cнιldreɴ oғ ɢoтнαм


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 First Meeting [pv Arsenal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Klara Sovaris
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 104
Votre âge : 03/11/1991
Localisation : Uptown - Park Row
Emploi : Propriétaire du Jackal - Black Hat

Interface
Alias: Bastet
Age: 25 ans
XP:
0/100  (0/100)

MessageSujet: First Meeting [pv Arsenal]   Mar 29 Mar - 3:00


❝ First Meeting ❞
Retrouvons Arsenal & Klara Sovaris , alors que l'horloge affiche plus de 23h . Leurs routes se sont croisées au Velvet Sky  et ils sont à l'abri d'une intervention du Doppelganger.


Le vent soufflait en rafale et couvrait à peine le vrombissement de la foule grandissante sur le rivage de la Gotham River. Au milieu de ces derniers se tenait une jeune femme brune à l'apparence quelconque, une capuche rabattue sur le visage. Ses yeux verts émeraudes s'étaient posés comme ceux de la foule quelques mètres plus haut, en direction du pont qui traversait le fleuve. Là haut se tenait une jeune fille, probablement une adolescente. Elle avait enjambé la rambarde et projetait de faire son ultime plongeons alors que les forces de l'ordre sensées l'en dissuader tardaient à se montrer. Il ne lui fallut pas longtemps à Klara pour se retrouver à proximité. Ses possibilités dans la matrice étaient grandes, et même sans en être l'administratrice, elle pouvait se déplacer à sa guise dans le serveur de Lifeblood Deep. C'était un jeu, à l'origine un simple jeu. Digne successeur des IMVU et autres Second Life qui avaient vue le jour dans les années 2000. Lifeblood, on y avait accès grâce aux implants Simsens, on pouvait y refaire sa vie, la créer à sa guise. Klara raffolait de ce jeu et s'échappait de sa Gotham Meatspace à chaque fois que l'occasion se présentait. Même si sa vie n'était pas rose, la technomancienne s'y était faite et ne l'aurait pas changé. Mais lifeblood lui permettait d'être elle même dans la matrice, et surtout de mordre dans un sentiment de liberté plus jouissif que jamais.

" Si tu sautes à cette hauteur, l'eau en bas sera aussi dure que du bêton, j'espère que tu en es bien consciente... "


Dans le fond, la Deckeuse se fichait pas mal de ce qu'il pouvait advenir de l'avatar de la jeune fille. Mais elle ne pouvait décemment pas passer à côté d'une situation comme celle-ci, ce n'était pas "rp", et les administrateurs étaient très à cheval là dessus. L'adolescente au bord de l'abîme tourna la tête dans sa direction, ses joues étaient trempées de larmes et ses yeux d'un noir qui aurait effrayé la haine elle même.

" Ce n'est pas un jeu. Plus maintenant... "

Klara fronça les sourcils suite à la révélation de la jeune fille. "Ce n'était plus un jeu ?" qu'est-ce qu'elle sous entendait au juste ? Elle affichait une expression de terreur pure, démentielle, qui donnait froid dans le dos à la black hat.

" Si c'est un jeu, et tu le sais très bien. Reviens par ici, je vais faire en sorte que tu récupères tes points d'expériences perdus et on ira faire un tour en ville, histoire que tu puisse prendre un portail, retourner dans le meatspace et mettre le jeu en pause cinq minutes."

" Ca n'a rien à voir avec Lifeblood ! Fous-moi la paix et tire toi maintenant. J'veux pas que la dernière chose que je puisse voir de mon existence pourrie ce soit ta sale petite gueule d'ange cherchant uniquement à faire sa B.A quotidienne ! C'était la dernière fois que je servais de cobaye à Cain ! Je vais briser mon noyaux et me libérer de son entrave une bonne fois pour toute ! "

L'adolescente joignit le geste à la parole, portant deux de ses doigts à sa tempe, celle où se trouvait greffé son implant Simsens. Klara se précipita par dessus la rambarde à son tour, une main agrippée à un poteau humide, la seconde tendue vers la jeune fille.

" Arrête ça tout de suite ! T'es tarée ou quoi ? Tu sais au moins ce que t'es entrain de foutre là ? Touche à rien bordel ! "


le Noyau de l'implant Simsens, le cœur même du projet. Il était là pour permettre au cerveau de son utilisateur de différencier le virtuel du réel. On pouvait de ce fait jouir d'une vie et de toutes ses sensations dans la matrice, mais une mort virtuelle ne serait jamais réelle grâce à lui. Le détruire ou le reprogrammer, c'était prendre des risques inconsidérés. Avec ses intentions initiales, si la gamine choisissait l'impact trente mètres plus bas sans son noyau, il était plus que certain que son corps réel ne s'en remettrait pas. Sans rien écouter des paroles de Klara, elle agrippa fermement l'implant contre sa tempe et commença à tirer dessus comme une forcenée. L'animation dans le jeu s'avérait être aussi gore que l'image qui vous est actuellement livrée par votre imagination, bien que sa signification était toute autre. C'était une deckeuse, une foutue deckeuse et elle était entrain de hacker son propre implant pour le ruiner. Il ne lui fallu pas longtemps pour se l'arracher complètement.

" T'es complètement barjo... "

" Peut-être... Mais morte je lui suis inutile, il ne pourra plus se servir de moi."

D'un geste bref, l'adolescente jeta son implant dans la direction de Klara, ce dernier rebondissant contre la rambarde métallique dans un bruit creux dont la résonnance portée par le vent donna l'impression d'un glas qui venait de sonner. Pendant une brève seconde, la technomancienne ne pu détacher son regard de la pièce métallique ensanglantée qui avait finie sa course sur le bitume. Quand son regard se porta à nouveau sur son ancienne propriétaire, elle n'eu que le temps d'apercevoir un sourire soulagé, et son corps comme une pierre basculer vers le vide. Malgré sa hâte, Klara n'eu l'occasion que d'effleurer du bout des doigts la longue chevelure rousse de la suicidée.

Quand elle revint à elle, la rechute fus terrible. Assise, comme assoupie, sur une chaise dans un bureau de l'arrière salle, elle ne pu contenir sa colère. Jurant comme un charretier, elle se pris même à cogner dans la colonne en bêton au milieu de la pièce. Brisant sa solitude, Dawn, l'une de ses barmaids, une très jolie blonde aux yeux bleus particulièrement peu vêtue, fit irruption dans la pièce, à peine choquée du comportement de sa patronne. " Il y a du monde pour toi là haut, il a dit qu'il s'appelait Arsenal, c'est un nouveau et tu as demandé à cheker toi même les nouveaux." Elle lui avait annoncer ça comme on dirait à un alcoolique qu'il n'y avait plus de bière dans le frigo, mais soit. Après tout, il était vrai que c'était son règlement. Le Velvet Sky était un strip club tout ce qu'il y a de plus banal en apparence. Mais en réalité, il servait de repaire à tous les mercenaires bien informés à la recherche d'un job ou de quelques heures de détentes dans la débauche la plus réglementée de Gotham. La pièce principale était de taille modeste, elle était composée d'un grand comptoir, et de quelques tables disposées face à l'estrade où se trouvait une rangée de quatre barres de pôledance. De chaque côté de l'estrade, trônaient fièrement deux escaliers menant à un étage ouvert duquel on apercevait diverses alcôves où les filles pouvaient y exercer leurs shows privés. Klara passa très rapidement en revue les soiffard du comptoir jusqu'à tomber sur une tête rousse qu'elle ne connaissait pas. Sans plus de suspens, elle se dirigea vers lui, s'aidant d'une béquille, l'un des nombreux cadeaux laissés par le Dollmaker, pour parvenir à sa hauteur.

" C'est toi Arsenal ? Ta spécialité, le type de contrats que tu cherches, ceux que tu refuses de prendre, tes prix, ton ou tes armes de prédilections s'il y en a. Les règles de l'établissement sont simples, tu viens ici pour bosser, passer du bon temps on s'en contre fou c'est ta vie, la contrepartie, c'est que tant que tu te trouves dans l'enceinte, tu te portes garant de la sécurité du manège et des filles. Tes consos tu les payes comme tout le monde, et les shows privés te sont eux offerts par la maison tant que t'en abuse pas trop. Les filles, tu les regardes, mais t'y touche pas, sauf dans le cadre du privé à l'étage, là ça me regarde pas à partir du moment où la fille est d'accord avec ça. Enfreint une de mes règles, surtout la dernière énoncée, et je te colle moi même une balle entre les deux et j'te laisse pourrir dans la caniveaux. Des questions ?"


« BASTET »
« LA HAINE AVEUGLE N'EST PAS SOURDE »
Revenir en haut Aller en bas
Roy Harper
Borderline
Borderline
avatar

Nombre de messages : 21
Votre âge : 17/01/1990
Localisation : Uptown
Emploi : "héros", informaticien/inventeur, white hat.

Interface
Alias: Arsenal (anciennement Speedy)
Age: 27 ans
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: First Meeting [pv Arsenal]   Mer 30 Mar - 3:03

L'argent, peut être la pire chose jamais inventée par l'humanité avec les programmes de télé-réalité. Petit on m'avait appris à ne pas en dépendre, loin de la. Que le bonheur s'en trouvait généralement bien plus loi que proche. Et encore aujourd'hui j'y croyais fortement. Et puis, j'avais découvert avec Oliver tout ce qu'il était possible de faire quand on en avait beaucoup, et par beaucoup j’entends par là réaliser tout ses fantasmes en une semaine, et se rendre compte que cela affecte à peine les quatre premiers chiffres de son relevé de compte. Et par fantasme j'entendais là, les fantasmes de l'homme. Ceux du justicier étaient encore bien plus onéreux. Mais travailler avec des ressources quasiment illimité à du bon, du très bon. Pour créer quelque chose d'utile je n'avais qu'a demander et généralement je l'avais dans la semaine, sans jamais à avoir à me préoccuper de chose aussi « triviale » que le prix.

On aurait pu croire que c'est en étant mis à la porte que cette question aurait pu devenir le centre de ma vie, mais il n'en fut rien. L'argent n'est pas la préoccupation principale de celui qui cherche à mettre fin à ses jours. Non, c'est en travaillant pour Amanda Waller que j'ai soudain pris conscience de ce que coûtait mon type de justicier. A part mon cerveau je n'avais rien d'extraordinaire, tout reposait sur les petites merveilles que j'avais fait naître. Petite merveilles qu'il m'avait fallu offrir à contre cœur à l'A.R.G.U.S pour continuer à travailler et gagner de l'argent. Aujourd'hui j'avais grâce au gouvernement un joli petit pécule sur plusieurs comptes, et un peu sous mon matelas. Petit magot que je savais capable de brûler très vite au train auquel je menais ma vie. Sans parler de Lian pour qui j'avais un budget, ou plutôt pour qui je n'en avais aucun.

Je n'étais plus le frère d'arme, fils adoptif, ou le diable seul sait ce que j'étais pour Oliver Queen, mais en tout cas c'était bien fini. Il m'avait laissé pourrir dans la rue, et aussi doué pour la technologie que j'étais et donc pour me cacher aux yeux du monde, j'avais travaillé pour le gouvernement. Jamais il ne c'était manifesté, et il était passé à autre chose, alors pas question de retourner le voir. Mon travail pour les Outlaw rapportait gros aussi, enfin quand Red ou moi, sans oublier Kory ne foutions pas tout par terre pour des raisons qui nous étaient généralement propres. Alors définitivement il me fallait quelque chose d'autre, quelque chose de plus pour être sur de ne manquer de rire, et plus important encore que Lian ne manque de rien.

La plus part des mercenaires ont un visage bien plus connu qu'ils le suspectent eux même et encore plus qu'ils ne le souhaiteraient. Laisser Pandora s'introduire dans les serveurs de la marie de Gotham me permet d'avoir accès aux vidéos de caméra de surveillance de la ville, je la laisse lancer l’algorithme de reconnaissance faciale et à partir de la elle me donne les endroits de Gotham ou les mercenaires ont l'habitude de se retrouver. Je n'avais pas dans l'idée de m'introduire dans un repère d'assassins ce qui déjà pouvait retirer la plus part des noms de la liste. J'aurai pu tout aussi bien commencer par celui dans lequel je me serai le mieux intégré, mais aux vues des visages que j'avais pisté autant dire que qu'importe l'adresse j'allais arriver la comme un cheveux sur la soupe. Mon choix de ce soir fini par se porter sur le Velvet Sky. Ce dernier est tenu par une femme, et très naïvement j'espère que cela rendra l'endroit plus propice. Je décide de participer moi même au cliché dans l'espoir de mieux passer en sortant du garage ma « petite » Harley Night-Rod. Un modèle assez ancien, mais que j'avais assez retravaillé pour mettre à l'amende à peu prêt tout ce qui se faisait actuellement. Je prend ma tenue d'Arsenal, mais cache cette dernière sous un gros manteau en cuir sombre. Je prend quelques quelques légers calibres qui font toujours bien pour ce genre de sortie, en sachant que le plus gros est présent sous la forme de drones ou autres joyeuseries.

Park Row, s'il existe bien un quartier de Gotham qui n'a de cesse de me désoler c'est ce dernier. La pauvreté y était omniprésente. J'avais beau avoir fait tomber plusieurs dealers, le nombre de zombie en haillons ne diminuait pas pour autant. C'est donc les mâchoires serrées que j'arrivais devant le bar. L'endroit était bien moins miteux que le quartier qui l'abritait, la parfaite planque. Je quitte ma moto après avoir enclenché le système de sécurité qui transformait les freins en verrous hydrauliques et électrifiait les poignets. J'ai toujours mon casque d'un noir uniforme avec une visière teintée sur la tête quand j'entre dans le bar. L'ambiance rock ne me dépayse pas je n'avais jamais eu la carrure qui fait peur, j'étais large, mais pas incroyablement large comme le plus part des types présents. J'avais des cicatrices mais pas d'aussi belles collections de cicatrices faciales. Même certaines femmes présentes semblaient plus viriles que moi. Je fonce droit au bar essuyant beaucoup de regard sans que personne ne sache si j'étais en train de les rendre. Profitant que la barmaid soit retournée je retire mon casque et le remplace par la capuche en cuir rouge foncé de mon costume.

-Bonsoir. Un coca s'il vous plait.

Je connais ce genre de d'endroit, je connais ce genre d'ambiance, et surtout je me connais. Il me faudrait rester en alerte j'aurai d'autre occasion de plonger de me laisser tenter par les vilains penchants pour l'alcool. La barmaid bien trop jolie pour ce trou me regarde comme pour être sure que je suis sérieux. Sa tenue m’empêche de la regarder trop longtemps ce genre d'endroit me met mal à l'aise. Voyant que je ne change pas d'avis elle s'en va chercher la dite boisson, et pendant ce temps mon comité d'accueil prend part sur les deux tabourets à coté du mien.

-Un coca, comme c'est pas mignon. T'es sur que tu t'es pas trompé de coin gamin...


Je ne lève pas la tête espérant qu'ils se lassent avant moi de ce genre de situation.

-Ouai, ici c'est pas un endroit pour les touristes...

Je soupire et repense à la dernière fois au Jay et moi avons mis les pieds dans un endroit comme celui ci tout les deux. Tout avait déparé de la même manière pour la même raison. Un sourire se répand sur mon visage bien malgré moi, je le connais cet instant, c'est la moment ou fier de ce que je viens de trouver je vais ouvrir ma grande gueule et...

-C'est vrai...Veillez me pardonner c'est la première fois que je viens ici pour du boulot.


Je me racle la gorge, et d'une voix exagérément grave et grasse je reformule.

-J'vais prendre un lait fraise aussi...Et sans glaçons car ici on est entre bonhommes !


Il bouge mais bien trop lentement alors qu'une torsion du poignet me suffit à sortir une lame cachée à l'intérieur de la manche de mon costume. Une lame dont le tranchant semblait avoir été chauffée à blanc.

-Tu te rappelleras quand j'aurai fais entrer l'enfer dans ton derrière que c'est toi qui m'a cherché. Alors si tu veux encore pouvoir t'asseoir un jour sans penser à moi, tu vas très doucement retourner avec ton p'tit copain jouer au billard, ou aux fléchettes ou je ne sais quel jeu et m'oublier.

Je retiens que la promesse de la sodomie par un objet incandescent fait toujours autant d'effet alors que la barmaid revient avec un verre de lait. Elle ne s'excuse pas de ne pas avoir de fraise à mettre dedans. Tant pis. Je lui demande s'il est possible de s'inscrire sur le registre en lui laissant quelques informations sur moi. Et elle me dit que c'est avec le patron qu'il faut que vois tout ça. Dommage encore une fois j'aurai voulu que tout aille vite. Mon regret est cependant de courte durée alors que la boss arrive. Elle ne doit pas être plus âgée que moi et malgré le visage de quelqu'un qui vient de passer une mauvaise journée elle reste plutôt jolie.

Elle ne se présente pas, non pas que j'en ai besoin, j'avais déjà son identité mais la politesse reste toujours une belle entrée en matière. Le discours est lancé d'un ton monocorde comme si à force de se l'entendre dire il était devenu mécanique. Je reste finalement la tête baissée pour l'écouter. Je ne me sens pas concerné par le vie du bar. Je ne comptais pas y passer ma vie. Quand aux filles. Je laisse échapper un petit sourire à nouveau au moins maintenant je savais pourquoi plusieurs m'avaient souris avec insistance. Mais la encore si j'arrivais à peine à les regarder franchement, les toucher j'en étais à des années lumières. La petite menace de fin de discours qui fait toujours du bien pour se rappeler qui porte le pantalon ici. Je ne suis pas impressionné mais je prend note. Je profite de cette mise en bouche pour finir mon lait avec ma paille. Avant de prendre une grande inspiration pour répondre.

-Oui c'est bien moi. Arsenal, celui des outlaws. Mes spécialités, recherche et destruction, ingénieurie, nano-ingénieurie, intelligence artificielle, xeno-ingénieurie, close combat, tireur d'élite...


Je me rend compte que j'en dit peut être trop pour être crédible. Mais je ne n'étais pas en train en de mentir pour autant.

-...Tout ce qui tire, ou explose pour faire rapide petite préférence pour l'arc cependant. Je suis aussi plutôt doué avec un deck. Je me garde le droit de faire des recherches sur mes potentiels clients, je peux donner dans la protection rapprochée, la mise au point de système de défense, la mise hors service de truands même si cela se fait au profit d'autres truands n'est pas un soucis. Mais je ne ferais rien de plus moralement répréhensible que ca. Pour ce qui est de mon prix, c'est à avoir en fonction du contrat. Mais la réputation des outlwas n'étant plus à faire je ne me déplace pas pour rien. Pour ce qui est des filles, pas d'inquiétudes à avoir je ne suis pas ici pour prendre du bon temps. Des questions...Oui deux.

L'interface holographique de mon deck programmer pour réagir à tout phénomène étrange ou encore activité matricielle anormale autour de moi venait de s'allumer. Sur mon avant bras venait d'apparaitre une carte ultra simplifiée de la pièce avec plusieurs points bleus signalant des decks inactifs, deux points verts pour les actifs et enfin un point rouge signalant lui une activité inconnue, un signal encore jamais enregistré.

-Vous vous tenez devant moi depuis une poignée de secondes et tout mes systèmes de survie s'emballe à cause d'un signal que je n'ai encore jamais pu observer qui semble absolument vouloir tout détraquer. Dois-je me sentir menacé ? Et finalement je crois aussi que j'vais prendre un whisky du japonais si possible. Dans le genre Nikka, merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
 
First Meeting [pv Arsenal]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» meeting de landivisieau 29 /08
» Meeting Aérien de Reims 27 & 28 juin (spotter day le 26)
» Meeting DCP Halloween 2009
» [Powhatans] Meeting DCP de Noël 2009 (12 et 13 décembre)
» meeting de troyes "he oui les gros"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cнιldreɴ oғ ɢoтнαм :: Park Row-
Sauter vers: