur j'en déduis donc qu'a défaut de s’arrêter la si je ne l'avais pas fait moi même, l'un des deux aurait sûrement réservé le même sort à ce dealer. La nouvelle génération de justiciers de Gotham avait l'air d'être à l'image de la ville, sombre et violente. A mon époque de sidekick Grayson et moi étions déjà appelé enfants terribles alors qu'avec le recul nous n'étions rien de plus que deux petits fanfarons à la bouche bien pendue. En parlant de bouches bien pendues l'un deux à beau parler à voix basse à cette distance mon oreillette pouvait me retranscrire assez bien leurs dires. Je n'avais pas été très discret mais j'aurai préféré que ce genre de soupçons ne soit pas proféré je me détend juste parce qu'au final le deuxième lui rappel que c'est un détail des plus insignifiants.

Ils prennent mes appareils sans hésiter, l'un d'eux décide même d'en capter la fréquence pour l'adapter à son propre appareillage. J'aurai pu soulever plusieurs raisons pour lesquelles faire ce genre de chose n'est pas très sécuritaire, mais ses dernières années à travailler pour l'A.R.G.U.S et avec les outlaws m'avaient pas mal changé. Dans tout les cas, soit il n'était pas vraiment conscient de ce qui pouvait être fait, ou alors il avait une absolue confiance en sa technologie. Dans les deux cas cela pourrait un jour se retourner contre lui. Il finit par se présenter, je comprend que l'on est visiblement sorti du même moule lui et moi. S'il est aussi bon que moi à ce petit jeu j'aurai surement beaucoup de mal à dénicher quoi que ce soit sur lui, mais essayer ne sera pas une pure perte de temps.

-Un plaisir de rencontrer quelqu'un avec qui il est possible de parler nouvelle technologie sans être perçu comme un alien.


Le second m’accorde une présentation plus froide, peut être quelque chose que j'ai dit, il ne met pas longtemps à me le confirmer.

-Tyr ? Comme le dieu nordique du ciel et de la guerre juste ? Celui qui s'accrifie sa main au loup Fenrir pour pouvoir ensuite l'enchainer avec Loeding ?

Mon cœur comme mon esprit étant totalement voués à la science je n'avais jamais vraiment trouvé mon compte dans la religion, tout du moins pour le coté spirituel. Cependant certaines avaient l'art et la manière de raconter de belles histoires, des histoires qui dans d'autres circonstances auraient pu avoir ma préférence. Visiblement il connaît Jason, et comme la majorité des personnes qui le connaissent mais je en connais pas, il semble le porter très bas dans son estime.

-Oui il m'arrive de travailler avec lui. Mais je ne suis pas son bureau des réclamations.

Je n'entre pas dans le détail. Il y a des soirs ou j'aurai pu vouloir en savoir plus sur le lien qui les unis et peut être protéger Red, mais avec les derniers événements je préférais rester loin des petits soucis personnels de Jay. Heureusement, ou plutôt malheureusement, celui qui se fait appeler Wanderlust m'offre une diversion des plus efficace. Une bombe, du genre cataclysmique quelque chose d'aussi grotesque ne pouvait être que vrai. Et comme si une mauvaise nouvelle ne pouvait pas arriver seule, voilà que Luthor et les jokerz arrivent sur le tapis. Quel interet aurait Luthor à détruire plus de la moitié de la ville, sans compter que son fief Métropolis se trouvant à juste quelques kilomètres sa ville pourrait être indirectement touchée économiquement par une telle catastrophe. Mais si j'avais appris quelque chose de Luthor avec le temps c'est que ce dernier ne pense pas comme le commun des mortels, que sa vision va plus loin. Quand au fait de donner une bombe aux jokerz, cela revenait à enfermer une poule avec un bouton pressoir relié à une bombe atomique et prier ou que la poule n'appuie jamais.

-Je viens d'arriver à Gotham, mais si tu peux m'envoyer tout ce que tu sais déjà la dessus, photos, emplacement, scans, je promets de faire de même si jamais je venais à trouver quoi que ce soit.

J'allume à nouveau mon deck en pianotant sur l'interface holographique pour libérer un « petit » espace sécurisé à l'intérieur de sa mémoire, que j'ouvre ensuite via wi-fi pour permettre à Wanderlust de m'envoyer ses données.

-Tu peux directement le télécharger sur mon deck. Sur la matrice il est représenté par une pointe de flèche rouge.

Oliver est donc de la partie sur ce coup la, je ne fais même pas semblant de cacher mon exaspération. La batfamilly comptait dans ses rangs Red Robin et Batman qui à eux deux pouvaient venir à bout de n'importe quel casse tête technologique. Oliver n'était pas un mauvais héros en soit, mais la technologie de pointe n'était pas son point fort, loin de la.

-C'est sur que si c'est Green Arrow qui tombe dessus en premier...Espérons qu'il ait la présence d'esprit de faire appelle à plus compétant que lui.

Non Roy ca n'était ni l'endroit, ni le moment et encore moins la bonne compagnie pour régler tes comptes avec Queen. Je retiens un petit éclat de rire de justesse, le guerrier de Tyr pensait pouvoir faire mieux que Batman pour avoir ainsi la priorité sur l'info ? Au moins il voyait grand ce qui n'est pas forcément un mal quand on vise le sommet. Mais de ce que j'en avais vu, continuer à croire en Batman n'était pas un luxe. Cependant sa seconde réflexion me fait largement sourire.

-Oh si j'étais vous je ne mettrais pas ma main à couper sur la mort du Joker. Il à survécu à nombre d'accidents qui aurait tué même parmi les meilleurs. Et désolé de vous décevoir mais les résurrections sont bien plus courantes aujourd'hui qu'on ne le croit.

J'en voulais pour preuve Ra's Al Ghul qui avait vécu plus de 600 ans et frôlé la mort tout autant de fois, et Jay qui lui en été revenu. Cette vie de héros m'avait retirer jusqu'au caractère sacrée et définitif de la mort. Leurs vies de héros ne faisaient que commencer et leur croyances étaient solides, encore quelques années à continuer ainsi et leurs convictions même les plus intimes finiraient par s’effondrer.

-Gardez l'esprit ouvert au sujet de cette bombe, peut être est-ce juste le fruit d'un cerveau un peu dérangé qui veut terminé le travail du Joker. Ca m'a toujours dépassé mais ce type avait beaucoup d'admirateurs. Ou le travaille de quelqu'un qui à profité des derniers malheureux événements pour camoufler son travail...Mais joker n'est peut être pas si mort que ce que tout le monde espère. La dessus je vais vous laisser. Ce fut une nuit agréable, et savoir que de plus en plus de personnes sont décidés à faire ce qu'il faut pour nettoyer cette ville...Ca fait plaisir aussi.

Je rappelle mes drones robots qui descendent d'un peu partout pour me rejoindre. Elles grimpent sur moi et à certains endroits stratégique de mon costume commence à se replier sur elle même pour prendre la forme de petites dragées métalliques. Je n'avais pas forcément envie de savoir ce qu'il allait faire de ce type ou même d'y assister. Paradoxale aux vues de ce que je lui avais déjà fait, si l'overdose ne l'avait pas déjà tué alors ils avaient intérêt à se dépêcher s'ils voulaient le finir eux même. Mais voilà, tout cela je l'avais sous l'effet de la colère. J'avais encore du mal à me dire que tuer était la solution miracle à tout, comme le fait de violenter à outrance. Gérer les criminels en devant des criminels quelque chose en moi me disait toujours que ce n'était pas la solution. Tout ce que je savais c'est que j'avais toujours cette sombre colère en moi qui se traduisait par des passages à tabac quand elle s'exprimait à haute voix, ou par la création d'armes tard la nuit quand elle devait rester silencieuse. Jay n'avait de cesse de me le répéter, mais mon petit QG ressemblait plus à un repère de scientifique fou qu'à une vrai base de héros.

-A l'avenir j'essaierai de me souvenir à qui « appartient » ce terrain de chasse. Mais je ne promets rien, j'ai tendance à ne pas retenir ce genre de petits détails. Sans rancune hein ?!

Je ne leur laisse pas le loisir de répondre, de quelques pianotage de plus j'active le pilotage à distance et le traçage GPS de ma moto. Une Harley Night-Road noire avec des bandes rouges, un ancien modèle mais que j'avais retapé moi même quasiment plus rien n'était d'origine et quand elle passait en mode sportive elle était juste méconnaissable. La fourche plus courte rapprochait la roue avant surélevant la moto lui apportant aussi de meilleurs suspensions. L'écran holographique me donne une estimation de sa trajectoire une fois qu'elle aura fait sa petite entrée à coup de balles explosive. Je fais deux pas à gauche, un à droite, je réajuste une dernière fois ma position pour qu'une fois ma moto arrivée je n'ai qu'a sauté pour m'y installer sans qu'elle ait besoin de ralentir. Soigner ses entrées c'est quelque chose, réussir ses sorties est un art.
Revenir en haut Aller en bas
Wanderlust
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 67
Votre âge : 14/04/1994
Localisation : Midtown
Emploi : Inventeur / Ingénieur / Informaticien

Interface
Alias: Gloomy Sentinel
Age: 25 ans
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   Dim 24 Avr - 5:03

Je suis arrivé le premier, mais...
Nous savons ce qui arrivera après...
Après l'avoir averti de la potentielle "grosse blague" à venir,il me donne un accès par wifi à un espace sur son deck pour que je puisse y déposer les fichiers à ce sujet. Je suis content qu'il puisse me croire, mais le fait qu'il confirme que le clown puisse ne pas être aussi mort que tout le monde souhaite m'inquiète un peu. Par contre, il semble... désappointé qu'Oliver soit sur le coup aussi. Je me demande ce qu'il s'est passé entre ces deux-là...C'est par après qu'il nous dit aurevoir en agaçant Gabriel. Étonnamment, il appelle ses drones restant qui "fusionne" à ses habits avant de partir en moto. Des drones qui se changent en armure? C'est plutôt une bonne idée. Je devrai construire quelque chose de similaire un de ces jours. Après que notre nouvel allié aie quitter l'endroit, je fais un quart de tour pour regarder Wanderer.


-"Je suis curieux de savoir pourquoi il a tant d'hostilité envers le Green Arrow... Je demandera au justicier vert quand je le reverra, histoire de savoir à qui nous avons à faire..."


Quelque information supplémentaire sur le passé d'Arsenal pourra nous permettre de confirmer s'il est bien de notre côté. Je fais un autre quart de tour, en direction du cadavre. Cette fois, le dealer de drogue est bel et bien mort. Par contre, ma création qui est encore dans sa tête est toujours là et elle est optimisé pour contrôler les cadavres... Je pense que c'est le moment de démontrer quelque chose à mon allié...


-"Wanderer... malheureusement, avec l'avancer de la science, la mort n'est rien d'autre qu'une maladie qu'on peut guérir...Rise and Shine"


Le cadavre se relève une nouvelle fois, rapidement cette fois, avec la même lueur bleutée dans les yeux, il tremble de manière saccadé. Puisque le coeur ne fourni plus d'oxygène aux muscles, c'est directement la petite machine parasite qui les active via une série de pulsion électrique dans ce qui reste du système nerveux.


-"Si moi je peux faire cela, Lex peut faire encore mieux, il a surement plusieurs dizaines d'années d'avance technologique sur nous. Après tout, ce robot parasite, c'est un ex-employé de la Lexcorp qui en a fait la base... il y a plus de 20 ans..."


Je pose mon doigt sur le front du réanimé.


-"M-41"


La mouche sort de la bouche du cadavre qui, cette fois, s'effondre au sol pour de bon, pour aller dans la poche droite de mon manteau avant de se mettre en mode veille automatiquement.


-"Je pense que le Joker n'est pas ou n'est plus, aussi mort qu'il devrait l'être... à cause de Lex Luthor. Il faut quand même trouver des preuves..."


Je commence à faire quelques pas vers la sorti, puis je me retourne une nouvelle fois pour le tenir informé.


-"Les repaires secrets de Lex sont difficiles à trouver, mais j'imagine que la Lex corps s'agite dans les coins les moins protéger et les moins peuplé de Gotham, donc tu as de fortes probabilités d'en trouver un dans ton secteur de patrouille si tu gardes bien les yeux ouverts. Dans mon cas, j'ai une autre piste à suivre..."


Je dis mes dernière paroles en marchant à reculons, un peu pressé de partir.


-"Ma colombe robotique à repérer un certain "Docteur Dulmacher" qui a récemment volé de nombreux appareils électroniques, surtout des caméras en fait. La rumeur dit qu'il est un expert pour faire des poupées... Il a peut-etre un lien avec tous ça, qui sait?"


Je lui fait un "aurevoir" de la main avant de sortir une fois pour toutes en bondissant avec mes bottes à propulsion mécanique pour me donner un maximum de vitesse. En direction des habitations de l'East End, je me dirige vers la dernière localisation du mystérieux individu...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'étais là le premier, mais je vous en prie faites comme chez vous.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Bleus premier pas dans la police-Requiem pour un fou...un fou d'amour -Yann/Kevin-G
» Les films qui font le plus peur mais qui n'ont fait aucun effet chez vous.
» Quelle est attraction que vous avez faite en premier au walt disney studios ?
» Avis sur aerographe premier prix
» Cours de magie Arcanique, surement le premier mais pas le dernier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cнιldreɴ oғ ɢoтнαм :: Park Row :: Les Habitations-
Sauter vers: